Les opérations de Hammam N'baïl et Medjez Sfa, une proclamation du déclenchement de la révolution à Guelma et Souk Ahras    Référendum: début du vote dans les bureaux itinérants de zones reculées au sud    Les islamistes reviennent à la charge    Le constat amer du PLD    Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Des urnes et des prospectus publicitaires brûlés    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    La permanence a largement été assurée    136 milliards de centimes de créances impayés    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Un objectif d'un million de tonnes à l'exportation    L'Algérie va-t-elle récupérer ses islamistes radicaux ?    Huawei perd sa couronne de premier fabricant mondial    22 policiers ont été tués dans les manifestations d'octobre    Le Polisario sur l'ouverture de «consulats» dans les territoires sahraouis occupés : «C'est une violation de toutes les lois»    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne    "Nous ressentons une pression qui s'exerce sur nos ressources"    Dr Bekkat Berkani : «le Championnat peut reprendre, mais...»    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Juma en abandon de poste    West Ham : Benrahma pourrait faire ses débuts ce dimanche face à Liverpool    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    Les cas de Covid-19 en hausse    Beauté : le saviez-vous ?    Quiche lorraine au fromage    Il vaut mieux faire la sieste assise    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    7 décès et 319 nouveaux cas    30 nouveaux notaires prêtent serment    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    Une chaîne TV dédiée à l'histoire, sans budget    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Référendum sur l'amendement constitutionnel : ouverture de bureaux de vote à l'étranger    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Annulation des stages en Tunisie et au Maroc: Le ministère de l'Enseignement supérieur fait marche arrière
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 11 - 2019


Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique fait marche arrière sur la décision d'annulation des stages de courte durée et de mobilité, programmés pour la Tunisie et le Maroc, prise il y a, seulement, une semaine. La polémique suscitée par cette décision entre le ministère et le Conseil national des enseignants du supérieur CNES représenté par son coordinateur national, Abdelhafid Milat, a ainsi tourné court. La tutelle a finalement obtempéré pour, disent des observateurs, éviter des dommages collatéraux à l'approche des élections présidentielles du 12 décembre prochain. Abdelhafid Milat, en effet, n'est pas seulement le coordinateur national du CNES, mais il est aussi le vice-président de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE). C'est lui, qui a appelé, mi-octobre dernier, la communauté universitaire à se mobiliser pour encadrer les prochaines échéances électorales. La décision d'annuler les stages de courte durée pour la Tunisie et le Maroc a été énergiquement contestée par M. Milat qui avait menacé au début de la semaine de « révéler tous les dessous de cette mesure ».Tout porte à croire que le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique aurait reçu des ordres d'en-haut pour enterrer la hache de guerre. Le pouvoir ne veut, ainsi, absolument pas se tirer une balle dans le pied, en se mettant à dos un précieux allié qui s'est fixé pour objectif de recruter 50.000 professeurs universitaires pour l'encadrement des élections présidentielles. Il est à rappeler que le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique avait adressé, il y a une semaine une instruction aux directeurs des conférences régionales des universités et aux recteurs des établissements universitaires pour les informer que tous les stages de courte durée et de mobilité, programmés pour la Tunisie et le Maroc, sont annulés avec effet immédiat. Le département ministériel de Tayeb Bouzid a aussi exigé l'envoi, par les recteurs, de rapports détaillés sur les résultats de stages effectués dans les années 2017 et 2018, en Tunisie et au Maroc, dans un délai n'excédant pas une semaine. Selon le ministère, les rapports doivent mentionner l'impact de ces stages de courte durée sur la Recherche scientifique et le transfert des expériences et savoir-faire. Les rapports doivent, également, mentionner les publications sur les revues internationales, les publications conjointes et le développement d'axes de recherches sur les domaines pertinents.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.