L'Algérie au coeur d'un ouvrage de référence paru à Washington    Hydrocarbures: l'Algérie possède des capacités importantes de production    Zaalane appelle à accorder “la priorité absolue” à l'entretien des routes    Deux casemates pour terroristes détruites par l'ANP à Chlef et Boumerdès (MDN)    Brexit: Que va-t-il se passer après le rejet de l'accord par le parlement britannique?    Le pays est surendetté et en état de faillite : La contestation sociale gagne le Zimbabwe    La CPI lave de tout soupçon l'ex-président ivoirien : Laurent Gbagbo acquitté    Le retour de Boudiaf    Nouvel an amazigh 2969 : La tradition perpétuée en Kabylie    Expositions, conférences et ateliers à Bouira    La journée du «doute»    Selon des syndicats de l'Education: La grève du 21 janvier inévitable    Statut particulier, hausse des salaires, formation: Les imams satisfaits des discussions    Grippe saisonnière: Le ministère de la Santé rappelle la nécessité de se faire vacciner    Ballon carré    Football - Mercato d'hiver: Une transhumance aux résultats incertains    LFP - Réunion demain pour présenter le nouveau SG    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    Baghdad Bounedjah élu ballon d'or Algérien 2018    Ligue des champions (2e J/ Gr.D) Al-Ahly du Caire : Forfait de cinq joueurs égyptiens face à la JS Saoura    Tahrat gravement touché au genou    Priorité de tous : le bien-être du peuple    10èmes Journées internationales du Marketing Touristique : La "destination Algérie"… le défi de 2019    Le nœud syrien sera-t-il dénoué sans les USA?    Algérie -Afrique du Sud : Signature d'une feuille de route pour renforcer la coopération économique et commerciale    En visite à Alger : Bedoui appelle à la création de délégations au niveau des nouvelles circonscriptions administratives    Fièvre aphteuse-peste des petits ruminants : Aucun impact sur les bêtes de sacrifice de l'Aïd El Adha    Un crime odieux pour 200 euros !    Des responsables limogés    Le président du Parlement libéré après avoir été brièvement détenu    M. Mohamed Ayadi à propos de la Transsaharienne : "Pour un meilleur développement des liens économiques entre les pays qui y seront reliés"    L'usine mise sous audit    6 productions en compétition    «Retrait américain» et repositionnement des autres acteurs    Un aboutissement de la revendication identitaire    Pour l'institution d'un prix «Si Muhend U Mhand»    MASCARA : Découverte de 15 bombes artisanales à Maoussa    TIERS PRESIDENTIEL : Report de l'installation des nouveaux sénateurs    11 janvier 1992-11 janvier 2018 : La fable criminelle de la sauvegarde de la démocratie    FFS : vers le rejet de la présidentielle    Choc à Constantine, derby au centre    Makri candidat ?    Anniversaire ... en prison    Lettre aux Français du président : «Je ne vous ai pas compris !»    L'énigme Hamrouche    Cortesse, un pan d'histoire à l'abandon    CAN-2019 : Le tirage au sort de la phase finale début avril    Le Hic en mini-tournée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Défaitisme
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 12 - 2018

A tous les niveaux, c'est un effroyable climat de sinistrose, qui semble broyer autant les Algériens que leurs institutions, les partis et au-delà les centres de décisions. Les derniers événements qu'a connus le pays, à l'instar de la manifestation mardi à Béjaïa contre les investissements bloqués, ces cris de colère des jeunes contre la mort de harraga, les critiques des experts sur la politique économique sans âme du gouvernement, ou ces «warnings» de PDG sur la situation financière de leurs entreprises, montrent à quel point le pays a besoin de «redémarrer» sur de nouveaux objectifs politiques, sociaux, économiques également.
Sinon de faire le point, en urgence, sur une situation catastrophique à tous les points de vue, autant sur le plan économique avec un arrêt inquiétant de la croissance, politique avec la dangereuse tournure qu'est en train de prendre la prochaine élection présidentielle, et social avec un pouvoir d'achat laminé par une inflation et une sourde baisse du niveau de vie des Algériens. Le pays donne cette dramatique impression qu'il évolue au ralenti, qu'il vit une transition qui tarde à s'achever, et, surtout, que les décisions politiques pour passer au plus vite cette traumatisante période tardent à être prises. Le gouvernement, en cachette, a recouru encore au financement non conventionnel, sans avertir l'opinion publique, comme s'il est acculé par une situation financière catastrophique. Sur le front politique également, aucune embellie. Pis, les horizons se sont assombris avec ces appels du pied insistants de partis de la majorité pour un report de la prochaine élection présidentielle. Comme s'ils ont le droit d'aller à une éventualité, qui n'a pas été prise en compte par la Constitution, ou prendre en otage une opinion publique, qui ne croit plus depuis longtemps aux miracles, encore moins les partis de l'opposition, tiraillés entre le devoir de protester, ou adopter la politique ambiante, celle d'un grand et pathétique nihilisme, qui a submergé tous les pans de la société algérienne. Le climat social et politique est tellement stressé, angoissé, que pratiquement un Algérien sur trois ne se projette plus dans le pays, alors que les partis, dont c'est le rôle de mobiliser, restent absents, tétanisés par une actualité politique qui a dérouté tous les scenarii. Penser à reporter une échéance politique aussi importante qu'une élection présidentielle, c'est prendre en otage tous les acteurs politiques et sociaux, les mettre devant une évidence pas tellement rassurante. Et, surtout, qui a la fâcheuse perspective de maintenir plus qu'il n'en faut dans la position «pause» le pays. Le rappel des troupes au sein du FLN, l'appel à une conférence nationale pour le consensus, ou celui pour reporter l'élection présidentielle, sont des signes qui ne trompent pas sur le fait que le pays tourne en rond, sans trouver une voie, une issue, qui balise la voie à un atterrissage en douceur, après le 19 avril prochain.
D'autant que les clignotants sur le plan financier ne sont pas au vert, loin s'en faut, et le calme relatif à ce niveau n'est assuré que par la «planche à billets». Et, pour corser l'addition, un fort marasme social balaie le pays, au point que les jeunes et les diplômés ne s'y projettent plus. Ce qui est fatalement dommageable pour une politique sociale désastreuse du gouvernement et ceux qui l'ont précédé, et surtout, un avertissement aux partis et aux politiques que le pays a un besoin urgent de sursaut, d'une reprise en main, qui ramène la confiance, et débloque les horizons des Algériens. Loin des querelles de chapelle autour de la prochaine présidentielle, qui ne devrait pas servir d'alibi pour alimenter ce climat de défaitisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.