Bejaia/Elections communales partielles: les disparités villageoises, un réel souci à traiter    Belaribi: des commissions ad hoc pour contrôler la qualité des logements AADL    Agriculture: la Hollande intéressée par l'approfondissement de la coopération avec l'Algérie    Une nouvelle réflexion pour attirer les touristes et développer le tourisme interne    CAN U23 (préparation): l'Algérie bat le Soudan (2-0)    L'Algérie abrite les réunions des bureaux exécutif et de gestion de l'UAHJ    Agressions sionistes contre Al-Aqsa: la communauté internationale appelée à intervenir    LA FRANCE DE MACRON OFFRE SES SERVICES À LA JUNTE MILITAIRE    Une importante quantité de comprimés psychotropes saisie à El-Tarf    Préparatifs du Sommet arabe: Bouslimani reçoit le DG de l'ASBU    Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Peaux de banane !    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    Le plan de Benzema    Brèves Omnisports    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ils n'ont pas osé parachever leur coup d'Etat constitutionnel
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 06 - 2012

A la veille du second tour de l'élection présidentielle en Egypte, le Conseil suprême des forces armées (CSFA) a opéré un coup d'Etat constitutionnel en dissolvant le Parlement dominé par les islamistes et en s'octroyant le pouvoir législatif jusqu'à l'élection d'une nouvelle Assemblée nationale. Il n'a pas osé parachever son coup de force en faisant proclamer le général Ahmed Chafik vainqueur de l'élection présidentielle.
S'il a envisagé de le faire, il en a certainement été dissuadé par le formidable rassemblement populaire dont la place Tahrir a été le théâtre. Une marée humaine déterminée à s'opposer à la falsification du résultat du scrutin donné favorable au concurrent du général Chafik, l'islamiste Mohamed Morsi candidat de la confrérie des Frères musulmans. Ce qui ne veut pas dire qu'en « respectant » le suffrage universel et consenti à la proclamation de la victoire du candidat des islamistes, l'armée égyptienne va se dessaisir de la réalité du pouvoir. Elle remettra certes symboliquement celui-ci à la fin du mois de juin au président élu mais sa réalité restera aux mains du CSFA qui s'est octroyé des prérogatives qui font du nouveau raïs égyptien même pas le 3⁄4 de président que Bouteflika a refusé d'être chez nous.
Momentanément, la proclamation en Egypte de la victoire de Mohamed Morsi a fait baisser la tension politique dans le pays. Il ne faut pas pour autant croire qu'elle clôt l'ère des turbulences qui secouent « Oum dounia » depuis janvier 2011. Car à moins de se discréditer aux yeux des Egyptiens qui ont refusé qu'il soit spolié de sa victoire, Mohamed Morsi va devoir engager le bras de fer avec les militaires pour tenter de récupérer la plénitude des pouvoirs liés à la fonction présidentielle en Egypte. Autant dire que cela promet des étincelles entre lui et les généraux du CSFA. Le président élu a pour lui la légitimité démocratique et l'aspiration de la majorité des Egyptiens à une vie politique nationale qui ne soit plus sous la tutelle des militaires.
Mais les généraux ne reculeront devant ses « prétentions » s'il s'avise de les défier en se coupant des forces politiques et sociales nationales autres que celles du courant islamiste dont il est l'émanation. Pour ne pas provoquer cette coupure, il devra gouverner avec elles ce qui lui imposera une fois investi de leur donner des gages qu'il n'est pas assujetti à l'application d'un programme ayant pour but la concrétisation d'un projet de société islamiste dont près de la moitié des Egyptiens n'en veulent pas. L'écart extrêmement réduit entre son score électoral et celui de son concurrent Ahmed Chafik ne l'autorise pas à envisager une autre tactique. Mohamed Morsi en semble conscient à s'en tenir à la promesse qu'il a faite de constituer un gouvernement d'unité nationale allant des révolutionnaires de la place Tahrir de la première heure aux représentants de la minorité chrétienne copte en passant par ceux de toutes les sensibilités laïques et libérales que compte la société égyptienne.
Toute la question est de savoir s'il est déterminé réellement à croiser le fer avec les militaires ou si fidèle à la tactique du compromis qui a toujours été à leur égard celle du mouvement des Frères musulmans, il n'optera pour une démarche plus conciliante quant à la place et au rôle de l'armée dans la deuxième république égyptienne dont son élection est censée avoir inauguré l'ère. C'est dire que la vigilance des véritables acteurs ayant été à l'origine du mouvement révolutionnaire de janvier 2011 ne doit pas baisser parce qu'un président civil arrive au pouvoir, car cela ne signifie nullement le parachèvement du processus démocratique qu'ils ont enclenché et surtout pas la concrétisation des idéaux de liberté, de tolérance et de justice pour lesquels ils se sont révoltés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.