Zeghmati depuis Oran : La quête de justice, devise où se fondent toutes les revendications    Bordj Bou-Arreridj : Installation du nouveau président de la Cour eu Procureur général    Dans le cadre du suivi de l'activité gouvernementale : Bensalah et Bedoui examinent la situation politique et socio-économique du pays    Climatiseurs DualCool et ArtCool : Les nouveaux nés de LG    Bourses : L'Europe finit en hausse, portée par les espoirs de relance    Importations: Des matériels roulants en souffrance au niveau des zones sous-douanes débloqués    Sahara occidental : Bolton n'est pas le seul responsable américain à ne plus vouloir ignorer le conflit    Chine : Réunion du PCC pour analyser la situation économique    Rencontre Poutine-Macron : La Russie ne souhaite pas un scénario à la Gilets jaunes à Moscou    Ligue 1 (2e journée) : L'USMA tient bon à Constantine, le MCA remporte le derby face au PAC    ATP: Le Sud-Coréen Lee, le 1er joueur sourd à gagner un match sur le circuit    Saison estivale à Blida: Plusieurs programmes de loisirs au profit des enfants nécessiteux    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Le chef de l'Etat appelle à faire avancer le processus de dialogue    Karim Younes ne baisse pas les bras    37 décès et 1.919 blessés en une semaine    Des étudiants déterminés    Etat d'urgence dans deux provinces de l'Est    L'ONM demande la dissolution du FLN    Nouvelle publication    Galatasaray : Falcao est attendu demain    Un match contre ses détracteurs    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    Johnson brandit la fin immédiate de la libre circulation des personnes    Le ministère de la Santé nous écrit    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 07 - 2019

Quand l'on parle de «gouvernement provisoire», la pensée de tout citoyen va directement dans la plongée historique de 1958. Ferhat Abbès et ses vaillants coéquipiers. Mais comme l'on est à ce jour à compter les jours qui s'allongent et s'allongent de ce «gouvernement provisoire», loin de la vaillance des aînés, tout nous semble malheureusement provisoire. Sauf la finale de la Coupe d'Afrique. Un fait réel, des buts authentiques, de la sueur, de l'émoi et de la joie folle, hystérique mais bénéfique. Belmadi est un chef de gouvernement qui ne parle pas trop, ne ment pas, ne promet rien et agit de concert. Hier nous avions des joueurs mais pas une équipe, nous avions des ministres mais pas un gouvernement, aujourd'hui nous avons des joueurs et une équipe, mais ni ministres ni gouvernement.
Rejeté dès sa nomination, ce gouvernement peine à surgir ou au moins essayer de se donner une certaine légitimité. Il ne fait rien, juste s'atteler à nommer les proches comme un investissement ou acte de bienfaisance et chasser les autres comme une revanche. Il y est de l'avenir des institutions. Le principe aurait voulu qu'ils composent avec le surplace. L'on saura après leur départ les dégâts causés aux différents secteurs. Pourtant tout indique qu'il n'est que transitoire, précaire, momentané, dérisoire. Une simple petite administration qui s'est placidement ministrabilisée et qui tend à se politiser. Les partis dits d'opposition, les personnalités dites nationales qui ont refusé de s'y joindre auraient senti le caractère aléatoire d'un tel effectif appelé à gérer en option linéaire les affaires en cours. Encore que rien n'est en cours. Quelques visites furtives et chahutées, façon de dire que l'on est sur terrain, pas plus, essayant de donner un semblant de réponse à des citoyens avides de changement et exigeant même la rupture, voire la disparition totale de tous. L'illusion de ces derniers est bien imbibée de sang neuf et jeune et inscrite aussi dans la permutation des noms et des secteurs. Limité dans l'exercice du pouvoir, le soi-disant Premier ministre s'est fait involontairement emprisonné, il ne sort plus, il ne sourit plus, il ne communique plus, lui qui ne cessait de parcourir communes et communes, de papoter à gauche et à droite. Il dit travailler dans les réunions closes et les séances qui l'entourent avec « ses ministres » pour ne représenter quelque part qu'un très grand commis de l'Etat avachi, flétri par le Hirak, sans autonomie dans l'action politique. Même l'aspect économique désastreux qui guette le pays, une fois la crise politique dénouée, n'est pas dans son agenda. L'entreprise croule, le chômage ne dit pas ses chiffres, les réserves s'amenuisent, le malheur s'accroît. Quel est donc son rôle actuel ? Gérer les élections ! Personne ne pense que le peuple va se laisser faire et entériner un tel personnage pour le comptage des voix. L'histoire électorale, les fraudes, les mauvais taux, les deux poids et mesures sont toujours là irréfragables et ne peuvent encore se pérenniser. Tous les députés et sénateurs sont le produit d'un mode opératoire électoral bien connu.
Ce gouvernement n'a pas cette étoffe classique d'avoir une couleur purement politique ou cette acariâtreté dynamique, étant nommé dans l'agonie d'un pouvoir qui se savait mourant. En sa majorité, il est composé de cadres administratifs. Pas de militants, essentiellement des carriéristes de la fonction publique. Parfois, des professionnels es-qualité, pas plus. Que dire de ces ministres qui ne rêvaient que d'avoir un poste local ou une place assez confortable dans les zéphyrs d'un décret présidentiel les plaçant ainsi dans la cour de ce qu'ils prenaient pour grands ? Et s'ils se trouvent par miracle ministre, c'est que l'on ne peut penser que le choix était pour raviver la flamme éteinte d'une Algérie qui aspire à la reviviscence. Nommés par les dernières volontés d'un mourant, en bon droit des règles orthodoxes, ils sont nuls et non avenus. Hormis un ou deux, les autres sont venus apprendre le métier de ministre. L'un s'acharne sur les langues, s'illusionnant l'avantage de l'une sur l'autre, l'autre sur le mauvais livre et l'amour des subventions paternelles et ainsi va la cadence des soubresauts d'un gouvernement né dans l'urgence d'une révolution qui n'a pas dit tous ses mots.
L'on ne peut forcer l'amour d'un peuple, l'on ne peut confisquer à son profit les gloires de son histoire. L'on peut toutefois garder sa rectitude si l'on sait quitter la scène, sans bruit, sans frémir, sans rougir. C'est vrai, dans le temps, la démission était une offense face au roi déchu, mais maintenant, elle ne peut être qu'un honneur, un signe de nif et de baroud. Trouvez-vous des maladies, des impotences, des empêchements, des affaires personnelles, des fausses dignités, un truc du genre quoi, un argument, car vous êtes loin des positions, des incompatibilités d'humeur et des décisions politiques. Partez, s'il vous plait !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.