Divergences, contradictions jusqu'où    En marge de l'installation de la nouvelle présidente du Conseil d'Etat : Zeghmati s'attaque à la corruption dans l'administration    Métaux précieux : Les Russes vont-ils remplacer leurs épargnes en dollar par l'or ?    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Objectif de la participation algérienne (JA 2019): Rester sur la dynamique de Brazzaville    2eme journée de Ligue 1: Qautre matchs au menu ce lundi    Tension sur le pain    Bouchons monstres à Alger    Karim Younes rugit    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    Ooredoo rassure ses clients    "C'est la mauvaise gestion", selon le ministre    Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger    Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Les prix à la merci des conflits sino-américains    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Benlameri boycotte l'entraînement    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Des communes croulent sous les détritus    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Banque Mondiale: Une croissance de 2,5% en Algérie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 10 - 2018

  L'Economie algérienne devrait enregistrer une croissance de 2,5%, en 2018, contre 1,6 % en 2017, selon les prévisions de la Banque Mondiale.
«La croissance en Algérie devrait rester stable au dessus de 2%, en moyenne, jusqu'à la fin de la décennie», affirme la Banque Mondiale dans son rapport de suivi de la situation économique dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, présenté, hier, à Washington. La prévision actualisée de 2,5% même en baisse comparée au 3,5% anticipé dans l'édition précédente du rapport, reste, cependant, supérieure à la moyenne de 2% prévue pour la région MENA. La croissance dans les pays exportateurs de pétrole de la région est attendue à 1,6% cette année.
La BM a revu à la hausse la prévision de croissance en Algérie pour 2019 à 2,3% contre 2% prévu en juin, ajustant aussi à la hausse celle de 2020 à 1,8% contre 1,3% projeté auparavant. Selon la BM, ces taux de croissance devraient s'accompagner, en 2019 et 2020, d'une baisse des déficits publics et de la balance courante. Ainsi, le déficit budgétaire devrait représenter - 6,9% du PIB en 2018 contre - 9% en 2017. Cette tendance baissière devrait se maintenir à - 5,8% du PIB en 2019 et à - 4,5% en 2020. Selon les mêmes prévisions, le solde de la balance courante devrait, aussi, reculer à - 8,5% du PIB en 2018 contre -12,8% en 2017 et baisser davantage à -7,2% du PIB, en 2019 et à -5,9% en 2020.
Le rapport de la BM table, par ailleurs, sur «une amélioration modeste» de la croissance dans la région Mena, à 2,3% en 2019 et 2,8% en 2020. La croissance, pour cette année, est attendue autour de 2% contre 1,4 % en 2017, précise le rapport, intitulé : « Une nouvelle économie pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord « . Mais les taux de croissance globaux des pays exportateurs et importateurs de pétrole resteront inférieurs aux niveaux observés de 2005 à 2010. L'institution de ‘Bretton Woods' explique que ces prévisions reflètent plusieurs facteurs dont le ralentissement des ajustements budgétaires, l'augmentation des dépenses de reconstruction dans les pays touchés par les conflits comme l'Irak, la fin de la réduction de la production pétrolière des pays Opep, ainsi qu'une légère reprise de la demande extérieure.
Un baril à 70 dollars en 2018
Le déficit budgétaire global de la région devrait se réduire à 3,1% du PIB d'ici à 2020. Les exportateurs de pétrole, y compris les pays du Conseil de coopération du Golfe devraient connaître une réduction de leur déséquilibre budgétaire grâce la hausse des prix de pétrole mais aussi aux efforts de diversification de l'économie qui enregistrent un certain succès, constate la BM.
Evoquant les perspectives du marché pétrolier, la Banque est restée prudente, expliquant que « plusieurs facteurs compensateurs » pourraient freiner la hausse des prix observée ces derniers mois. La Banque cite en particulier l'éventuel ralentissement de la reprise mondiale et les incertitudes entourant les investissements et la consommation dans le secteur pétrolier qui pourraient impacter la demande. En parallèle, les sanctions imposées, par les Etats-Unis, au secteur pétrolier iranien pourraient réduire les exportations de pétrole iranien de plusieurs centaines de milliers de barils par jour. « Si la baisse de la production ne s'accompagne pas d'une augmentation provenant d'un autre pays exportateur de pétrole, notamment l'Arabie saoudite, le marché pétrolier serait sous-approvisionné, exerçant une pression à la hausse sur les prix », précise la BM qui table sur un baril à 70 dollars en 2018, soit 12 dollars de plus que la prévision anticipée en janvier dernier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.