6 aliments légers que vous pouvez manger avant de dormir    Serie A : La Juventus se rate face à Vérone    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien, mais ne le sanctionne pas    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Football - Ligue 1: L'ESS aux commandes, la palme au WAT et au MCO    Ligue 2 - Groupe Centre: L'USM Harrach nouveau leader    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Les Oranais entament l'an 2 de la Covid-19: Appels réitérés pour le respect des mesures de prévention    Prévue pour aujourd'hui: La grève des adjoints de l'éducation gelée    Guelma: Deux jeunes retrouvés morts dans une grotte, un troisième sauvé    Qui veut canarder les ambulances ?    Des acquis politiques et diplomatiques sur fond de victoires militaires    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    155 nouveaux cas et 2 décès    De Bruyne entre dans un cercle fermé de la Premier League    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Un vendredi sans heurts    Une obligation, pas un choix    Les 12 commandements de la phase transitoire    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Neuf militaires tués au Mali    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour contrecarrer les spéculateurs: 18 nouveaux points de vente directe du mouton
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 09 - 2016


Dix-huit nouveaux points de vente directe du mouton de l'Aïd el Adha ont été désignés, cette année, dans les exploitations agricoles éparpillées, un peu partout, à travers le territoire de la wilaya pour couper court aux spéculateurs qui profitent de cette fête de sacrifice pour s'enrichir sur le dos des consommateurs. Il s'agit de points de vente directe dans des fermes spécialisées, dans l'élevage ovin qui sont contrôlées par les services vétérinaires. Dans cette ferme située à la périphérie de la ville que nous avons visitée, les moutons sont proposés à des prix «raisonnables» et presque à la portée de toutes les bourses. Les prix varient entre 30.000 dinars pour le petit agneau et 37.000 dinars pour le «hawli» ou agneau d'une année. Ceux qui préfèrent les béliers doivent débourser plus : entre 45.000 et 60.000 dinars. Il importe de noter que les services vétérinaires de la DSA ont désigné, au total, cette année, 106 points situés dans 22 communes de la wilaya pour la vente du mouton. Les mêmes services ont mobilisé tous les vétérinaires, au nombre de 35 pour le contrôle du cheptel afin prévenir la propagation des zoonoses parmi la population. L'Inspection vétérinaire s'emploie, rigoureusement, dans les différents sites d'abattage formel pour s'enquérir de l'état de santé des ovins destinés au sacrifice. Pour lutter contre les maladies les plus fréquentes qui frappent le cheptel, a priorité est accordée, notamment au kyste hydatique et la fièvre aphteuse. Il faut signaler, par ailleurs, que la vente en ligne des moutons via les réseaux sociaux et les sites spécialisés a pris de l'ampleur, cette année, dans les grandes villes du pays où des maquignons branchés proposent des «moutons 2.0 toutes catégories avec services après-vente (livraison à domicile, écorchage, assistance…)». Dans plusieurs sites Internet, les annonces de vente de mouton de l'Aïd foisonnent et mêmes sur les réseaux sociaux, à l'exemple de Facebook, des publicités vantent les bienfaits des moutons 2.0. Ces maquignons branchés ne lésinent plus sur les moyens pour attirer le maximum de clients. Tous est bon pour vendre on line. Ils proposent ainsi des «moutons 100% bio, vaccinés avec viande certifiée et au goût exceptionnel». Les moutons sont photographiés sous leurs plus beaux profils. L'acheteur potentiel peut trouver tous les détails (âge, poids, alimentation, la région d'origine, présence ou non de cornes…) sur ces petites annonces. Les annonceurs rivalisent d'imagination pour se démarquer de leurs concurrents. Certains proposent des moutons «toutes catégories, pure race, avec une alimentation 100% naturelle et à des prix imbattables et négociables».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.