Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le plan de sauvegarde de Sidi El-Houari en cours: Relookage du périmètre «La Calère-Scaléra» avant l'urbanisation des Planteurs
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 09 - 2019

Après l'opération de revitalisation et d'embellissement du sous-secteur la Calère-Scaléra-Pêcherie, en cours d'exécution par tranches successives, le processus de ré-urbanisation du périmètre à flanc de montagne ‘Planteurs-Ras El Aïn' sera déclenché à court terme, voire à brève échéance si tout marche comme prévu.
En tout cas, le projet est « plus que jamais à l'ordre du jour », selon le wali qui précise qu'« il n'a jamais été question d'un classement du dossier, d'un abandon du projet ». « Au contraire, les choses évoluent, assez lentement certes, mais dans le bon sens », selon le chef de l'Exécutif local. C'est, en substance, la remarque préliminaire faite par le chef de wilaya avant d'en venir à l'essentiel. « Le frein qui maintenait immobile le projet d'urbanisation de la partie Planteurs-Ras El Aïn, objet de débidonvillisation par étapes successives, à savoir le gel de l'opération relative au plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur du secteur sauvegardé de Sidi El-Houari, vient d'être desserré avec la prise en charge, par la wilaya, de cette opération », a fait savoir le wali. Et d'expliquer : « Etant donné que cette opération, inscrite à l'indicatif de la direction de la Culture, était frappée du gel, on vient d'affecter une subvention sur budget de wilaya à l'indicatif de la commune d'Oran pour lancer la procédure de choix d'un bureau d'étude en vue de l'élaboration d'un plan de sauvegarde et de mise en valeur du site de Sidi El-Houari. Dès lors que l'intitulé a changé en inscription, on ne pouvait reconduire l'ancien BET et il fallait relancer la démarche pour en choisir un autre ». Il est à rappeler que la direction de la Culture avait confié cette mission à un maître d'œuvre établi dans la wilaya de M'Sila ayant à son CV entre autres références, le plan de sauvegarde de Kalâa des Beni-Hammad, édifiée en 1007 et nombre de quartiers classés dans les villes de Sétif et de M'Sila, avant que, le marché doté d'un montant de 14,6 millions de DA, n'ait été gelé dans le sillage des mesures d'austérité prises par le gouvernement.
Plan de sauvegarde de sidi El-Houari: enfin le frein desserré
« On attend donc la sélection d'un nouveau bureau d'études pour mettre au point un plan de sauvegarde de la vieille ville de sidi El-Houari. C'est donc là, la première étape. Par ailleurs, en concertation avec le président de l'APW, nous avons exposé notre vision et notre ambition par rapport au devenir du site surplombant le secteur sauvegardé de sidi El-Houari auprès du ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, lors de sa récente visite. Ce dernier a, dans ce cadre, chargé l'Entreprise nationale de promotion immobilière (ENPI) de confectionner une étude globale qui prend en compte tous les aspects y afférents : urbanisme, architecture, étude géotechnique du sol, nature juridique du terrain. Nous attendons avec impatience ce document-clé pour y voir plus clair avant de passer au concret. Nous verrons ainsi s'il y a des parcelles relevant du domaine forestier à contourner. Cela ne nous empêchera pas, pour autant, de demander le cas échéant des dérogations auprès de la Centrale », explique encore le wali, qui souligne qu'«en tout état de cause, nous avons la ferme intention d'urbaniser le site des Planteurs, car c'est là la seule façon de le sauvegarder ».
En attendant l'arrivée du fameux document PPSMVSS (suivi ou précédé, tout dépend) de l'autre document ENPI, les pouvoirs publics locaux ne font pas dans l'attentisme et l'expectative et sont déjà en train de faire « ce qui peut se faire » pour que, une fois l'image complète du puzzle est mise en évidence, les éléments périphériques et accessoires en cours de montage s'imbriqueront d'eux-mêmes, dans la nouvelle configuration. C'est le cas, comme a tenu à le rappeler le wali, par la même occasion, de l'aménagement du périmètre de la Pêcherie, le projet d'un ensemble promotionnel de haut de gamme sur la place de la Calère, piloté par l'Agence foncière, la création d'une forêt récréative à Scaléra, l'aménagement par paliers successifs de Scaléra, à partir du bas-relief de la Marina et en montant progressivement vers Santa Cruz via une nouvelle route dont le projet est confié à la DTP, entre autres opérations. « Nous comptons urbaniser les Planteurs par étapes. Nécessairement, un phasage doit être adopté au préalable.
Raser le tout pour commencer: «utopique» comme démarche
Car, je dirai qu'attendre l'évacuation de tout le bidonville (Planteurs-Ras El Aïn-Couchet El Djir) pour poser la première pierre est non seulement hypothétique comme démarche, mais utopique carrément », reconnaît Mouloud Cherifi. Procéder par étapes. Aménager par parties. C'est la démarche arrêtée donc pour ré-urbaniser, restructurer et revitaliser le site des Planteurs. Passer à l'action, doucement et modérément, et ne pas attendre l'utopique éradication intégrale du bidonville. Les éléments se juxtaposeront, les pièces s'emboîteront les unes dans les autres, donnant corps au POS, au fur et à mesure. Peu à peu, on y voit donc un peu plus clair. La ré-urbanisation de l'espace bidonvillisé, perché à flanc de montagne, surplombant le quartier de sidi El-Houari à hauteur des Planteurs et dont les tentacules s'étendent à Ras El-Aïn, Couchet El-Djir et El-Hassi, n'étant plus une « option » dans les projections des pouvoirs publics, mais une décision prise, un projet approuvé, le processus se fera par phasage. La décision d'injecter aux Planteurs une partie aussi infime soit-elle, d'un programme de logements déjà notifié à la wilaya, celui du LPA, d'une consistance de 1.800 unités dont l'Agence foncière et l'OPGI se taillent une part de 300 chacun, actera la naissance d'un nouvel ensemble urbain, peu consommateur d'espace, qui émergera de dessous les décombres. Ce quota de logements publics, ajouté à un autre quota de logements LPP, se veut, à priori, être la première pierre dans le dispositif de ré-urbanisation du site après sa débidonvillisation partielle et par îlots consécutifs.
Du LPA et du LPP aux Planteurs, en perspective
Les études géotechniques ont été déjà accomplies et un cahier de charges approuvé par la Commission technique DL-DUAC (direction du Logement et direction de l'Urbanisme, de l'Architecture et de la Construction). « Reboiser tout le terrain récupéré, cela serait un sinistre retour à la case de départ, puisque ce faisant, nous mettrons en place, de nos propres mains, les conditions favorables à une résurgence du phénomène ‘baraquement'. L'idée, c'est de restructurer ce secteur, de le ré-urbaniser spécifiquement, tout en respectant ses caractéristiques, ses singularités, dont en prime son entourage immédiat par sidi El-Houari», avait affirmé par ailleurs le wali, en marge d'une « énième » opération de relogement ciblant un pan de ce site d'habitats précaires. Le wali se voulait pragmatique, loin de l'idéalisme des adeptes de l'écologisme et de la ville verte ainsi que du passéisme des nostalgiques qui se souviennent encore et toujours des jardins et des sources d'eau douce du ravin de Ras El-Aïn, lequel élément structurait, jadis, une logique d'aménagement basée sur l'activité majeure d'exploitation terrienne, assortie d'activités liées aux moulins, lavoirs et fontaines qui ponctuaient les rythmes des pratiques sociales, dans le temps et l'espace.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.