Manipulation de l'image par M6: l'ARAV exprime sa "totale réprobation"    Un terroriste se rend aux autorités militaires à Ouargla    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Quand le bricolage fait des siennes    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    L'Algérie prend acte de la désignation de Bah Ndaw comme président de la transition    Le contrat de Tiboutine résilié    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Le niveau de l'eau en baisse significative    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Un projet pour autonomiser les femmes en Algérie    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Opération d'enlèvement des déchets inertes    Faible taux de consommation des crédits alloués    Le directeur sous contrôle judiciaire    Investiture en catimini du président Loukachenko    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Foot Der    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    7 symptômes qui démontrent que votre cœur ne travaille pas comme il le devrait    La démocratie et ses travestissements    Pourquoi et comment faire participer le citoyen résidant à la gestion de la ville ?    L'action publique : quelques incohérences ?    Poker gagnant pour l'Histoire    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    La très lente décrue se poursuit    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 09 - 2019

En dépit de la vague d'arrestations des militants politiques et certaines figures considérées comme des fidèles des manifestations pacifiques contre le régime, les étudiants sont sortis en force, en ce 30ème mardi de mobilisation , soutenus par un nombre important des citoyens, pour exprimer le rejet des élections présidentielles, du 12 décembre prochain. Plusieurs interpellations parmi les manifestants ont eu lieu, au moment où les manifestants commençaient à se rassembler pour entamer la marche, plus exactement à la Place des Martyrs. Mais ces « intimidations » n'ont pas empêché les manifestants à tracer leur chemin, exactement comme un cours d'eau. La mobilisation était assez forte avec des manifestants déterminés à poursuivre la protestation jusqu'au départ des résidus du système et la tenue d'élections encadrées par des personnalités choisies par le peuple. Les manifestants continuent à scander : « Il n'y aura pas de vote sans le départ de Bensalah et Bédoui » ou « pas d'élections avec les gangs ». Un des manifestants a répondu à Bensalah à travers sa pancarte brandie. « Un bulletin de vote est plus fort qu'une balle de fusil » écrit-t-il. Un autre s'interroge « pourquoi autant de précipitation, alors que les résidus du système de Bouteflika sont toujours aux commandes de l'Etat ? » Pour certains, « ces élections sont de vous et pour vous, car le peuple n'est pas de vous » lit-on sur une pancarte brandie par une étudiante. Les manifestants refusent en fait « le clonage du système par cette mascarade d'élections », lit-on sur une pancarte. Certains manifestants continuent à réclamer « la Constituante et ce, avant les présidentielles».
Des parents, amis et proches des manifestants incarcérés soutenus par les citoyens continuent à réclamer la libération de leurs enfants. « Libérez nos enfants, ce ne sont pas des trafiquants de cocaïne ». Les manifestants ont scandé « un Etat civil et non militaire ». D'autres se sont adressés aux autres citoyens : « le Hirak est un devoir national, ne restez pas à l'écart, vous êtes tous concernés». La foule s'est dispersée à la fin de la manifestation en se donnant rendez-vous pour vendredi prochain. « Le vendredi, ça sera le tsunami», prédisent les manifestants.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.