Sit-in des avocats à Alger : Le corps de la justice exige "le respect de la Constitution"    Le FLN s'entre-déchire    Le FFS se fissure    Les décrets publiés au JO    Malgré une croissance en panne : Publicis signe un bénéfice record    USA: La Fed ne prévoit plus de hausse de taux en 2019    Selon l'ONS : L'inflation à 4,1% sur un an en février 2019    Le Snapo tire la sonnette d'alarme !    Des experts mettent en garde    Sahara occidental: La 2ème table-ronde se termine sans avancées    Golan syrien occupé: Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    11 morts, dont 1 vice-ministre, dans une attaque des shebab    Sélection algérienne : Décrassage pour les titulaires, entraînement pour les remplaçants contre la Gambie    Hausse inexpliquée des prix des fruits et légumes : Les ménages désemparés    29 suspects arrêtés à Alger    Colère contre Benghabrit    Nouvelle pièce théâtrale à l'affiche à Oran    L'ADE de Chlef rassure : «L'eau du robinet est sans risque pour la santé»    FABB.. Les compétitions gelées jusqu'à l'élection d'un nouveau président    Aymen Mathlouthi, gardien de but de la Tunisie : «On a pris un ascendant sur les Algériens ces dernières années»    Argentine.. L'absence de Lionel Messi au Maroc va coûter cher    Washington reconnaîtra aujourd'hui la souveraineté d'Israël sur le Golan occupé.. Crime avec préméditation    Alors que Mihoubi est partant.. Abdelkader Bendamèche à la tête de l'Aarc    Accidents de la circulation.. 8 morts et 22 blessés en 24 heures    POUR PARLER DE LA SITUATION DU PAYS : Le SG du RND convoque les cadres de son parti    Mali: plus de 130 civils tués dans l'attaque d'un village peul    MASCARA : 4014 unités de vin saisies à Khalouia    SES LEADERS CHASSES DES MANIFESTATIONS : L'opposition tente de se positionner    LOUISA HANOUNE : Le FLN et le RND accusés d'attitude ‘'vicieuse''    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    L'Angola qualifiée, pas le Burkina    Imposante marche des avocats à Alger    Faire sa crème anticellulite maison    L'association El Rahma au chevet des femmes    CAN-2019. Algérie 1 – Gambie 1 : Les Verts accrochés dans le temps additionnel    Eliminatoires CAN-U23 : L'EN olympique prend option    70 logements réalisés en 2007 dans la commune de Oued Goucine (Chlef).. Les habitants réclament leur distribution    Pour vol avec violence: Trois malfaiteurs sous les verrous    Les «hommes» du ministre    Evaluée à 4,1% en février.. L'inflation se stabilise    La réunion avec les présidents de Ligues et de sections annulée    Guterres appelle à s'unir contre l'islamophobie    HBO a caché 6 trônes de fer à travers le monde    Toutânkhamon, le roi oublié    Depuis nos plus lointains ancêtres à nos jours    Les recommandations du FMI    Voitures électriques : Tesla baisse encore le prix de la Model 3    Près de 100 morts dans le naufrage d'un bac à Mossoul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Neutralité écornée
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 02 - 2019


Le grave précédent de Khenchela, où un élu du peuple a fermé la mairie devant ses ouailles, pour montrer son soutien à son candidat, a donné un sérieux coup à la crédibilité et la neutralité de l'administration, censée être au-dessus de tout soupçon dans l'organisation du prochain scrutin. Plus qu'un scandale, la fermeture d'une Assemblée populaire communale est un geste politiquement dangereux, et juridiquement répréhensible. Et, plus que toute condamnation, d'un geste absolument inimaginable dans une société vivant en bonne intelligence entre tous ses membres, et au-delà des différences d'opinion, ce qu'a fait cet édile a mis dans la gène et l'embarras un gouvernement déjà accusé de partialité depuis l'annonce de la tenue de cette élection présidentielle. Des candidats avaient fustigé l'administration dans certaines régions du pays quant à sa partialité dans le traitement de leur candidature, et ce qu'il s'est passé à Khenchela vient ranimer les accusations de l'opposition selon laquelle l'administration est depuis le début du côté du candidat du pouvoir. ‘'Une casserole» dont se serait bien volontiers passé le pouvoir, qui a devant lui une longue campagne électorale à surveiller et canaliser, pour au moins éviter les dépassements et tous les comportements qui nuiraient non seulement à la crédibilité de ce scrutin, mais donneraient en sus une image encore plus risible du pays. Ecorné par les commentaires souvent acerbes de la presse étrangère et en particulier française sur cette élection, le gouvernement doit dorénavant remédier à cette situation et redonner confiance aux citoyens comme aux partis politiques et candidats engagés dans ce scrutin que tout se passera bien, qu'il n'y aura aucun harcèlement des candidats à la candidature. Le Conseil constitutionnel n'a pas de prérogatives pour intimer aux maires de recevoir et légaliser les formulaires de parrainage des candidats, mais la haute instance de supervision des élections a, quant à elle, cette prérogative de mettre en garde l'administration contre toute velléité de prendre position pour tel ou tel candidat. Il y va d'une part de sa crédibilité, et d'autre part de celle de cette élection, qui est en train de prendre une tournure compliquée. D'abord avec ces appels mystérieux à des marches contre le 5ème mandat, ensuite par les appels de l'opposition pour qu'il y ait un candidat unique devant la représenter face au candidat du pouvoir. Il est, pour autant, certain que l'élection présidentielle d'avril prochain ne laisse personne indifférent, à commencer par les partis de l'opposition qui ont annoncé qu'ils vont boycotter ce rendez-vous électoral. Car au sein de cette mouvance politique, on est persuadé que tout est mis en œuvre pour que le président Bouteflika accède à un 5ème mandat, et que la participation de candidats de l'opposition ne sera en définitive qu'anecdotique et un faire-valoir aux yeux de l'opinion internationale. Un état d'esprit qui trouve ses racines dans le geste inconsidéré et ridiculement absurde de l'épiphénomène de Khenchela. L'administration va dès lors ‘'marcher sur des œufs» pour éviter d'autres scandales, d'autres égarements, et, plus que tout, des motifs de boycott à l'opposition, qui devait hier décider soit d'aller unie avec un seul candidat à ce scrutin, ou, au contraire, perpétuer ses contradictions.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.