Militaires et sécuritaires, au niveau de la région, urgence pour l'Algérie de résoudre la crise politique    Les dessous du trafic de pièces détachées en Algérie    Deux drones israéliens abattus au Liban    La minute qui qualifie la JSK au prochain tour    Le CABBA crée la surprise à Bel-Abbès, l'ESS piégée à domicile    Avalanche de médailles pour l'Algérie    Une librairie fait la part belle aux fanzines    «Le bélier magique» au Festival international du film pour l'enfance    De bonnes nouvelles pour les étudiants algériens    Le taux d'inflation à 2,7 % sur un an en juillet 2019    Après un 1er semestre plombé par les prix : Eramet abaisse sa prévision 2019    Rencontre entre le ministre de l'Intérieur et les représentants des retraités de l'ANP    Sahara occidental : Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    Reportage : Un "Drone made in Sénégal" pour lutter contre le paludisme    Guerre commerciale : La Chine riposte aux USA sur le commerce, Trump menace    Dialogue national : Nécessité de mener notre pays vers des lendemains sûrs et prospères    2ème Région militaire : Gaïd Salah entame une visite de travail et d'inspection    Dynamiques de la société civile: Attachement au dialogue et à l'unification des efforts pour sortir de la crise politique    CHAN 2020 (préparation) : Djamel Belmadi convoque 22 joueurs pour un stage    Coupes africaines des clubs : Qualification de la JSK, du CRB et du Paradou    Oum El Bouaghi: La culture écolo fait son chemin parmi les jeunes et les associations    Education : Le ministère publie la liste des fournitures scolaires pour les trois paliers d'enseignement    Réception de 102 établissements éducatifs    Réception de 102 établissements éducatifs    «Gare aux cadres et entreprises défaillants !»    Lait : Aucune mesure prise pour réduire les quantités collectées, rassure Giplait    Réunion interministérielle : Le dossier de l'entretien de l'autoroute Est-Ouest et mesures de péage au menu    L'heure du retour a sonné !    Ordonnances de désignation des administrateurs    Le ministère de l'Intérieur dément    Le "Oui, mais" de Makri    Vingt investisseurs devant la justice    Nouvelle série d'arrestations d'opposants    Abou-Leïla de Amine Sidi Boumediene au programme    PROTECTION CIVILE : 240 interventions enregistrées en 48 heures !    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    La politique commerciale de Trump critiquée    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    L'inévitable saignée des parents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Neutralité écornée
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 02 - 2019


Le grave précédent de Khenchela, où un élu du peuple a fermé la mairie devant ses ouailles, pour montrer son soutien à son candidat, a donné un sérieux coup à la crédibilité et la neutralité de l'administration, censée être au-dessus de tout soupçon dans l'organisation du prochain scrutin. Plus qu'un scandale, la fermeture d'une Assemblée populaire communale est un geste politiquement dangereux, et juridiquement répréhensible. Et, plus que toute condamnation, d'un geste absolument inimaginable dans une société vivant en bonne intelligence entre tous ses membres, et au-delà des différences d'opinion, ce qu'a fait cet édile a mis dans la gène et l'embarras un gouvernement déjà accusé de partialité depuis l'annonce de la tenue de cette élection présidentielle. Des candidats avaient fustigé l'administration dans certaines régions du pays quant à sa partialité dans le traitement de leur candidature, et ce qu'il s'est passé à Khenchela vient ranimer les accusations de l'opposition selon laquelle l'administration est depuis le début du côté du candidat du pouvoir. ‘'Une casserole» dont se serait bien volontiers passé le pouvoir, qui a devant lui une longue campagne électorale à surveiller et canaliser, pour au moins éviter les dépassements et tous les comportements qui nuiraient non seulement à la crédibilité de ce scrutin, mais donneraient en sus une image encore plus risible du pays. Ecorné par les commentaires souvent acerbes de la presse étrangère et en particulier française sur cette élection, le gouvernement doit dorénavant remédier à cette situation et redonner confiance aux citoyens comme aux partis politiques et candidats engagés dans ce scrutin que tout se passera bien, qu'il n'y aura aucun harcèlement des candidats à la candidature. Le Conseil constitutionnel n'a pas de prérogatives pour intimer aux maires de recevoir et légaliser les formulaires de parrainage des candidats, mais la haute instance de supervision des élections a, quant à elle, cette prérogative de mettre en garde l'administration contre toute velléité de prendre position pour tel ou tel candidat. Il y va d'une part de sa crédibilité, et d'autre part de celle de cette élection, qui est en train de prendre une tournure compliquée. D'abord avec ces appels mystérieux à des marches contre le 5ème mandat, ensuite par les appels de l'opposition pour qu'il y ait un candidat unique devant la représenter face au candidat du pouvoir. Il est, pour autant, certain que l'élection présidentielle d'avril prochain ne laisse personne indifférent, à commencer par les partis de l'opposition qui ont annoncé qu'ils vont boycotter ce rendez-vous électoral. Car au sein de cette mouvance politique, on est persuadé que tout est mis en œuvre pour que le président Bouteflika accède à un 5ème mandat, et que la participation de candidats de l'opposition ne sera en définitive qu'anecdotique et un faire-valoir aux yeux de l'opinion internationale. Un état d'esprit qui trouve ses racines dans le geste inconsidéré et ridiculement absurde de l'épiphénomène de Khenchela. L'administration va dès lors ‘'marcher sur des œufs» pour éviter d'autres scandales, d'autres égarements, et, plus que tout, des motifs de boycott à l'opposition, qui devait hier décider soit d'aller unie avec un seul candidat à ce scrutin, ou, au contraire, perpétuer ses contradictions.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.