Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Office de promotion et de gestion immobilière-OPGI: Des dispositions pour le recouvrement de plus de 70 milliards de créances
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 05 - 2019

L'OPGI (Office de promotion et de gestion immobilière) d'Oran a entamé une nouvelle campagne de recouvrement des loyers impayés à travers les communes de la wilaya. Cette action qui n'est pas la première du genre vient en réponse aux recommandations du ministère de l'Habitat sommant ses représentations locales de rentabiliser les biens publics.
A Oran, les créances globales détenues par l'OPGI auprès de ses locataires s'élèvent à quelque 70 milliards de centimes. Le recours à la voie judiciaire motivé par le pic des factures impayées n'est pas écarté. Il constitue l'ultime voie et commence par l'intervention de l'huissier de justice en passant par la dernière mise en demeure. Depuis quelques années, l'OPGI a mis en ligne de mire le recouvrement de ses créances auprès des locataires, un véritable casse-tête pour les responsables de cette institution publique. Pourtant, l'OPGI accorde toutes les facilités aux locataires pour payer leurs redevances, à travers les tranches de remboursement et selon la durée du retard. Malgré le prix bas de location du logement proposé par les OPGI comparativement au prix pratiqués sur le marché, de nombreuses familles se trouvent dans l'impossibilité de régler leur dû, ou font carrément la sourde oreille.
Ainsi, le F1 à moins de 1.000 dinars, le F2 loué à 1.250 DA le mois, le F3 à 1.700 DA et le F4 à moins de 2.000 DA. Des tarifs dérisoires par rapport à ceux appliqués ailleurs. Depuis 2014, l'OPGI a mis en place un plan d'action visant à récupérer ses créances cumulées auprès des mauvais payeurs à travers le territoire de la wilaya. Après l'instauration de ces mesures, l'OPGI a pu récupérer près de 30 milliards de centimes.
Le directeur général a indiqué dernièrement que les créances ont atteint 70 milliards de cts. Certains locataires n'ont jamais payé de loyer depuis l'attribution de leur logement qui remonte parfois à plus de deux décennies, une situation qui n'a que trop duré et qui met en péril aujourd'hui les équilibres de gestion de l'OPGI. L'OPGI accorde toutes les facilités aux locataires pour les inciter à payer les arriérés de loyer suivant un calendrier. Elle privilégie le règlement à l'amiable des arriérés, notamment via un paiement par tranches, même lorsque les créances sont importantes. En parallèle à ces opérations de rééchelonnement des créances, de nombreux locataires ont été traduits en justice et l'OPGI a procédé à l'annulation de contrat de location de plusieurs d'entre eux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.