La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Entreprise du Métro d'Alger (EMA) : Une perte de plus de 13 milliards de dinars    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Installation du Conseil supérieur de la chasse : La faune sauvage menacée d'extinction par le braconnage    Plusieurs cités sont concernées : Perturbation de l'alimentation en eau potable    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    En attendant la bonne thérapie    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    Assainissement de l'affichage publicitaire à Aïn El Turck: Des panneaux illicites démantelés et des mises en demeure    Tebboune opéré avec succès du pied droit    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    Région Ouest: Près de 1.000 harraga interceptés en 2020    Après le sit-in à la Faculté de médecine: L'administration répond favorablement aux revendications des étudiants    Rapport Stora sur la colonisation: Pas de «repentance ni d'excuses»    La présidence rassure sur l'état de santé du chef de l'Etat    Des derbies et de belles affiches au menu    265 nouvelles contaminations et 6décès en 24 heures    Un nouveau projet de loi en cours    Perte de 131.000 postes d'emploi    "Ni repentance ni excuses"    Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    La gamme Dacia étoffée    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Sonelgaz anticipe la forte demande de l'été    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    Plusieurs joueurs sanctionnés    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amnesty International dénonce «l'intensification des arrestations» en Algérie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 12 - 2019

  Dans un communiqué publié jeudi, le second en deux semaines, Amnesty International dénonce «l'intensification des arrestations et de la répression» depuis le début de la campagne électorale.
«Les autorités algériennes ont intensifié leur répression des manifestations à l'approche de l'élection présidentielle, en menant des arrestations arbitraires, en dispersant par la force des manifestations pacifiques contre l'élection présidentielle et en poursuivant en justice et en emprisonnant des dizaines de militants pacifiques ces dernières semaines», affirme le communiqué.
«Depuis le lancement de la campagne présidentielle, les autorités algériennes ont intensifié leur offensive contre la liberté d'expression et de réunion, signalant ainsi leur tolérance très limitée envers les Algériens et Algériennes appelant à un changement du système», a déclaré Heba Morayef, directrice pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty International.
Pour Amnesty, «les autorités algériennes doivent garantir le droit de la population algérienne de manifester pacifiquement et de s'exprimer librement». Citant des «avocats spécialistes des droits humains» et la LADDH, Amnesty fait état de l'arrestation «d'au moins 300 personnes» entre le 17 et le 24 novembre, dont «au moins 37 manifestants pacifiques opposés à l'élection présidentielle» arrêtés à Tlemcen lors «d'un rassemblement lié à la campagne électorale organisé par Ali Benflis, l'un des candidats à l'élection».
«Plus de 150 personnes ont été arrêtées à Alger le 20 novembre lors d'une manifestation nocturne contre l'élection, d'après le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD)», affirme encore l'ONG, qui précise que «la plupart de ces personnes ont par la suite été libérées», alors que «huit ont été inculpées d'»atteinte à la sécurité nationale» et d'»incitation à attroupement non armé» et sont toujours en détention provisoire», et «vingt et une autres personnes ont été libérées, mais doivent comparaître de nouveau devant le tribunal le 6 janvier 2020 pour des accusations comme «incitation à attroupement non armé», «désobéissance civile» et «atteinte à la sécurité nationale»». Dans son communiqué, Amnesty International cite de nombreux cas de personnes arrêtées dans plusieurs villes du pays, dont ceux de Halim Feddal de l'Association Nationale de Lutte contre la Corruption (ANLC).
«Amnesty International a également recensé au moins trois cas de détenus ayant été victimes de mauvais traitements en détention». Il s'agit de «Chems Eddine Brahim Lalami, un militant de Bordj Bou Arreridj arrêté le 20 novembre», de «Sofiane Babaci, un autre militant politique pacifique, a été frappé lors de son arrestation le 26 novembre à Boumerdès» et de «Younes Redjal, un manifestant arrêté lors d'une manifestation à Oran le même jour, présentait des contusions et était presque inconscient lorsqu'il a été trouvé par des membres de la LADDH dans un commissariat».
Pour Heba Morayef, directrice pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty International, «les autorités algériennes doivent libérer immédiatement et sans condition toutes les personnes détenues pour avoir exercé pacifiquement leurs droits aux libertés de réunion et d'expression». Ajoutant : «Ces lourdes peines sont le reflet inquiétant de l'intolérance des autorités algériennes envers la dissidence pacifique».
Amnesty note également que «les autorités algériennes ont également intensifié leurs manœuvres de harcèlement des journalistes». «Au moins cinq journalistes ont été arrêtés depuis le 28 novembre à Alger. Quatre ont été libérés quelques heures plus tard. Un des journalistes a déclaré à Amnesty que son équipement avait été confisqué et qu'ils avaient été menacés d'être inculpés d' «outrage» envers des représentants de l'Etat s'ils ne signaient pas le procès-verbal d'interrogatoire».
Le communiqué cite également le cas de «l'artiste Abdelhamid Amine, connu sous le nom de Nime», arrêté à Oran «lors d'une descente effectuée sur son lieu de travail, après que ses dessins satiriques représentant les candidats à l'élection présidentielle, le chef d'état-major de l'armée et l'ancien président du pays ont été diffusés sur les réseaux sociaux. Il est actuellement en détention et attend son procès».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.