DEFENSE NATIONALE : Un terroriste abattu et 4 éléments de soutien arrêtés    La justice va confisquer aux Hamel 10000 milliards de cts    TIPASA : Livraison de 1600 logements AADL    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les frères Kouninef condamnés de 12 à 20 ans de réclusion    REOUVERTURE DES FRONTIERES : Le professeur Fourar exclut la France    TRANSPORT DE VOYAGEURS : Une aide de 30 000 DA au profit des transporteurs    OUM EL BOUAGHI :Démantèlement d'un réseau international de trafic de drogues    SIDI LAKHADAR (MOSTAGANEM) : 11 harraga secourus et 37 autres interceptés    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    3 ans de prison requis contre Mohamed Djemai    La distribution de dizaines de milliers de logements programmée    Des peines de 12 à 20 ans de prison ferme    Report à fin octobre ou début novembre ?    Un terroriste abattu à Jijel    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    Le ministère de la Communication dépose une plainte contre M6    PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Révision de la Constitution : 58.628 inscrits à distance sur les listes électorales    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    La CAPC salue la volonté de l'Etat de réviser l'accord commercial Algérie-UE    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Neghiz face à la presse    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    AFN: le projet d'amendement de la Constitution "permettra d'aller vers des lois au service du citoyen"    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    Prorogation des promotions au 30 septembre    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    PAIX ET SERENITE    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les marches à l'est du pays


Sétif : Une mobilisation inébranlable …
Qu'il pleuve ou qu'il vente, les Sétifiens sont à l'instar de leurs concitoyens des autres régions du pays, au rendez-vous de l'Histoire. Pour le 30e vendredi consécutif, une importante frange de la population des hauts plateaux sétifiens descend dans une rue submergée par les restes du sable et des pierres charriés par les dernières pluies démasquant, une fois de plus, le bricolage des gestionnaires de la ville du 8 mai 1945 où la mobilisation ne faiblit pas. Comme à l'accoutumée, les manifestants exigent haut et fort, le départ des derniers symboles du régime, la libération des détenus d'opinions et l'arrêt des arrestations abusives des figures de proue du hirak. L'application des articles 7et 8 de la contestation, la reconnaissance du vote du peuple refusant catégoriquement toute élection présidentielle chapeautée par le système qui ne s'est pas gêné de siphonner les richesses du pays. Prenant le relais des pluies diluviennes , la chaleur caniculaire , n'a pas donc empêché des centaines de citoyens venus des quatre coins de wilaya , à battre le pavé et à scander « maakech el vot maa el isaabet »( pas de vote avec les gangs) « achaab yourid doulaa madania la-askaria »( le Peuple veut un Etat civil et non militaire) . Tels sont donc les principaux slogans lancés par la foule réitérant une fois de plus son refus catégorique de l'agenda politique préconisé par le pouvoir et les gens du panel, fustigés pour n'avoir pas mis en préambule la révision de la constitution qui ne devrait plus octroyer les pouvoirs absolus , au locataire d'El-Mouradia …
Oum El Bouaghi : Le Hirak continue
Aujourd'hui encore, (30ème vendredi du mouvement citoyen), les manifestants sont encore sortis pour marcher et scander leur refus de participer aux élections présidentielles. Zinou, un citoyen ayant toujours pris part aux marches, tant ici qu'à Alger, reconnait que le mouvement continue et ne doit pas connaître de rémission ni recul. En plus des slogans déjà portés sur des écriteaux, comme « makach entikhabat ya Issabat », nous remarquons d'autres comme « Vous ne croyez pas au mouvement populaire, comment croire en vos élections ? » C'est un écriteau écrit en arabe dialectal. Ce n'est pas seulement au nouveau du chef-lieu de wilaya que des marches sont organisées chaque vendredi, mais encore à Aïn M'Lila et Aïn Beida, les deux autres plus grandes agglomérations de la région. Dans ces villes aussi, les citoyens sortent dans la rue pour crier leur colère et exiger le changement. « Dawla madania, machi 3skaria » ne cessent-ils de scander à tue-tête.
Annaba : « Libérez Tabou, libérez les détenus d'opinion »
« Libérez Tabou, libérez les détenus d'opinion », tel était hier l'un des principaux slogans des manifestants qui a résonné sur le Cours de la révolution, la plus importante place publique de la wilaya de Annaba. En effet, que ce soit sur les pancartes, les banderoles ou autres portraits, la photo de Karim Tabou menotté a illustré les marches du 30ème vendredi de Annaba auxquelles a pris part une importante masse populaire. « Nous sommes tous Karim Tabou. C'est un jeune politicien qui a brillé par son amour pour son pays, son nationalisme et surtout par sa tolérance. Il est issu du premier parti de l'opposition, le FFS de Hocine Ait Ahmed. L'arrêter pour son opinion politique critique est une aberration au même titre que le moudjahid Lakhdar Bouragaâ. Notre mouvement populaire revendique justement une Algérie démocratique de droit et de liberté. Même sous le système de Bouteflika et sa bande nous n'avons pas assisté à des pratiques pareilles de répressions et d'arrestations », regrettent des avocats rencontrés sur le perron du Théâtre Régional de Annaba. Contrairement aux vendredis passés, il n'y avait hier une ambiance festive. La colère et l'inquiétude étaient perceptibles sur les visages des hommes, femmes, jeunes et moins jeunes. Leur dénominateur commun est le rejet catégorique des prochaines élections présidentielles sous les résidus de la Issaba, Bensalah et Bedoui en l'occurrence. « Pas de vote avec la issaba », « nous jurons de ne pas aller aux urnes », « Il n'y aura pas de vote avec les habitués aux casse-croutes », « état civil pas militaire »… sont entre autres messages adressés par les protestataires à ceux qui veulent organiser des élections présidentielles avec les symboles de l'ancien système, spécialiste de la fraude. « Dans la forme, aucun algérien n'est contre les élections présidentielles. Cependant, dans le fond, les garanties d'une élection transparente sans aucune intervention des militaires sont totalement absentes. Sinon comment expliquer que le militaire intervient chaque semaine sur le champ politique alors que le civil qu'incarne, soit disant, le chef de l'Etat Bensalah est totalement absent sur la scène » s'interrogent les hirakistes de Annaba. Les services de sécurité, il y en avait en nombre, hier, en tenue civile et en uniforme, mais sans aucune intervention remarquable.
Marche à Souk Ahras : Le peuple veut le départ de la Issaba
Le départ de toute la Issaba (bande de malfaiteurs) est encore une condition sine qua non pour toutes éventuelles tentatives de relance des structures de l'Etat, selon les marcheurs de Souk-Ahras qui ont réitéré, à l'occasion, de ce vendredi, leur attachement aux principes immuables de la démocratie. C'est au moins le résumé des slogans scandés et des écriteaux affichés par les manifestants, tous convaincus que la marche vers l'édification d'un Etat de droit ne saurait être réalisée sans la liberté d'expression et la libre activité partisane. Aussi les marcheurs ont exprimé leur vœu d'éradiquer tous les symboles de la gestion antérieure des affaires du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.