Les présidents de trois partis reçus par le chef de l'Etat    Les explications de Cevital    163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès en 24 heures    Le leader en péril à Biskra    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    Enfin la "reconnaissance" par un président Français !    Les facteurs déterminants du cours des hydrocarbures    Les Soudanais autorisés à entrer en Algérie    RCR-USMBA délocalisé au stade de Chlef    Le MCA pour sauver son image    L'Algérie entame sa véritable course dans le processus de l'émergence    Suspension des vols charters entre Alger et l'aéroport chinois Chengdu    Le tribunal de Fellaoucene ordonne une enquête préliminaire    «Mon plus grand soutien, c'est l'Armée !»    Enregistrement audio de chansons et musiques    La France reconnaît que son armée a assassiné Ali Boumendjel    Le court métrage algérien «Mania» primé    Djerad: mettre en place des plateformes en ligne pour les demandes d'exercice d'activité socio-économiques    La RASD, un combat séculaire, une volonté populaire pour une défaite Inéluctable du colonialisme    Beldjoud préside la cérémonie d'installation du wali d'El Meghaier    Accidents: 7 morts et 393 blessés en une semaine dans les zones urbaines    Algérie Poste: es vignettes automobiles disponibles dans tous les bureaux postaux du pays    Le Maroc doit rendre des comptes concernant l'occupation illégale des territoires sahraouis    Arsenal: Arteta répond à la rumeur du Barça    Coronavirus: 163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès    Des vents forts souffleront mercredi et jeudi sur plusieurs wilayas du sud du pays    M. Chitour évoque les opportunités de coopération et de partenariat avec l'ambassadeur d'Espagne en Algérie    Prétendu engagement militaire de l'Algérie dans le Sahel: l'ambassade de France dément des propos attribués à Macron    Karouf dans l'attente des nouvelles recrues    Le lion change de look    Actuculte    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Zones d'ombre: le programme du président de la République sera concrétisé    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Voici les pays qui mènent la course    Indispensable neutralité    Elections, ANP, économie nationale: Tebboune s'explique    Relance des enquêtes ménages à Aïn El Turck: Les mal-logés crient leur désarroi    Marche des étudiants à Alger    Relaxe pour le maire d'Afir    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    Des changements chez l'Algérienne des Assurances    La défense réclame la présence des accusés    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





12ème vendredi de la contestation: «Non à une transition à l'égyptienne»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 05 - 2019

«Makach intekhabat ya El Issabat» «il n'y aura pas d'élections les gangs» est la sentence prononcée par les manifestants, en ce 12ème vendredi de la protestation.
La manifestation d'hier vendredi a montré que le jeûne n'est nullement un facteur qui peut conduire à l'essoufflement du Hirak. Bien au contraire, les Algériens étaient très nombreux à investir les espaces publics, et ce, à travers les grandes villes du pays, pour «déloger le système en place».
A Alger, les manifestants ont commencé à se rassembler vers les coups de 9h du matin, au niveau de la Grande Poste d'Alger et celle du 1er Mai. Une minute de silence a été observée à la mémoire des martyrs des massacres du 8 mai 1945.
La détermination des manifestants est restée intacte après plus de deux mois de protestation (depuis le 22 février). Des femmes avec leurs enfants, des jeunes et des personnes âgées ont occupé la rue pour dire «Non à l'élection du 04 juillet prochain» et «Oui pour le départ de tous les symboles du système corrompu en place».
Des manifestants ont appelé au départ de Bensalah et Bedoui, et même le vice-ministre de la Défense, Gaid Salah n'a pas échappé aux appels l'invitant à quitter son poste, en ce 12ème vendredi. Une suite logique qui répond en fait, à ses appels insistants pour la tenue de l'élection présidentielle dans «les délais» et le maintien de Abdelkader Bensalah chef d'Etat par intérim et le gouvernement Bedoui. A cela s'ajoute la vague d'arrestations et de détentions opérée par l'institution militaire, à l'encontre de personnes civiles, sans précisions ou éclaircissement.
Les manifestants ont scandé «Gaid Salah dégage» au moment où les policiers ont tenté d'arracher une banderole hostile à Gaïd Salah à la Grande Poste d'Alger. D'autres manifestants étaient eux plus «cléments» vis-à-vis du vice-ministre de la Défense en scandant «Gaid Salah on vous a fait confiance, si vous trahissez la confiance du peuple, vous allez connaître le même sort que Bouteflika» ou «Gaid Salah vous êtes contre la volonté du peuple».
D'autres protestataires on brandi une grande pancarte sur laquelle était écrit «l'application et le maintien de l'article 102 n'est qu'une tentative de clonage du système mafieux en place», «Où sont les articles 7 et 8 de la Constitution, votre propagande et vos scénarios pour une élection bidon, sponsorisée par des délinquants, ne nous intéresse pas».
Sur une autre pancarte on pouvait lire «56 ans de régime militaire dont 25 ans de corruption, de prédation et d'usurpation à tous les niveaux, BARAKAT, nous rêvons d'un Etat de droit, de dignité et de citoyenneté dans une nouvelle république libre et démocratique». D'autres préviennent à travers leurs banderoles «Etat civil et non militaire» ou «Non à une transition à l'égyptienne».
A Constantine, pour ce 12ème vendredi consécutif, des manifestations contre le système politique, coïncidant au premier vendredi du ramadhan, les citoyens étaient au rendez-vous, et par milliers. Bien sûr, leur nombre a relativement diminué, mais les manifestants se comptaient par milliers, comme toujours. Comme toujours, donc, les cris ont fusé dans la foule pour dénoncer «le gouvernement de bricolage». «Ni Bensalah ni Bedoui», «non au gouvernement de bricolage», scandaient les manifestants dans cet après-midi assez chaud. C'est aux environs de 14h30mn que le centre-ville de Constantine a été investi par les manifestants, venus de tous les quartiers, enveloppés dans l'emblème national ou le laissant flotter au vent. Organisés dans des carrés, les manifestants reprenaient en chœur les slogans chers au mouvement populaire, en l'occurrence «système dégage». Sur une large banderole, on pouvait lire une revendication qui exige la dissolution des partis politiques de l'ex-alliance présidentielle, en l'occurrence le FLN, RND, TAJ et MPA, ou encore des photos de Bensalah et Bedoui, avec des croix rouge qui barraient leurs portraits.
Le message est clair, «dégagez tous autant que vous êtes», certains s'attaquent à l'armée. «Non au pouvoir militaire», scandaient des manifestants, et reprenaient en chœur «Gaid salah, nous voulons des faits pas des paroles», «itihad wa silmia nabni dawla qaouiya» (uni et pacifique on construit un pays solide). D'autres insistaient dans leur slogan sur «l'unité nationale», sur «la liberté» et «la démocratie». On ne manquera pas également de dénoncer à gorges déployées les voleurs qui ont dépouillé le pays (klitou labled ya sarakine). Les milliers de manifestants qui, comme à l'habitude, ont afflué de tous les quartiers vers le centre-ville pour participer à cette 12e marche, maintiennent la pression pour changer radicalement le système politique, y compris durant le ramadhan, période durant laquelle on croyait qu'il y aurait un relâchement dans les manifestations à cause de la fatigue et de la soif. «Le peuple ne se fatiguera pas de dire : dégagez tous», pouvait-on lire sur une large banderole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.