Djerad: lutter contre la bureaucratie pour "un avenir meilleur"    Séisme à Mila: plus de 3.100 constructions inspectées à travers les zones sinistrées    Installation de la nouvelle présidente et du nouveau procureur général à la Cour d'Ain Temouchent    Huit ans de prison ferme contre Wassiny Bouazza    Foot: les clubs contestataires de la LNFA et de la LIRF introduisent des recours    ECOLE SUPERIEURE DE LA GN DE ZERALDA : Sortie de la 07ème promotion d'officiers    Affaire de l'enregistrement sonore: liberté provisoire pour Nassim Saâdaoui    Le procès de Baha Eddine Tliba reporté    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent le vaccin    Quatre walis testés positif au coronavirus    495 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    En attendant l'ouverture des plages, les estivants envahissent la Corniche oranaise    Les habitants de Jijel redécouvrent la splendeur de la nature loin des plages    REOUVERTURE GRADUELLE DES PLAGES : Toutes les conditions sont réunies à Mostaganem    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





18ème vendredi de la contestation: «Le problème de l'Algérie n'est pas le drapeau, mais le système»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 06 - 2019

«Nous n'avons pas demandé de changer l'emblème national par un autre, nous avons exigé le changement du système», telle est la réponse des manifestants à la déclaration de Gaid Salah sur l'interdiction des drapeaux autres que l'emblème national, lors de ce 18ème vendredi de manifestations pacifiques.
A Alger, les services de la police n'ont pas hésité à interpeller quelques manifestants et confisquer les drapeaux amazighs, en usant de gaz lacrymogènes. Cela s'est passé notamment près de la Grande Poste d'Alger et ses alentours, où était déployé un impressionnant dispositif sécuritaire.
Les policiers ont tenté de «faire respecter strictement les lois en vigueur et de faire face aux individus qui essayent d'attenter à nouveau aux sentiments des Algériens à propos de ce sujet sensible et délicat», selon les propos de Gaid Salah, mais ils ont par la suite abandonné, vu la foule des protestataires.
Les manifestants ont demandé, comme il était écrit sur des pancartes, aux acteurs du Hirak de se concentrer sur l'essentiel : «discutons des propositions pour un sortie de crise et le changement radical du système». Sur une autre pancarte on pouvait lire «le problème de l'Algérie n'est pas le drapeau mais le système en place, svp pas de confusion».
Avec un pacifisme exemplaire, les manifestants scandaient ensemble «les Algériens amazighs», «nous sommes tous des Algériens, pas de régionalisme». Des drapeaux Amazighs flottaient à coté de l'emblème national.
Les protestataires ont demandé, hier encore, le départ des symboles du régime et l'installation d'une instance souveraine et indépendante qui sera chargée de préparer les élections. En insistant sur l'édification d'un Etat civil et non un Etat militaire. Et de scander «l'unité de l'Algérie est une ligne rouge, tous des frères, pas de régionalisme».
Sur une pancarte brandie par un jeune manifestant, il était écrit «Qui protège Naima Salhi qui passe son temps à nourrir la division et le régionalisme et le racisme en toute impunité ». Des manifestants ont crié des slogans hostiles au chef de l'état-major de l'armée.
Hier, à Constantine, 18e vendredi consécutif des manifestations contre le système, des milliers de citoyens ont sacrifié leur virée du week-end au bord de la bleue pour ne pas rater le rendez-vous. Et, la foule immense a marqué cette manifestation avec des slogans qui plaident pour l'unité nationale, à cause de l'irruption sur la scène de cette interdiction de ne porter que l'emblème national. « Djazayrines machi aâda» (les algérien ne sont pas des ennemis), « notre force est dans notre union», scandaient dans ce sens les manifestants. A Constantine, ce drapeau Amazigh n'est généralement pas trop voyant au sein de la foule. Et, ce 18e vendredi, deux manifestants seulement le portaient au beau milieu d'un carré compact. Des policiers en civil ont tenté de leur arracher des mains ce drapeau, mais les choses ont failli dégénérer dans le sillage de cette intervention, si ce n'est l'attitude professionnelle adoptée par les policiers en question, qui ont su manœuvrer pour apaiser les esprits et laisser les manifestants battre le pavé dans une atmosphère pacifique. On a pu remarquer également que les affaires d'autres manifestants qui arrivaient au centre étaient fouillées, apparemment à la recherche du drapeau amazigh. Un autre passera avec le même sigle amazigh imprimé sur son tee-shirt. Difficile de lui arracher son tee-shirt de sur le corps et le laisser torse nu ! D'ailleurs, on n'a pas parlé de tee-shirt mais de drapeaux. Le débat sur la question était au sein des policiers déployés au centre-ville. Cette intrusion de la problématique de l'étendard au sigle amazigh n'a pas été du goût des manifestants, qui ont insisté, eux, sur le départ de la « Issaba». « Trouh el îassaba n'walou labass» (avec le départ du gang on sera mieux), scandait la foule. La foule, elle, donc, continuait de marcher et crier « dawla madania machi aâskaria» (état civil et non militaire). D'autres slogans réguliers ont été également maintenus, dont « Algérie libre et démocratique», « Djazaïr Chouhada», ainsi que d'autres chants patriotiques qui ont toujours animé la scène du Hirak, recouverte de l'emblème national.
Des marches similaires ont été enregistrées à travers plusieurs wilayas du pays où les manifestants ont scandé les mêmes slogans et revendications.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.