DISCOURS DE GAID SALAH A BECHAR : ‘'L'heure des comptes est arrivée''    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Quatre cadres du ministère de l'Industrie et l'ancien directeur du CPA en détention    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Autopsie d'un complot    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    Le cas Ounas divise les Verts    "Le recrutement sera bouclé d'ici quelques jours"    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Man United : Un flop du Barça pour remplacer Pogba ?    La société civile pour une transition de «rupture»    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Dialogue… ?    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn El Turck pas encore prête pour l'accueil du rush des vacanciers: Les prémices d'un énième échec de la saison estivale
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 05 - 2019


A moins de 20 jours de l'ouverture officielle de la saison estivale, la contrée côtière d'Aïn El Turck ne semble à priori toujours pas encore prête à accueillir dans de bonnes conditions le rush des millions de vacanciers. Selon le constat, même un miracle ne risquera pas d'améliorer à temps le cadre de séjour, qui s'annonce déjà sordide. En effet, hormis les trottoirs de la prestigieuse rue Melinnette, qui font actuellement l'objet d'un aménagement, ayant été lancé six mois auparavant et ce, plus d'un demi-siècle après l'indépendance du pays, aucune autre opération d'embellissement, qui mérite d'être signalée, n'a été lancée. Les travaux de ce projet, qui ne semble pas encore prêt de se réaliser, stagnent depuis bien avant l'entame du mois de carême, à hauteur de la zone délimitant la localité de Claire Fontaine à celle de St Germain, à un jet de pierre de la morbide esplanade du 5 juillet, qui fait peine à voir. Cette rue, qui longe partiellement la façade maritime des six localités du chef-lieu où trône un grand nombre de bâtisses hideuses délabrées, dont les travaux de réalisation sont à l'arrêt depuis des lustres, ainsi que d'autres habitations et résidences lugubres ayant été érigées en violente contradiction avec les normes de l'architecture conforme aux critères d'une station balnéaire au même titre que les autres artères essaimées à travers la municipalité d'Aïn El Turck, n'ont pas, en effet, été ciblées par une quelconque opération pouvant contribuer à l'amélioration du cadre de séjour pour ces vacanciers et de vie pour la population par ricochet. Cela fait mal au cœur d'assister à la déchéance d'une si belle contrée sans pouvoir réagir autrement qu'à travers un nombre indéterminé de requêtes adressées aux responsables concernés, qui se sont succédé à ses destinées et ce, pour tenter en vain d'attirer leur attention sur sa déperdition ». Il importe de noter que la commission de la direction du tourisme de la wilaya d'Oran, lors d'une première visite avait dressé un tableau peu reluisant. Selon ce constat, la cruelle désuétude dans laquelle végètent ces plages augurent sur tous les points une énième situation de déliquescence, fétide, similaire à la précédente année et ce, en raison de l'absence d'opération pour tenter d'améliorer, quelque peu, le cadre de séjour pour les millions de vacanciers attendus cet été. La dernière saison estivale a laissé un goût acerbe, enfanté par une panoplie de couacs, qui aurait en principe dû servir de leçon et susciter une réaction pour tenter d'éradiquer un tant soit peu le lot varié de contraintes et autres désagréments, qui ont lamentablement gâché le séjour d'agrément à des dizaines de familles, venues l'été dernier de toutes les régions du pays et même de l'étranger, pour déstresser et profiter des plaisirs que procure la mer. La dernière déliquescence estivale a été vivement dénoncée par la majorité des estivants. La commission a en effet constaté en plus du déversement des eaux usées sur le site des Andalouses, dans la localité des Coralès, le village de Cap Falcon, les amas d'ordures ménagères et autres détritus ainsi que les déchets de matériaux de construction sur ces plages. Le constat fait également état de la bidonvilisation des plages de cette partie de la wilaya d'Oran. Effectivement, de St Roch jusqu'à Bousfer Plage aucune plage n'a été épargnée par cette transgression, qui ne semble plus susciter de réaction chez les responsables concernés au point de devenir une activité commerciale lucrative, comme tant d'autres, gérée par des réseaux bien organisés, qui vantent le bénéfice de la complaisance.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.