Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tlemcen: Aïn El Hout, le village des Alaouites, revisité
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 07 - 2009


C'est à l'initiative de l'APC de Chetouane et avec le concours de notables qu'a été lancée vendredi dernier la première édition du Maoussim Sidi Slimane El Kamil de Aïn El Hout. Après la prière de l'Asr accomplie dans l'antique mosquée du village, la procession des Aïssaouas venus de Mostaganem, Oran, Sidi Bel-Abbès entre autres, étendard bien en vue, s'ébranla vers l'école primaire Khiat Sid Ahmed où ils furent accueillis par les autorités locales avec à leur tête le chef de daïra (représentant le wali qui devait assister à cette cérémonie) ainsi que le P/APC et ses vice-présidents. Maîtres Brahim (avocat) et Krim (huissier) se succédèrent à la tribune pour prononcer pour la circonstance l'allocution de bienvenue avant que le maire, le Dr Abdelkader Saïdi, n'annonce l'ouverture officielle du Maoussim Sidi Slimane El Kamil. «Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la mise en valeur de notre patrimoine immatériel et consacre notre appartenance à la civilisation arabo-islamique», devait souligner le P/APC. Invités en tant que chercheurs, MM. Ghenaou Mustapha de l'université d'Oran (CRASC), un fils de Aïn El Hout, et Kazi El Hachemi, professeur de sciences sociales au lycée Cdt Faradj (Tlemcen) présenteront en tandem l'historique du village de Aïn El Hout et du saint Sidi Slimane El Kamil. Généalogiquement, on saura que ce dernier est le petit-fils (4e génération) de Fatima-Zohra, la fille du Prophète Mohammed (QSSL). A noter que ses dates de naissance et de décès ne sont pas encore déterminées. Mais d'après le professeur Mohammed Baghli, il serait mort en l'an 195 ou 200. Lors de la conférence sur Sidi Slimane qu'il donna au centre culturel communal de Chetouane avec M. Benmansour Abderrahim et M. Chikhi Laroussi, il suggéra dans ce contexte deux dates commémoratives: le 9 décembre ou le 19 juin. Sidi Slimane laissa cinq fils (dont quatre passèrent à Tlemcen) qui sont Idriss, Djaâfar, Yahia, Mohammed et Moussa, enterrés et vénérés respectivement à Zerhoun (Maroc), Sousse (Tunisie), Soudan, Younbou' (Afrique) et en Inde. Au titre de la toponymie, le village sera connu successivement par «Ghirane Errih» et «Qariat El Alaouyine» avant de s'appeler «Aïn El Hout», une appellation en usage jusqu'à aujourd'hui, qui aurait été adoptée par Sidi Abdellah Benmansour. Une exposition thématique illustrée de photos de sites et sanctuaires était organisée à cette occasion par Mme Tekki Nabahet. Des Chinois (chargés du projet de l'autoroute est-ouest) étaient venus assister à ce festival haut en couleur. Par ailleurs, l'idée de la création à Aïn El Hout d'un complexe cultuel et culturel (zaouïa) fut évoquée à la faveur de ce «conclave». Le cortège mystique se rendit ensuite au sanctuaire de Sidi Slimane, voisin du mausolée de Sidi Abdellah Benmansour, où une foule compacte était massée pour assister au spectacle. La présence de Cheikh Ghaffour, un adepte de la zaouïa ziania de Nedroma, accompagné de son frère, fut remarquée. A propos, ce festival gagnerait à intégrer la dimension lyrique à travers la programmation de «fqirate» ou de chanteurs spécialistes dans le medh, tels Cheikh Chafik Hadjadj qui interpréta le premier «Sidi Mohammed Ben Ali djitek fi mnem Allah, moul el khalwa ya sa'mine, zartou oua tani Allah...» ou Meriem Benallal qui l'imita... Pour notre part, nous nous souvenons comme si cela datait d'hier de la fête patronale de Sidi Mohammed Ben Ali où les familles Tabet et Bekkaï organisaient pendant les vacances d'été leur rituelle waâda accompagnée de chants mystiques «maison», qui se terminait par une sortie champêtre agrémentée de hawfi à Tihammamine... M. Mohammed Baghli, qui était présent sur les lieux (à l'intérieur du sanctuaire), confia au chef de daïra: «Vous avez la chance d'être au coeur d'un patrimoine en perspective de l'événement de 2011 (allusion à «Tlemcen, capitale de la culture islamique», ndlr)». Ce spécialiste du legs universel, qui est considéré, faut-il le souligner, comme l'artisan de la réhabilitation historique dudit site avec le concours du PNT avait signalé une mystérieuse substitution dans un article publié dans Le Quotidien d'Oran (dans son édition du 22/8/2007) selon qui «Les visiteurs traditionnels à l'intérieur de la houweita de Sidi Slimane à Aïn El-Houtz furent surpris durant le dernier Ramadhan 1427 H de constater une nouvelle épitaphe en lieu et place de la tombe de Sidi Slimane de Aïn El-Houtz... Une commission officielle se pencha sur l'examen de l'acte par lequel une épitaphe récente d'un nommé Hadjaj Sidi Slimane, décédé le 18.5.1611, remplaça une ancienne épitaphe du lieu symbolique de Sidi Slimane de Aïn El-Houtz, décédé au début du IXe siècle et signalé depuis ces temps d'abord par un palmier visible de toutes les directions à partir de ces espaces, ensuite par une houweita érigée au début du XXe siècle près de ce lieu...». Le «mahradjane» se termina en apothéose tard dans la soirée avec une giga hadra tenue en plein air au milieu de la cour de l'école précitée. Des familles entières assistaient au spectacle dans un climat de convivialité sans pareil. Visiblement émue, nostalgie oblige, une vieille femme ne put contenir ses larmes. Devant un parterre ébahi, de jeunes adeptes de la tariqa aïssaouïa s'adonnaient en transes à des exhibitions «paranormales» (exorcisme) à coups de sabre et autres accessoires dangereux (débris d'ampoule, torche enflammée, couteau, tournevis...) paradoxalement encouragés par les youyous des femmes. A noter qu'aucune restriction d'âge n'était imposée pour la circonstance nonobstant la sensibilité des enfants et des personnes émotives présents. Auparavant, les festivaliers et le public furent conviés à une «zerda» faite de couscous houti par excellence. Toujours dans ce cadre, l'ex-parcours de cross-country au lieu-dit Hsida Tabti abrita vendredi une fantasia dans la pure tradition. Il convient de mentionner que l'ouverture dudit Maoussim coïncida avec la célébration de la fête de l'indépendance et de la jeunesse. Par ailleurs, il faut savoir qu'une campagne de circoncision collective est organisée chaque année (mois de juin) à Aïn El Hout par des bénévoles.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.