Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Real : Valverde a dit non au PSG    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Contradictions ?    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    219 Commissions rogatoires émises    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



GHARDAIA : SUR LE CHEMIN DE L'ECOLE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 01 - 2013

Au revoir la trêve scolaire, bonjour la rentrée des classes ! Les enfants ont repris depuis une semaine le chemin de l'école, cartable sur le dos.
C'est très dur pour certains de repren-dre l'école et c'est donc maintenant ou jamais qu'il faut recommencer à leur faire reprendre un rythme régulier, sans mettre beaucoup de pression. Il est temps maintenant de régler son réveil chaque matin pour se réveiller tôt et aller à l'école. Cependant, après avoir passé 15 jours à s'amuser, à vivre à leurs propres rythmes et à faire pratiquement tout ce qu'ils voulaient, la majorité des enfants ne se sentent pas forcément prêts pour retrouver les contraintes de l'école. Particulièrement les élèves âgés entre 12 et 15 ans. En effet, il n'est pas toujours facile de se réadapter à la cadence de la scolarité après une trêve. D'ailleurs, au début de chaque année scolaire, les enfants doivent faire face à un nouveau rythme, nouveau programme, nouveau maître, nouvelle classe… La reprise scolaire peut également se présenter comme une source de stress et d'angoisse pour certains écoliers, car ils se voient revivre le calvaire du rendement scolaire sous contrôle, des punitions et de la régulation de leur spontanéité. En plus du fait qu'ils sont appelés à s'adapter à différentes situations, allant de l'école, la classe, les camarades, les enseignants à de nouveaux apprentissages. «Notre époque est celle du zapping. Tout va trop vite et l'enfant va rapidement plonger dans une accélération du temps où les stimulations extérieures, la pression de la réussie, les enjeux de la performance vont l'entraîner dans un tourbillon qui crée chez lui une multitude de tensions et de stress», explique un psychologue, «Dès l'entrée à l'école, il est fréquent de rencontrer de jeunes élèves qui souffrent déjà d'une agitation physique à l'origine d'un comportement turbulent vite réprimandé par l'école.
Les enfants d'aujourd'hui, soumis à de nombreuses sollicitations ont, de plus en plus de mal, à s'asseoir tranquillement, écouter, se concentrer… La multitâche est devenue leur mode de vie et de pensée avec tous ses effets indésirables» poursuit-il. Le stress de retrouver les contraintes de l'école envahit trop bon nombre d'écoliers et préoccupe même les parents qui ne savent plus comment agir. Dans ces conditions, certains élèves veulent changer de routine et s'orienter vers la formation professionnelle où, dans un laps de temps, ils peuvent apprendre un métier qui leur convient.
A Ghardaïa, ils sont environ 500 élèves qui n'ont pas repris l'école après la trêve et qui n'attendent que la prochaine rentrée de la formation professionnelle de février prochain. Mais, d'un côté, les parents doivent-ils laisser l'enfant seul à décider et à affronter le sort que peut lui réserver ce changement ? Sous prétexte que surmonter un tel obstacle est une preuve d'autonomie et de formation de la personnalité de leur enfant. D'un autre côté, dans de telles situations et afin qu'ils dépassent ce cap difficile de ce changement d'école, les enfants ont souvent besoin de la disponibilité et des conseils de leurs parents, un peu plus que d'habitude. Cependant, pour que l'enfant s'adapte convenablement au rythme scolaire et lui éviter tout abandon de l'école en plein milieu de l'année scolaire, les parents doivent, en général, agir à l'avance, c'est-à-dire dès le début de l'année scolaire, pour bien orienter et préparer leur enfant dans son cursus scolaire. Cette règle s'avère en or, car elle constitue la base de l'avenir de l'enfant. Toutefois, afin d'éviter ce genre de changement, parfois inattendu de la part de l'enfant, l'argumentaire des parents devra s'adapter au caractère et à l'âge de l'enfant. Ils doivent surtout l'encadrer au bon moment et le diriger sans l'étouffer par des explications et recommandations inutiles. Il faut savoir aussi, que chez l'enfant, quel que soit son âge, le manque d'autonomie peut créer un véritable stress. Pour le lui éviter, les parents doivent apprendre à leur enfant de se débrouiller tout seul.
Cela l'aidera également à développer une certaine confiance en soi. C'est pourquoi, le changement au sein de la scolarité est parfois nécessaire, tant pour les enfants que pour les parents.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.