Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Le PAD lance ses propres consultations    Le RAJ célèbre la première année du Hirak    L'Algérie, sacré pays ou terre profane ?    Il y a deux ans, disparaissait Dr Laâziz Kessas    Les dossiers Khelil et Ghoul transmis à la Cour suprême    Un apport indéniable    Le P-dg d'Ooredoo expulsé d'Algérie ?    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    La BM plaide pour un nouveau contrat social    L'Algérie s'engage à Tunis avec le Comelec    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    Tunisie: Ennahdha soutient le gouvernement Fakhfakh, vote de confiance la semaine prochaine    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Espagne/Andalousie: Création de l'intergroupe parlementaire "Paix au Sahara occidental"    Serport saisit la justice    Erling Haaland, naissance d'un géant    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    La FAF met la pression sur l'entraîneur Saber Bensmaïn    Fin de mission du comité de sauvegarde de l'USMA    CRB : quelle charnière centrale à Biskra ?    Agression d'une enseignante par un étudiant, le syndicat s'insurge    Les syndicats chez Ouadjaout la semaine prochaine    SOS Méditerranée sauve 98 personnes d'un nauffrage    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    ACTUCULT    Les chemins vers l'art    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Zahir Abdjaoui en concert à Montréal    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    A la demande de la défense: Le procès Hamel reporté au 11 mars    Division nationale amateurs - Centre: Le WA Boufarik sur du velours    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Constantine: Saisie de plus de 1100 capsules de psychotropes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Office de promotion et de gestion immobilière-OPGI: Des dispositions pour le recouvrement de plus de 70 milliards de créances
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 05 - 2019

L'OPGI (Office de promotion et de gestion immobilière) d'Oran a entamé une nouvelle campagne de recouvrement des loyers impayés à travers les communes de la wilaya. Cette action qui n'est pas la première du genre vient en réponse aux recommandations du ministère de l'Habitat sommant ses représentations locales de rentabiliser les biens publics.
A Oran, les créances globales détenues par l'OPGI auprès de ses locataires s'élèvent à quelque 70 milliards de centimes. Le recours à la voie judiciaire motivé par le pic des factures impayées n'est pas écarté. Il constitue l'ultime voie et commence par l'intervention de l'huissier de justice en passant par la dernière mise en demeure. Depuis quelques années, l'OPGI a mis en ligne de mire le recouvrement de ses créances auprès des locataires, un véritable casse-tête pour les responsables de cette institution publique. Pourtant, l'OPGI accorde toutes les facilités aux locataires pour payer leurs redevances, à travers les tranches de remboursement et selon la durée du retard. Malgré le prix bas de location du logement proposé par les OPGI comparativement au prix pratiqués sur le marché, de nombreuses familles se trouvent dans l'impossibilité de régler leur dû, ou font carrément la sourde oreille.
Ainsi, le F1 à moins de 1.000 dinars, le F2 loué à 1.250 DA le mois, le F3 à 1.700 DA et le F4 à moins de 2.000 DA. Des tarifs dérisoires par rapport à ceux appliqués ailleurs. Depuis 2014, l'OPGI a mis en place un plan d'action visant à récupérer ses créances cumulées auprès des mauvais payeurs à travers le territoire de la wilaya. Après l'instauration de ces mesures, l'OPGI a pu récupérer près de 30 milliards de centimes.
Le directeur général a indiqué dernièrement que les créances ont atteint 70 milliards de cts. Certains locataires n'ont jamais payé de loyer depuis l'attribution de leur logement qui remonte parfois à plus de deux décennies, une situation qui n'a que trop duré et qui met en péril aujourd'hui les équilibres de gestion de l'OPGI. L'OPGI accorde toutes les facilités aux locataires pour les inciter à payer les arriérés de loyer suivant un calendrier. Elle privilégie le règlement à l'amiable des arriérés, notamment via un paiement par tranches, même lorsque les créances sont importantes. En parallèle à ces opérations de rééchelonnement des créances, de nombreux locataires ont été traduits en justice et l'OPGI a procédé à l'annulation de contrat de location de plusieurs d'entre eux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.