Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le candidat le mieux adapté ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 04 - 2017

Ce dimanche, les Algériens avaient un œil sur l'Espagne du football et une oreille attentive en direction de la France politique. Si le Classico a tenu toutes ses promesses, le premier tour de la présidentielle française a mis fin au cycle des formations classiques bicéphales qui avaient trusté les locations à l'Elysée. Exit les socialistes et les républicains alias la droite, le pouvoir pour les cinq prochaines années sera soit entre les mains du jeune Macron, soit entre celles de Marine Le Pen. Le second tour le dira.
Les Français ont fait leur choix à travers un vote sanction qui sonne comme un divorce avec l'ancien régime politique et s'inscrivent désormais dans l'inconnu. Macron ou Le Pen, le prochain locataire de l'Elysée devra rompre avec les programmes traditionnels de la gauche et de la droite portés, ces deux dernières décennies, par un discours populiste centré sur l'immigration et la sécurité. Si tous les indicateurs donnent l'ancien ministre de l'Economie de Hollande gagnant, il serait peu judicieux que de croire la fille à Jean-Marie perdante à plate couture, comme ce fut le cas pour son père en 2002.
En effet, l'une des spécificités de ce premier tour est la déroute cinglante de la gauche au pouvoir et la montée de Mélenchon, de cette France insoumise de moins en moins silencieuse. Le grand écart s'est creusé et à l'inverse d'avril 2002, les consignes de vote pour le second tour ne sont pas aussi explicites comme attendu du reste. En effet, si les deux tendances classiques appellent à voter contre Le Pen, plusieurs acteurs de la politique française ont préféré zapper Macron. Mélenchon, lui, avec ses 19,2% de voix s'est abstenu de toute consigne de vote en direction de ses partisans, les appelant à voter en leur âme et conscience. Ce qui veut tout dire et son contraire même si l'essence du parti est cette volonté de faire barrage au Front national.
Macron va certainement devenir le futur président de la France mais le grand gagnant de ces élections restera le parti d'extrême droite qui gagne à chaque échéance électorale ses galons jusqu'à devenir la deuxième force politique du pays. Si la question de la course à l'Elysée est française, il n'empêche qu'elle affecte directement les Algériens pour toutes les raisons qu'on connaît. Si Macron, en théorie, est le candidat le mieux adapté aux relations bilatérales, d'autant qu'il a fait preuve de courage en dénonçant la colonisation, il n'est pas dit qu'une fois intronisé il tiendra ses promesses électorales. Un peu à l'image de son mentor Hollande qui a grandement déçu Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.