Qu'est-ce qu'un « Hirak » qui n'a pour objectif que le « Hirak» ?    Mascara: Des promesses pour les porteurs de projets    Traité virtuel    Ligue 1 - Mercato: Entre les espérances et la réalité du terrain    MC El Eulma: CSA - SSPA, un conflit dévastateur !    Crainte de la propagation de l'épidémie: Des parents d'élèves pour la fermeture des écoles    Institut Pasteur: Covid-19 : le relâchement peut coûter très cher    Biskra: Vingt millions d'unités pyrotechniques saisies    Abdelmadjid Chikhi: Alger et Paris peuvent «avancer» sur les questions mémorielles    Tiaret: Exhumation des restes des corps de six martyrs    Derrar évoque une situation épidémiologique inquiétante    Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 19e jours de la campagne référendaire    Démantèlement d'une bande criminelle spécialisée dans l'escroquerie via les réseaux sociaux    Foot-sélection nationale (U20): six cas testés positifs au Covid-19    USMA: 5 cas positifs au Covid-19 "totalement asymptomatiques"    Le conseil de la Choura de l'UMA: l'accord du cessez-le-feu en Libye, un indicateur encourageant    Appel à renforcer l'itinéraire technique pour développer la céréaliculture    Des ventes promotionnelles pour dynamiser la vente des livres    Djaballeh appelle au boycott des produits français    Tournoi ITF de Monastir: Ibbou directement dans le tableau final    EDUCATION NATIONALE : Le calendrier des compositions fixé en 2 phases    REMISE DES CLES DES LOGEMENTS LPP : Les souscripteurs appelés à finaliser les démarches administratives    MICRO-ENTREPRISES : Les attributions du ministre délégué fixées    CAMPAGNE REFERENDAIRE : Djerad défend le projet de révision de la Constitution    Plaidoyer pour l'ouverture des frontières    Mahrez remonté contre la déformation de ses propos    L'amendement de la Constitution, acte "fondateur d'un Etat moderne et démocratique"    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Trois anciens walis dans la tourmente    Les délires d'un haineux    Mohamed Islam Bakir en renfort    Convalescence    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Un fléau à Mostaganem    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    Le Soudan se rapproche d'Israël    "Il y a autant d'intérêts multiples pour que la paix se fasse simplement"    L'Algérie, un pays toujours pas sûr pour l'UE    La passion retrouvée    Et l'ennui naquit à l'université !    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    L'ISSUE DES BRAVADES    Le MSP pointe du doigt Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mort du sens
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 02 - 2015

Un autre écrivain est mort : Malek Alloula. Esprit vif, poète, espiègle, attentif, tel que le chroniqueur l'a parfois vu, deviné ou croisé et écouté. C'est que l'homme est écrivain, cela se traduit, en algérien, par exilé. Le pays exile ses écrivains (créateurs, chanteurs, réalisateurs... etc.) à chaque cycle, les chasse presque, les étouffe et les force au déracinement. Il les vide et se vide d'eux. C'est l'un des plus grands sinistres de notre nation : quand on veut créer, il faut partir. Malek Alloula est mort donc, suivant la pente de ce qui se meurt et s'en va : le sens.
Plus loin en tournant la tête, Aïn Salah plongée dans le syndrome de la Kabylie d'il y a quelques ans : région forcée à l'isolement, seule, sous embargo, «criminalisée» presque, accusée et mise en quarantaine: la question du gaz de schiste et surtout celle de la solidarité avec les habitants en révolte de cette région ne semble pas nous émouvoir. On les laisse lutter seuls pour un pays qui nous porte tous. On ne s'y attarde pas et aucune compassion ou solidarité ne semblent s'imposer à nos esprits face à ces gens qui incarnent ce qui nous reste de citoyenneté dans un pays devenu une monarchie. On laisse les gens de Aïn Salah se révolter seuls comme on a laissé la Kabylie seule et ainsi de suite. Le gaz de schiste est la question de toute une nation mais encore faut-il être une nation pour s'en préoccuper et se sentir solidaire des siens. Pour le moment non. Entre la naharisation qui a transformé ce peuple en gueux priants et pliants, obsédés par la sexualité, la femme et la sorcellerie, abêtissant ce qui reste; et le régime qui s'enfonce dans un déni fantastique, c'est à peine si le réel pénètre les consciences. Aïn Salah nous donne une leçon mais une leçon sert peu quand on est analphabètes.
D'où la question finale : mais que veut ce régime ? Pourquoi tant de rigidité ? D'enfermement sur soi ? De déni des autres ? Pourquoi est-il obsédé par l'opposition et ce qu'elle peut dire et faire et n'écoute ni signaux, ni conseils, ni lettres ouvertes, ni raison, ni alertes, ni évidences sur le naufrage ? Jamais de l'histoire de la dictature algérienne, une équipe ne s'est enfermée dans un tel déni et mépris des formes. Que veut-il, ce régime qui sait que personne n'est immortel; qu'il faut trouver une solution, mener des réformes de survie pour lui (et même pas pour nous) et que cela ne peut pas continuer ainsi ? Mais de quoi est-il fait quand rien ne l'impressionne, ni les immenses corruptions, ni l'usage familial et caricatural de la justice et des rentes, ni la réduction du pays à un Makhzen alimentaire et un bien-vacant pour la rapine ? Pourquoi ne se soucie-t-il même plus de sa propre éternité au point de se crever un œil pour nous en crever deux ? L'un de ses employés, le sieur de service, Amar Ghoul, a dit que «faire bouger la rue c'est jouer avec le feu». La vérité est dans le contraire justement: «ne pas écouter cette rue et répondre par la matraque et la corruption, c'est cela jouer avec le feu ». Jamais un régime n'a été aussi obtus, renfermé, immobile, paralysé et rétif à l'ouverture ou à la concession comme celui que l'on subit depuis peu. Jamais une équipe au pouvoir n'a poussé le mépris des Algériens aussi loin, chassant les uns, poussant à l'exil les autres et transformant les derniers en sujets bigots, bêtes et assourdis par les intolérances et l'imbécillité.
Ce régime ne se soucie-t-il même plus de sa propre survie ? Ses piliers sont-ils à ce point confiants qu'ils pensent être exempts de la peur de tomber et de mal finir ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.