Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Sahraouis accusent le Maroc de soutenir le terrorisme
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 10 - 12 - 2013

Les Sahraouis sont convaincus que la monarchie marocaine soutient les islamistes armés dans la région.
Le Premier ministre de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Abdelkader Taleb Omar, l'affirme clairement.
Dans une déclaration faite dimanche soir à l'APS, le responsable du gouvernement sahraoui dénonce sans ambages «le soutien» du Maroc au terrorisme dans la région afin de déstabiliser cette dernière et entraver ainsi les processus de règlement de la question sahraouie conformément aux résolutions de la légalité internationale.
«La RASD dispose de plusieurs indices sur le soutien du Maroc au terrorisme et aux groupes criminels dans la région afin de la déstabiliser et entraver ainsi les processus visant la résolution de la question sahraouie conformément aux principes et résolutions des Nations unies concernant la décolonisation», a déclaré Abdelkader Taleb Omar, en marge des départs des délégations africaines qui avaient participé à la Conférence internationale sur le rôle de la femme dans les mouvements de libération. «L'armée et les organes de sécurité sahraouis (la Gendarmerie et la Police) sont mobilisés pour lutter contre toute forme de terrorisme et de criminalité qui bénéficient du soutien du Maroc, notamment le trafic des stupéfiants produits au Royaume marocain», a ajouté le responsable du Polisario. Ce dernier a estimé par ailleurs que la visite de plus de 700 militants des droits de l'homme et humanitaires aux camps de réfugiés et aux territoires sahraouis libérés depuis le début de l'année 2013, constituait la meilleure réponse à la propagande marocaine visant à faire croire que l'Etat sahraoui et le front Polisario sont incapables d'assurer la sécurité dans la région».
Le Premier ministre sahraoui, Abdelkader Taleb Omar, a appelé par ailleurs l'Union Européenne (UE) à «ne pas signer» les accords de pêche avec le Maroc, «par respect au droit international et à la tragédie du peuple sahraoui causée par l'occupation marocaine féroce». Dans une déclaration à l'agence de presse algérienne, M. Taleb Omar a indiqué que «l'UE est devant un examen historique, à la veille de la séance consacrée aux accords de pêche avec le Maroc et les pays de l'UE doivent respecter les droits internationaux bien définis en la matière et ne pas signer ces accords». «Il est du devoir des pays de l'UE de ne pas signer ces accords qui n'excluent pas les eaux territoriales du Sahara occidental, par respect à la tragédie et aux conditions auxquelles fait face le peuple sahraoui à cause de la colonisation marocaine», a-t-il fait savoir en rappelant cependant que «plusieurs militants des droits de l'homme et députés de l'UE ont exprimé leur position quant à la non-légitimité de ces accords qui n'excluent pas les eaux d'un territoire qui est sous occupation, dont sa décolonisation est inscrite aux Nations unies».
Le Premier ministre sahraoui a indiqué en ce sens que la communauté internationale y compris les Etats-Unis s'intéresse «de plus en plus» aux réalités du dossier sahraoui qui est une question de décolonisation, notamment après avoir constaté des violations des droits de l'homme dans les territoires sahraouis occupés. «Espérons que ces violations soient un indice pour que la communauté internationale, notamment l'ONU, agissent en faveur de la décolonisation à travers l'organisation d'un referendum d'autodétermination», a conclu le Premier ministre sahraoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.