Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Farsia et Houza    JM-Oran-2022/ Boxe (tirage au sort) : les Algériens fixés sur leurs adversaires    Le nouveau code administratif assure plus de souplesse dans l'application des décisions de justice    Le parti "Jil Jadid" tient son 2e congrès national    Arrivée du vice-président turc Fuat Oktay    Championnat national de natation du personnel de l'administration pénitentiaire: Mourad Kessab et Meroua Mahieddine sacrés    JM Oran-2022: Oran vit au rythme des journées nationales du théâtre de rue    Maroc/Espagne : appels à une enquête indépendante après le drame migratoire de Melilla    Manchester City va frapper un joli coup avec Kalvin Phillips    Les Douanes lancent une campagne de sensibilisation aux dangers de la drogue    JM Oran-2022/Cérémonie: que la fête commence    JM-Oran-2022 : la lutte algérienne ambitionne de faire mieux que la précédente édition à Tarragone    Lamamra reçoit à Oran le SG de l'Union pour la Méditerranée    Le Milan AC cherche à recruter Hakim Ziyech    Canicule annoncée, dimanche et lundi, sur des wilayas de l'Est du pays    Port d'Alger: hausse de 18% des conteneurs à l'export durant le 1er trimestre 2022    JM-Oran-2022: 21 artistes participent à l'édition spéciale du Festival de la chanson du Raï à Oran    22e Festival culturel européen : le duo portugais,"Senza" enchante le public algérois    Des rêves et des tabous    Hommage à Shirine Abou Aklah    Covid-19: Du nouveau pour les billets non utilisés d'Air Algérie    El Tarf: Les maires achèvent leur cycle de formation    Tlemcen: Mouton de l'Aïd : tout le monde se plaint!    Les communes dispensées de la gestion des écoles    L'UGCAA sensibilise à J-1 des Jeux méditerranéens: Des brigades mobiles pour le contrôle des taxis et des bus    La corruption, la triche et la lèche    Tebboune inaugure plusieurs projets à Oran: Levée définitive des obstacles bureaucratiques    L'Ukraine et les limites de l'Union européenne    Sur les traces de la nostalgie olympique    Enjeux politiques et économiques    La radieuse sur son 31    Le FMI doit tenir compte de l'impact social des réformes    Les économies africaines gardent leur optimisme    «Je ne pardonnerai à personne»    Le Code d'investissement adopté ce lundi    Honneur aux jeunes compétences    La sécurité sera au rendez-vous    Plan de circulation spécial et du cinéma partout...    Sortie de 6 promotions    «C'est un des leviers de la souveraineté nationale!»    Un potentiel mal exploité    Deux festivals et deux salons du livre    «Il faut revenir à la formation»    Cinéma à l'affiche    Sortie de 8 promotions des officiers de la Gendarmerie nationale à l'ESGN de Zeralda    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    Tebboune installe le Conseil supérieur de la jeunesse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Accidents liés au monoxyde de carbone: Deux morts et une trentaine d'asphyxiés en deux mois
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 01 - 2012

Chaque année, le monoxyde de carbone est responsable de plusieurs décès par intoxication et d'un nombre très importants de blessés (asphyxie). La grande majorité de ces intoxications se produisent dans les logements, le chauffe-eau, la chaudière et le chauffage à gaz étant les premiers responsables. Ce gaz asphyxiant est particulièrement dangereux car il est indétectable : invisible, inodore et non irritant, il résulte d'une mauvaise combustion au sein d'un appareil fonctionnant au gaz, au bois, au charbon, à l'essence, etc. Ainsi, depuis le début de la saison hivernale (deux mois), une dizaine d'accidents sont survenus à Oran, faisant deux morts et une trentaine d'asphyxiés. La plupart de ces accidents surviennent sur des installations intérieures.
Les accidents impliquent des appareils défectueux, mal réglés ou bricolés. Plus de 90% des accidents, fuites et explosions dues au gaz naturel, ont pour causes la vétusté des installations, l'absence d'entretien des appareils et les comportements imprudents. D'autres raisons sont responsables d'accidents liés au gaz, notamment la mauvaise ventilation des locaux, le calfeutrage ou la condamnation volontaire des prises d'air dans un but d'isolation thermique sont responsables de l'accumulation du gaz toxique et l'appauvrissement en oxygène, aggravant ainsi le phénomène de combustion incomplète. La présence d'une atmosphère saturée en vapeur d'eau (buée ou brouillard) est considérée comme un facteur favorisant la combustion incomplète (cas du chauffe-eau placé dans la salle de bains).
Ces dernières temps, les chauffages connaissent un engouement de la part des Oranais. La majorité des habitations sont aujourd'hui dotées de ces appareils électroménagers qui comptent parmi les produits les plus vendus. Toutefois, ces dernières années, ces chauffages sont devenus synonymes de danger lorsqu'il s'agit de chauffages issus de la contrefaçon.
A Oran, chaque année, ces appareils sont responsables de plusieurs accidents domestiques et font une moyenne de 50 à 60 victimes entre asphyxiés et morts. Les services concernés et à leur tête la protection civile et même le personnel du service des brûlés de l'hôpital d'Oran lancent un appel aux citoyens pour faire très attention lors de l'achat de ces appareils et même lors de leur utilisation. Mais quelle garantie peut bien avoir un consommateur qui veut acheter un chauffage ? En principe, pour faire face au phénomène de la contrefaçon, cette garantie est assurée à travers un certificat de garantie remis par le vendeur, mais est-ce souvent le cas ?
Chez nous la culture commerciale est absente, le client achète un appareil électroménager et paye cash, mais ne reçoit aucun document de garantie, encore moins de facture. Or, un arrêté ministériel de février 1989 établit la liste des objets obligatoirement vendus avec factures et certificats de garantie. C'est donc aux clients de les exiger. En cas de refus, il est de leur droit de déposer plainte auprès des services de la direction du commerce ou la justice. Là où les appareils «Taïwan» font des ravages, les modalités et les conditions de vente sont faites dans un flou total, car à quelques rares exceptions, le service après-vente et les conditions de garantie font cruellement défaut. A part les représentants officiels de la marque, qu'elle soit importée ou locale, qui vendent avec facture et garantie, l'achat d'un appareil de plusieurs millions de centimes est réduit à une simple acquisition d'un produit quelconque dans une épicerie. La Sonelgaz mène des campagnes de sensibilisation chaque année, depuis 2000, dans le but d'éviter les accidents liés au monoxyde de carbone.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.