Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Les avocats dénoncent les nouvelles taxes    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Le football local victime de bricolage    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Le rendez-vous de Benflis    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    En dépit du déficit: «Le système de sécurité sociale n'est pas en faillite»    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Le PDG d'Air Algérie à l'APS: La sécurité des avions, les prix des billets et la réduction des effectifs    Tizi Ouzou: Un mort et un blessé dans une fusillade    La convergence se dessine entre le politique et le syndical    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    «Papicha» ou le drame de la censure?    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    L'enseignement religieux : Une pratique séculaire dans les ksour et oasis de Ghardaïa    Syrie: Paix toujours fragile au deuxième jour de la trêve entre Turcs et Kurdes    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Jeux Méditerranéens 2021 : Noureddine Bedoui préside une réunion interministérielle consacrée aux préparatifs    L'euro et le yuan remplaceront-ils le dollar pour les prêts extérieurs de la Russie en 2020?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Des milliers de manifestants à Londres pour un second référendum    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 09 - 2019

Aux élections législatives d'avril 2019 en Israël, le parti Likoud du Premier ministre Benyamin Netanyahu est arrivé en tête devançant de très peu le pourtant très récemment créé parti «Bleu et Blanc» de l'ex-chef d'état-major de l'armée. Mais cette «victoire» du Likoud n'a pas pour autant permis à son chef de constituer une coalition de gouvernement qui lui aurait permis d'être reconduit dans ses fonctions pour un cinquième mandat.
L'impasse a conduit au vote par la Knesset (parlement) de sa dissolution et à la convocation de manière anticipée de nouvelles élections législatives. Les résultats de celles-ci n'ont pas mis un terme à la confusion politique que Netanyahu a voulu faire cesser par le retour aux urnes. De celles-ci les deux partis rivaux sont à nouveau sortis au coude-à-coude et que ni l'un ni l'autre ne parvient à constituer une coalition de gouvernement. Ce n'est pas que ce sont des divergences fondamentales et insurmontables qui opposent ces deux partis et leur font vouloir des coalitions reflétant celles-ci. Leur rivalité est essentiellement de l'ordre du leadership politique que le Likoud veut conserver et que le parti « Bleu et Blanc » veut lui arracher.
L'arbitre entre eux est le parti «Israël Beytenou» du raciste et anti-arabe forcené Avigdor Liberman arrivé troisième dans les urnes avec un nombre de sièges qui permettrait à l'un et à l'autre d'avoir la majorité parlementaire requise pour former un gouvernement. Tout cela pour dire que les Palestiniens n'ont rien à attendre de bon, ni d'une coalition menée une fois encore par Netanyahu ni de celle dont l'ex-chef d'état-major Benny Gantz prendrait la tête.
Leurs campagnes électorales s'agissant de la politique israélienne à l'égard des Palestiniens et de leur cause nationale n'ont pas donné lui à des positions antagonistes entre les deux hommes sur le sujet. Dans la sienne, Benyamin Netanyahu a multiplié les promesses anti-palestiniennes allant jusqu'à s'engager à satisfaire irrévocablement tout ce qui vise l'annexion pure et simple des territoires palestiniens occupés. Le parti rival que les médias présentent moins radical et anti-palestinien que celui de Netanyahu n'a pas élevé d'objections contre ce que ce dernier se propose de réaliser d'anti-palestinien s'il venait à être reconduit pour un cinquième mandat. Preuve s'il en est qu'il n'exclut pas lui aussi d'en faire autant.
Netanyahu a au moins le mérite d'avoir affiché clairement ses intentions tandis que son rival entretient le flou sur les siennes. Mais si ce dernier veut l'appoint du parti raciste d'Avigdor Liberman, il lui faut donner à celui-ci les gages sur le dossier palestinien et à surenchérir dans la radicalité à l'égard des Palestiniens. Alors que c'est sur le dos de ces Palestiniens que se construira la prochaine coalition de gouvernement en Israël, la « communauté » internationale fait la politique de l'autruche sur le dossier palestinien en faisant semblant de croire que l'Etat sioniste ne peut ignorer ses résolutions et mettre en pratique ce que ses politiciens promettent à ces citoyens durant leurs campagnes électorales. Elle feint et c'est là sa forfaiture à l'égard des Palestiniens d'être convaincue que la société israélienne ne cautionne pas les politiques racistes anti-palestiniennes servant de fonds de commerce à pratiquement l'ensemble des partis qui ont sollicité ses voix électorales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.