Le projet de loi de finances complémentaire 2020 en chiffres    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Le déconfinement divise les Algériens    Dr Mohamed Bekkat Berkani évoque un "déconfinement territorial"    Plus de 5.000 poursuites judiciaires    Ouargla-Covid19: distribution de 100 000 bavettes aux citoyens    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    Plus de 10 000 agriculteurs sans carte professionnelle    ALGERIE-TURQUIE : Le président Tebboune s'entretient par téléphone avec Erdogan    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    8 soldats tués dans une attaque attribuée aux Houthis    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : L'accès à l'information relève du "droit au service public"    Le journaliste Drareni reste en prison    L'approche fiscale adoptée face au recul des recettes pétrolières (PLFC 2020): des députés émettent des réserves    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    Les habitants de la cité Makhat protestent    4 826 individus arrêtés à Mascara    Des commerces sommés de fermer à Relizane    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Le HCA plaide pour l'élaboration d'"une carte linguistique de Tamazight" en Algérie    Covid19: 160 nouveaux cas, 211 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    Plan d'annexion israélien en Cisjordanie : "une telle décision ne peut pas rester sans réponse"    Crise libyenne: Boukadoum exprime la "profonde" préoccupation de l'Algérie et sa disposition à abriter le dialogue libyen    Sport-Coronavirus: le contrôle médical des athlètes d'élite impératif avant la reprise    Massacres du 8 mai 1945: des crimes revêtant une dimension génocidaire    Il y a 30 ans, un drame affligeait le handball algérien    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    L'Arav sévit, la police ouvre une enquête    The mask    Irresponsables !    organisée dans cette ville Vive tension à Kherrata    WA Tlemcen: Le Widad caresse le rêve de l'accession    Embarek Houcinat n'est plus    Boumerdès: Le procès de Hamel, son fils et d'ex-responsables reporté    Amar Belhimer: La presse nationale «présente des faiblesses structurelles»    Mutation et promotion de cadres de la wilaya    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    AS Monaco: Slimani, une situation paradoxale    FAUSSES EVIDENCES    Guerre de libération nationale: Djanina Messali Benkalfat raconte Messali Hadj    France: Comment sont enterrés les musulmans isolés et sans ressources ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abderrahmane Hadj-Nacer: Les contours d'une sortie de crise «acceptable par l'armée et le Hirak»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 06 - 2019

«En situation de crise, comme pour le vivre ensemble, il y a nécessité de composer. Tabler sur un effondrement du système est une vue de l'esprit. Il est à sa manière et par delà les individus, une construction solide, ancrée dans la population, qu'il s'agit de moderniser, en l'obligeant à assumer ce à quoi il s'est soustrait ces dernières années ». Ces propos sont de Abderrahmane Hadj-Nacer, l'ancien gouverneur de la Banque d'Algérie, rencontré hier lors d'une conférence-débat consacrée au Hirak, à l'armée, et à la sortie de crise que tout le monde réclame. La rencontre, animée conjointement par Akram Kharief, directeur de publication du site MENA Defense, s'est déroulée au siège de SOS Bab El Oued. Pour M. Hadj-Nacer, «il n'y aura aucune solution en dehors du système», à moins d'une «révolte» à la libyenne, un scénario que « personne ne souhaite». D'où la nécessité d'une solution négociée dont le point de départ est la désignation d'un individu ou d'un groupe d'individus qui aurait la confiance aussi bien de l'institution militaire que du Hirak. L'armée est appelée à désigner une ou des personnalités «sur lesquelles elle n'a pas de véto». Pour l'orateur, il s'agit de voir comment «avancer ensemble sans que l'armée ne se sente remise en cause». «Il s'agirait à mon avis, de proposer un individu ou un groupe qui permette un compromis inclusif, en premier lieu au sein de l'armée pour les prochaines étapes. À cette personnalité ou groupe, ayant une «légitimité populaire» à travers une acceptation par le Hirak, reviendra la mission d'obtenir un positionnement politique clair de et pour l'armée, dans toutes ses composantes, pour qu'elle puisse assumer toutes ses responsabilités sans être dans la nécessité de manipuler un pouvoir civil », ajoute l'ancien gouverneur de la Banque Centrale.
«Il appartiendra à l'armée de désigner et au peuple d'agréer cette personnalité ou groupe » qui soumettra « chaque vendredi » à « l'appréciation populaire », « le programme, son évaluation et son bilan ». Au-delà des compétences d'ingénierie politique et technique, le rôle de la personnalité ou le groupe de personnalités est de permettre « le passage à un pouvoir légal », mais également de « définir le rôle de l'armée et celui des services de sécurité dans les décisions portant sur les choix fondamentaux du pays ». Pour l'intervenant, le débat sur les questions de gouvernance, de lutte contre la corruption, et de la finalité des institutions, comme celle des services de sécurité, « ne doit pas se faire uniquement à l'intérieur d'un système clos, dont on ne connaît pas forcément ni le contenu humain, ni le cahier des charges ». « C'est cette opacité que reproche aujourd'hui les gens, pas le fait qu'on mette en prison X ou Y. Quelle est la logique, en dehors d'un règlement de comptes ? », ajoute M. Hadj-Nacer.
Outre de rassurer l'armée, l'intervenant considère qu'il y a aussi des assurances à apporter aux civils. « Il s'agira de rassurer quant à la prochaine étape où seront abordées les questions de diversité, la notion de liberté, au-delà de la liberté fondamentale de s'exprimer, les libertés d'agir librement, dans le domaine de l'initiative économique notamment. »
La deuxième partie de la rencontre a permis à Akram Kharief de dresser un état des lieux au sein de l'armée et des aspects que cette institution devrait assumer, comme l'industrie militaire. Pour le directeur de la publication de Mena Défense, l'étape à venir devrait permettre d'aider l'armée « a ne pas avoir peur » du « changement inéluctable ». Passant en revue l'évolution des dépenses militaires, depuis les années 90 à nos jours, l'orateur estime que l'institution s'est beaucoup développée. Il a néanmoins pointé du doigt aussi bien l'incapacité de l'armée à communiquer et à expliquer (notamment sur la lutte antiterroriste), mais également le problème de la transparence et de « l'absence totale des commissions de défense » de l'APN et du Sénat. Il a également évoqué la nécessité de débattre de la place de l'armée et des services de renseignement dans le cadre d'un processus démocratique. Pour M. Kharief, « le risque politique ne doit pas être assumé par l'armée ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.