31e semaine de manifestation pacifique : Un vendredi particulier    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Moussa Benhamadi sous mandat de dépôt    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    Des céréaliers refusent de vendre de l'orge aux brasseurs    Un potentiel à l'export inexploité    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tractations diplomatiques pour une sortie de crise    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Tliba et le fils Ould-Abbès s'accusent mutuellement    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    «Les Algériens ont peur de nous…»    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    "C'est Carlos Queiroz qui a insisté pour affronter l'Algérie"    La harga en famille revient    La Protection civile lance une campagne de sensibilisation    ACTUCULT    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    Mexico réclame à Paris l'annulation d'une vente aux enchères    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    L'Algérie parmi les quatre derniers    Mode d'action du hirak : La mobilisation enfle à Béjaïa    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Gaïd Salah donne des instructions à la Gendarmerie: Nouveau tour de vis pour accéder à Alger    La surenchère est contreproductive pour les élections    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Souk-Ahras: Plus de 16.000 comprimés psychotropes saisis    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Son fils Nacer l'affirme: L'affaire de l'assassinat de Boudiaf relancée ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 08 - 2019

Les brusques changements politiques intervenus dans le sillage du mouvement populaire du Hirak sont en train de faire bouger beaucoup de lignes au sein de la Justice algérienne, autant sur le volet des dossiers relatifs à la corruption et la mauvaise gouvernance, que sur d'autres plus sensibles restés encore « pendants ». Parmi ces dossiers encombrants pour tous les gouvernements qui se sont succédé depuis 1992, il y a celui du président du HCE Mohamed Boudiaf, tué le 29 juin 1992 à Annaba. Son fils, Nacer, qui a toujours défendu la thèse de l'assassinat politique, compte relancer sa plainte et le dossier en même temps. Le mandat d'arrêt international lancé par la justice militaire contre Khaled Nezzar, actuellement en fuite en Espagne, ainsi qu'une audience prévue par la justice suisse contre ce même ex-ministre de la Défense, semblent coïncider avec la réouverture du dossier de l'assassinat de Boudiaf. Nacer Boudiaf a annoncé sur sa page facebook que le dossier sera rouvert en septembre prochain. Nacer Boudiaf explique avoir pris du retard à déposer la plainte par souci de « constituer un dossier complet sur l'assassinat » contre les « principaux accusés dans l'affaire qui sont l'ancien ministre de la Défense, Khaled Nezzar et l'ancien chef des services de renseignements, le général Mohamed Mediene », dit Toufik. Le plaignant estime que le mandat d'arrêt international lancé contre le général Khaled Nezzar est « très positif d'un point de vue judiciaire, car il aide à l'ouverture du dossier Boudiaf ». « J'accuse le général Nezzar de l'assassinat car il était ministre de la Défense à l'époque et membre du Haut Comité de l'Etat », lance Nacer Boudiaf, selon lequel c'est Nezzar qui « a oeuvré à convaincre Boudiaf de revenir de son exil au Maroc et prendre en charge la Présidence ». La même accusation est portée contre le général Toufik, alors à la tête des services de renseignements au moment de l'assassinat à Annaba, pratiquement en direct à la télévision nationale, du président du HCE par Lembarek Boumaârafi, un lieutenant du GIS, un corps du DRS chargé de la sécurité du chef de l'Etat. Dans cette affaire, il y a également deux généraux décédés, Larbi Belkheir et Abdelmalek Guenaïzia, qui sont accusés d'avoir participé à l'assassinat. « La justice n'a pas le droit aujourd'hui de tergiverser pour rouvrir le dossier, à défaut je la considérerais comme complice dans ce grand crime », explique par ailleurs Nacer Boudiaf, qui a souligné que l'assassinat a été « exécuté par ces responsables militaires », et a reçu le « feu vert » de l'ancien président français, François Mitterrand.
En fait, c'est un « crime politique par excellence », estime Nacer Boudiaf, selon lequel le président du HCE « voulait mettre le FLN au musée, et il en avait seul la légitimité en tant que fondateur et il entendait faire rentrer l'armée dans les casernes et l'éloigner de la politique ». Officiellement, l'assassinat du président du HCE est « un acte isolé » de Lembarek Boumaârafi, sous-lieutenant du Groupement d'intervention spécial (GIS), affecté à la protection du président du Haut-Comité de l'Etat (HCE). Une commission d'enquête présidée par Ahmed Bouchaïb, un des membres des « 22 », avait conclu à « l'acte isolé » d'un homme aux penchants islamistes. Au mois de mai dernier, Nacer Boudiaf avait sollicité le chef de l'état-major de l'ANP Ahmed Gaïd Salah de rouvrir une nouvelle enquête sur l'assassinat du président du HCE, après avoir demandé en vain à Bouteflika la même chose. Selon Nacer Boudiaf, il s'agirait d'un complot. Pourtant, en juin 2017, le fils du président assassiné avait annoncé sa décision d'arrêter de chercher la vérité sur l'assassinat de son père. « J'ai décidé d'arrêter de chercher qui a tué mon père » avait-t-il affirmé.
« Cela fait 25 ans qu'on cherche la vérité, cela fait plusieurs années que nous avons annoncé publiquement des noms qui seraient derrière l'assassinat de mon père, sans que personne réagit, y compris la justice qui doit s'autosaisir. Rien de tout cela ! ». « Je suis convaincu que tant que ce système ne change pas, on ne saura jamais la vérité, bien que tous les Algériens savent qui a tué Boudiaf ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.