Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Covid-19: au moins 708.236 décès dans le monde    La confrérie Tidjanie joue un rôle important dans la propagation des valeurs de l'Islam et de la paix    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    Explosions au Liban: 137 morts et 5.000 blessés    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    La bataille du siège entre au tribunal    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Deux Algériens légèrement blessés    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    La fille des Aurès    Le phénomène prend de l'ampleur à Relizane    L'infrangible lien...    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 07 - 2019

Quand l'on parle de «gouvernement provisoire», la pensée de tout citoyen va directement dans la plongée historique de 1958. Ferhat Abbès et ses vaillants coéquipiers. Mais comme l'on est à ce jour à compter les jours qui s'allongent et s'allongent de ce «gouvernement provisoire», loin de la vaillance des aînés, tout nous semble malheureusement provisoire. Sauf la finale de la Coupe d'Afrique. Un fait réel, des buts authentiques, de la sueur, de l'émoi et de la joie folle, hystérique mais bénéfique. Belmadi est un chef de gouvernement qui ne parle pas trop, ne ment pas, ne promet rien et agit de concert. Hier nous avions des joueurs mais pas une équipe, nous avions des ministres mais pas un gouvernement, aujourd'hui nous avons des joueurs et une équipe, mais ni ministres ni gouvernement.
Rejeté dès sa nomination, ce gouvernement peine à surgir ou au moins essayer de se donner une certaine légitimité. Il ne fait rien, juste s'atteler à nommer les proches comme un investissement ou acte de bienfaisance et chasser les autres comme une revanche. Il y est de l'avenir des institutions. Le principe aurait voulu qu'ils composent avec le surplace. L'on saura après leur départ les dégâts causés aux différents secteurs. Pourtant tout indique qu'il n'est que transitoire, précaire, momentané, dérisoire. Une simple petite administration qui s'est placidement ministrabilisée et qui tend à se politiser. Les partis dits d'opposition, les personnalités dites nationales qui ont refusé de s'y joindre auraient senti le caractère aléatoire d'un tel effectif appelé à gérer en option linéaire les affaires en cours. Encore que rien n'est en cours. Quelques visites furtives et chahutées, façon de dire que l'on est sur terrain, pas plus, essayant de donner un semblant de réponse à des citoyens avides de changement et exigeant même la rupture, voire la disparition totale de tous. L'illusion de ces derniers est bien imbibée de sang neuf et jeune et inscrite aussi dans la permutation des noms et des secteurs. Limité dans l'exercice du pouvoir, le soi-disant Premier ministre s'est fait involontairement emprisonné, il ne sort plus, il ne sourit plus, il ne communique plus, lui qui ne cessait de parcourir communes et communes, de papoter à gauche et à droite. Il dit travailler dans les réunions closes et les séances qui l'entourent avec « ses ministres » pour ne représenter quelque part qu'un très grand commis de l'Etat avachi, flétri par le Hirak, sans autonomie dans l'action politique. Même l'aspect économique désastreux qui guette le pays, une fois la crise politique dénouée, n'est pas dans son agenda. L'entreprise croule, le chômage ne dit pas ses chiffres, les réserves s'amenuisent, le malheur s'accroît. Quel est donc son rôle actuel ? Gérer les élections ! Personne ne pense que le peuple va se laisser faire et entériner un tel personnage pour le comptage des voix. L'histoire électorale, les fraudes, les mauvais taux, les deux poids et mesures sont toujours là irréfragables et ne peuvent encore se pérenniser. Tous les députés et sénateurs sont le produit d'un mode opératoire électoral bien connu.
Ce gouvernement n'a pas cette étoffe classique d'avoir une couleur purement politique ou cette acariâtreté dynamique, étant nommé dans l'agonie d'un pouvoir qui se savait mourant. En sa majorité, il est composé de cadres administratifs. Pas de militants, essentiellement des carriéristes de la fonction publique. Parfois, des professionnels es-qualité, pas plus. Que dire de ces ministres qui ne rêvaient que d'avoir un poste local ou une place assez confortable dans les zéphyrs d'un décret présidentiel les plaçant ainsi dans la cour de ce qu'ils prenaient pour grands ? Et s'ils se trouvent par miracle ministre, c'est que l'on ne peut penser que le choix était pour raviver la flamme éteinte d'une Algérie qui aspire à la reviviscence. Nommés par les dernières volontés d'un mourant, en bon droit des règles orthodoxes, ils sont nuls et non avenus. Hormis un ou deux, les autres sont venus apprendre le métier de ministre. L'un s'acharne sur les langues, s'illusionnant l'avantage de l'une sur l'autre, l'autre sur le mauvais livre et l'amour des subventions paternelles et ainsi va la cadence des soubresauts d'un gouvernement né dans l'urgence d'une révolution qui n'a pas dit tous ses mots.
L'on ne peut forcer l'amour d'un peuple, l'on ne peut confisquer à son profit les gloires de son histoire. L'on peut toutefois garder sa rectitude si l'on sait quitter la scène, sans bruit, sans frémir, sans rougir. C'est vrai, dans le temps, la démission était une offense face au roi déchu, mais maintenant, elle ne peut être qu'un honneur, un signe de nif et de baroud. Trouvez-vous des maladies, des impotences, des empêchements, des affaires personnelles, des fausses dignités, un truc du genre quoi, un argument, car vous êtes loin des positions, des incompatibilités d'humeur et des décisions politiques. Partez, s'il vous plait !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.