Un des fondateurs du FIS dissous.. Abassi Madani, n'est plus    Le président de la Corée du Nord en Russie    Washington prépare le plan de paix pour la Palestine.. Le mutisme complice de pays musulmans    Libye: Des dirigeants africains demandent "l'arrêt immédiat" des combats    Libye: al Sarraj surpris que la France soutienne Haftar    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les Kouninef placés sous mandat de dépôt    ORAN : 2000 logements AADL, distribués en juin prochain    Le PDG de Sonatrach est le frère du commissaire Hachichi    Bensalah limoge des walis    Des milliers manifestent à Annaba    L'argent pillé sera récupéré    SESSION EXTRAORDINAIRE DU CC DU FLN : L'élection d'un nouveau SG reportée    Mahrez veut quitter City    Quel Chabab pour la grande finale ?    L'Algérie 5e plus chère sélection africaine présente en Egypte    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    130 comprimés psychotropes saisis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    MAISON D'ACCUEIL DES CANCEREUX : L'inauguration attendue au mois de Ramadhan    L'atteinte au patrimoine peut conduire à l'effacement de l'identité civilisationnelle    Le président de la Fédération dénonce la «passivité» du MJS dans l'organisation du Rallye Touareg    USM Alger : un leader aux pieds d'argile    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    L'AG élective début mai, dépôt de candidatures à partir de mardi    Semaine de la critique riche en premiers films    Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Après Bouteflika, Gaïd-Salah : ces incorrigibles professionnels du « soutien »    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Qui veut enflammer la Kabylie ?    Washington menace ses alliés    Avocats et étudiants ont battu le pavé    Mellal, en "président" populaire du MCO    Pour "la primauté du politique sur le militaire"    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    M. Desrocher : Etablir des partenariats avec l'Algérie, "une des priorités des USA"    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vendredi «5»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 03 - 2019

Hier, les Algériens ont consommé un 5ème vendredi consécutif, sous la pluie, de manifestations pour le départ du pouvoir, du président et le changement politique. Dans un parfait mouvement de protestation pacifique, digne, ils étaient des milliers à faire pression pour le départ du pouvoir qui ne semble pas prêter une oreille attentive à cet appel d'air des Algériens. Le pouvoir s'accroche, et ne veut pas lâcher prise, et s'est perdu dans une vaine tentative d'aller défendre à l'international le bien-fondé d'une feuille de route que les Algériens ont rejetée. Et, pour la 5ème semaine consécutive de protestations depuis ce vendredi 22 février, la moisson est conséquente: le pouvoir est ébranlé, les partis qui le soutiennent commencent à se disloquer et les « retournements de veste » s'accélèrent.
La folie de cette candidature de trop, qui a fait sainement réagir les Algériens pour reprendre leur destin en main et ne plus déléguer une autre autorité que ses représentants pour les gouverner, est maintenant en train de sourdre de ce pouvoir, longtemps considéré comme un totem à vénérer dans la conception du parti unique, qui se déchire. La sortie ubuesque du porte-parole du RND dénonçant «des forces anticonstitutionnelles» qui gouvernent le pays, le Journal officiel qui confirme que le 5ème mandat a bien été l'objectif du président et l'absence de propositions concrètes aux marches et manifestations populaires depuis le 22 février dernier, hormis le plan «B» d'ailleurs rejeté de la conférence nationale inclusive, montrent bien par ailleurs que le pouvoir est actuellement bloqué. D'autant que le «gouvernement de compétences nationales» dont a été chargé le Premier ministre Noureddine Bedoui accumule les échecs et reste peu crédible aux yeux de l'opinion publique et des acteurs de la société civile. Beaucoup estiment qu'il aura du mal à former un gouvernement de transition consensuel dès lors qu'il représente le pouvoir qui continue d'ignorer les revendications du peuple.
Autre camouflet, la démarche du vice-Premier ministre Ramtane Lamamra à aller défendre à l'international le plan «B» du président Bouteflika montre à quel point le décalage entre le peuple et ses gouvernants est grand et qui se creuse chaque semaine, chaque vendredi un peu plus. Car au même moment il n'y a eu aucune annonce rassurante ou de nature à montrer que les revendications populaires ont été entendues par le pouvoir. Par contre, la pression populaire est en train de faire imploser les partis de la majorité qui, sans honte ni retenue, commencent à se ranger, peut-être plus par opportunisme que par courage politique, du côté des revendications du peuple.
Au soir du 5ème vendredi de protestations populaires consécutives, rien ne laisse entrevoir un recul du président quant à son intention de prolonger son 4ème mandat et de se retirer au 28 avril prochain, date butoir de la fin de sa dernière mandature, la plus catastrophique sur les plans politique, économique et social. Quant à sa requête auprès des capitales occidentales de le soutenir pour prolonger son 4ème mandat avec le fallacieux prétexte de partir après des élections transparentes, sans fixer de date précise, elle explique autrement que le pouvoir, qu'il soit le président Bouteflika ou ceux qui sont derrière lui, n'a jamais eu l'intention de partir au bout de sa mandature actuelle qui s'achève dans un peu plus d'un mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.