Le Président Tebboune : si le peuple veut le changement, il est temps de l'opérer    La défense arrache difficilement un second renvoi    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Un attaquant étranger pour boucler le recrutement    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    Boukadoum retourne à Bamako    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Boukaroum exclu de l'AG    La fille des Aurès    Les non-dits    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    Les citoyens interpellent le wali    Entre enthousiasme et appréhensions    19 harraga arrêtés au large d'Arzew    Le Sébaou, un fleuve spolié    Les femmes en force à Jijel    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    Un projet de musée dédié au costume traditionnel    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    L'Algérie ne renoncera point à la récupération des restes mortuaires de ses résistants    Les comportements-barrières d'antan    Ils revendiquent la régularisation de leur situation professionnelle: Sit-in des travailleurs du pré-emploi devant la wilaya    Conseil des ministres: Feu vert pour l'exploitation artisanale des gisements d'Or    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Chlef: La nouvelle présidente du tribunal administratif installée    Tebboune rencontre des responsables de médias: Internet, rentrée scolaire, liberté d'expression…    ECORCHURE    DEPECHE PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    BRAVADE AVEUGLE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 09 - 2019

Aux élections législatives d'avril 2019 en Israël, le parti Likoud du Premier ministre Benyamin Netanyahu est arrivé en tête devançant de très peu le pourtant très récemment créé parti «Bleu et Blanc» de l'ex-chef d'état-major de l'armée. Mais cette «victoire» du Likoud n'a pas pour autant permis à son chef de constituer une coalition de gouvernement qui lui aurait permis d'être reconduit dans ses fonctions pour un cinquième mandat.
L'impasse a conduit au vote par la Knesset (parlement) de sa dissolution et à la convocation de manière anticipée de nouvelles élections législatives. Les résultats de celles-ci n'ont pas mis un terme à la confusion politique que Netanyahu a voulu faire cesser par le retour aux urnes. De celles-ci les deux partis rivaux sont à nouveau sortis au coude-à-coude et que ni l'un ni l'autre ne parvient à constituer une coalition de gouvernement. Ce n'est pas que ce sont des divergences fondamentales et insurmontables qui opposent ces deux partis et leur font vouloir des coalitions reflétant celles-ci. Leur rivalité est essentiellement de l'ordre du leadership politique que le Likoud veut conserver et que le parti « Bleu et Blanc » veut lui arracher.
L'arbitre entre eux est le parti «Israël Beytenou» du raciste et anti-arabe forcené Avigdor Liberman arrivé troisième dans les urnes avec un nombre de sièges qui permettrait à l'un et à l'autre d'avoir la majorité parlementaire requise pour former un gouvernement. Tout cela pour dire que les Palestiniens n'ont rien à attendre de bon, ni d'une coalition menée une fois encore par Netanyahu ni de celle dont l'ex-chef d'état-major Benny Gantz prendrait la tête.
Leurs campagnes électorales s'agissant de la politique israélienne à l'égard des Palestiniens et de leur cause nationale n'ont pas donné lui à des positions antagonistes entre les deux hommes sur le sujet. Dans la sienne, Benyamin Netanyahu a multiplié les promesses anti-palestiniennes allant jusqu'à s'engager à satisfaire irrévocablement tout ce qui vise l'annexion pure et simple des territoires palestiniens occupés. Le parti rival que les médias présentent moins radical et anti-palestinien que celui de Netanyahu n'a pas élevé d'objections contre ce que ce dernier se propose de réaliser d'anti-palestinien s'il venait à être reconduit pour un cinquième mandat. Preuve s'il en est qu'il n'exclut pas lui aussi d'en faire autant.
Netanyahu a au moins le mérite d'avoir affiché clairement ses intentions tandis que son rival entretient le flou sur les siennes. Mais si ce dernier veut l'appoint du parti raciste d'Avigdor Liberman, il lui faut donner à celui-ci les gages sur le dossier palestinien et à surenchérir dans la radicalité à l'égard des Palestiniens. Alors que c'est sur le dos de ces Palestiniens que se construira la prochaine coalition de gouvernement en Israël, la « communauté » internationale fait la politique de l'autruche sur le dossier palestinien en faisant semblant de croire que l'Etat sioniste ne peut ignorer ses résolutions et mettre en pratique ce que ses politiciens promettent à ces citoyens durant leurs campagnes électorales. Elle feint et c'est là sa forfaiture à l'égard des Palestiniens d'être convaincue que la société israélienne ne cautionne pas les politiques racistes anti-palestiniennes servant de fonds de commerce à pratiquement l'ensemble des partis qui ont sollicité ses voix électorales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.