Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    L'intimidation n'a pas payé    Présidentielle : une élection sans candidats    Vers le forfait de Belaïd et de Sahli    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    Chelsea aurait fixé un seuil pour lâcher Hazard au Real Madrid    Sept nouveaux hôtels touristiques bientôt en service    Plus de 80 000 élèves attendus aux examens de fin d'année    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Le souci des sans-bourses…    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    Vaste programme de classification et de restauration de sites et monuments archéologiques    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Pour détournement d'une mineure: Quatre personnes sous les verrous    L'école des gourous    La candidature de Berraf acceptée    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    Facebook supprime trois milliards de comptes    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Al-Khelaïfi ne compte pas quitter    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 04 - 2019

  La guerre des positions se poursuit au sein du FFS et semble prendre une tournure dramatique après ce qui vient de se passer en début de soirée, de jeudi dernier. Selon des témoignages, repris par la presse nationale, un groupe d'hommes muni d'armes blanches et de bombes lacrymogènes a attaqué le siège du parti, sis à l'avenue Souidani Boudjemaâ, à Alger, à 19h30 pour l'occuper jusqu'à 3h (du matin), avant de l'évacuer, chassé par les militants venus nombreux.
Dans un communiqué rendu public, deux membres de l'Instance présidentielle (IP) du FFS, Hayet Taiati et Chioukh Sofiane racontent ce qu'il s'est passé : «Hier, jeudi à 19h30, un groupe de ‘baltagias' en possession d'armes blanches, bombes lacrymogènes, sabres, manches à pioche... se sont introduits à l'intérieur du siège national du parti, en sommant, sous la menace d'agression, les militants présents de quitter les lieux». Des individus encagoulés, précise la même source, conduit par «Moussi Lounes, militant de la section de DBK (Draa Ben Khedda, wilaya de Tizi-Ouzou». Le communiqué ajoute que «le groupe criminel a tenté une agression physique» sur Hayet Taiati «devant les cadres du parti qui ont pris sa défense». Face au «caractère barbare de ces individus et afin de préserver des vies humaines, les militants ont été contraints de quitter le siège après que ces ‘baltagias' aient usé du gaz lacrymogène et d'armes blanches». Les deux membres de l'IP déplorent, également, la passivité de la police, après avoir été alertée par les cadres du parti, dont la réaction est qualifiée de «passive malgré la gravité des actes constatés». «La détermination, la solidarité et l'engagement des militants ont permis la récupération du siège à 03h30 de la matinée du 19 avril 2019», précise, encore, le communiqué. Pour ces deux membres, l'implication de Ali Laskri ne fait pas de doute dans l'attaque de ce jeudi. «Le FFS considère que cet acte criminel est commandité par Ali Laskri, révoqué par le conseil national du 13 avril 2019, et lui porte toute la responsabilité», écrivent Hayet Taiati et Chioukh Sofiane, ajoutant que le parti «se réserve le droit de prendre les mesures juridiques appropriées à l'encontre des responsables de ces actes».
Pour rappel, le conseil national du FFS, qui devait se tenir le 13 avril, a été émaillé de violences qui ont ciblé notamment Ali Laskri, membre de l'instance dirigeante du parti, qui a été sorti de force par des militants. Pour ce dernier, il s'agit d'un véritable putsch. «Le conseil national devait se tenir aujourd'hui, dans le cadre des statuts et du règlement intérieur. Les membres du conseil national sont venus. Mais des camarades députés avec le P/APW de Bejaïa, ont ramené des gens dangereux au siège national et utilisé la force. Ils ont tout cassé : la porte d'entrée du siège du parti ou encore celle de mon bureau. Il y a eu des bousculades, des camarades m'ont protégé. Ils ont fait un putsch avorté, le 8 mars, et cette fois-ci ils ont mobilisé des gens vraiment très dangereux. Ils ont ramené des fonctionnaires de l'Etat de Tizi-Ouzou et de Bejaïa et un peu de partout, des gens très dangereux qui ont commencé à casser et à tout détruire. Ces gens ont attaqué le siège du parti d'une manière violente», raconte Ali Laskri.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.