La vice-présidence confiée à l'Algérie    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Mohamed Rabie Meftah agresse Banouh    L'Algérie qualifiée au bout du suspense    Almas, 10e président en 7 ans    Saisie de 60 kilogrammes de viandes impropres à la consommation    Arrestation de 7 individus    Journée d'information sur le cancer du sein    La troupe de danse de Chengdu subjugue le public    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'Algérie et l'Italie partagent "une vision commune"    Le Sénat américain ouvre solennellement le procès en destitution de Trump    TLS Contact Algérie annonce de nouvelles procédures    Les manifestants dénoncent toute atteinte à l'unité nationale    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    Ghoulam dans le viseur    Belhocini se rapproche de l'Espérance    Adil Djabout fait son retour    «Eniem en voie de trouver des solutions à sa crise financière»    11 personnes arrêtées à Constantine    Un navire algérien bloqué en Belgique depuis décembre    Dernier délai aujourd'hui pour les inscriptions    Le smecta déconseillé aux enfants de moins de deux ans !    Le baril algérien a perdu près de 7 dollars en 2019    Tebboune recevra mardi prochain les responsables    Un colloque national sur la procédure de communication les 19 et 20 janvier    Le patrimoine et l'héritage culturels algériens à l'honneur    Evaluation de leur situation et des perspectives d'avenir au menu    La position de l'Algérie partagée par l'Italie    Réunion samedi du Conseil des ministres    Handball / CAN-2020 : l'Algérie domine le Congo et assure la qualification au 2e tour    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Djamel Ould Abbas de nouveau à la barre    TLEMCEN : Saisie de 117 bouteilles de spiritueux à Remchi    BEDRABINE EL MOKRANI (SIDI BEL ABBES) : Un ouvrier communal écrasé par une benne tasseuse    VOL ET BRAQUAGE DE CITOYENS A ORAN : Un groupe de motocyclistes sème la terreur    CORRUPTION DANS UNE BANQUE PUBLIQUE : Arrestation de 11 personnes impliquées à Constantine    PRATIQUES COMMERCIALES : Défaut d'affichage des prix à Mostaganem    LA FIRME ‘'ALPHYT'' EN COLLABORATION AVEC LA SRPV DE MOSTAGANEM : Journée de sensibilisation sur le traitement d'hiver des arbres fruitiers    TRIBUNAL DE BOUMERDES : L'ancien chef de la sûreté de Tipasa incarcéré    Le fils d'Amirouche porte plainte à cause de Mehenni    La FAF s'oppose à la domiciliation de la CAN Futsal 2020 dans la ville de Laâyoune occupée    Le moudjahid Mohamed Kechoud n'est plus    L'Algérie et l'Italie conviennent de renforcer la coordination et la concertation concernant la situation en Libye    Archives nationales: un colloque national sur la procédure de communication les 19 et 20 janvier    La pièce GPS du TNA primée au Festival du Théâtre arabe 2020    L'Algérie, la seule puissance arabe capable de rétablir les équilibres dans le dossier libyen    Batna : Ouverture du Café culturel "Thaziri" en présence de nombreux intellectuels de la ville    Le président du Conseil italien achève sa visite de travail en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amnesty International dénonce «l'intensification des arrestations» en Algérie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 12 - 2019

  Dans un communiqué publié jeudi, le second en deux semaines, Amnesty International dénonce «l'intensification des arrestations et de la répression» depuis le début de la campagne électorale.
«Les autorités algériennes ont intensifié leur répression des manifestations à l'approche de l'élection présidentielle, en menant des arrestations arbitraires, en dispersant par la force des manifestations pacifiques contre l'élection présidentielle et en poursuivant en justice et en emprisonnant des dizaines de militants pacifiques ces dernières semaines», affirme le communiqué.
«Depuis le lancement de la campagne présidentielle, les autorités algériennes ont intensifié leur offensive contre la liberté d'expression et de réunion, signalant ainsi leur tolérance très limitée envers les Algériens et Algériennes appelant à un changement du système», a déclaré Heba Morayef, directrice pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty International.
Pour Amnesty, «les autorités algériennes doivent garantir le droit de la population algérienne de manifester pacifiquement et de s'exprimer librement». Citant des «avocats spécialistes des droits humains» et la LADDH, Amnesty fait état de l'arrestation «d'au moins 300 personnes» entre le 17 et le 24 novembre, dont «au moins 37 manifestants pacifiques opposés à l'élection présidentielle» arrêtés à Tlemcen lors «d'un rassemblement lié à la campagne électorale organisé par Ali Benflis, l'un des candidats à l'élection».
«Plus de 150 personnes ont été arrêtées à Alger le 20 novembre lors d'une manifestation nocturne contre l'élection, d'après le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD)», affirme encore l'ONG, qui précise que «la plupart de ces personnes ont par la suite été libérées», alors que «huit ont été inculpées d'»atteinte à la sécurité nationale» et d'»incitation à attroupement non armé» et sont toujours en détention provisoire», et «vingt et une autres personnes ont été libérées, mais doivent comparaître de nouveau devant le tribunal le 6 janvier 2020 pour des accusations comme «incitation à attroupement non armé», «désobéissance civile» et «atteinte à la sécurité nationale»». Dans son communiqué, Amnesty International cite de nombreux cas de personnes arrêtées dans plusieurs villes du pays, dont ceux de Halim Feddal de l'Association Nationale de Lutte contre la Corruption (ANLC).
«Amnesty International a également recensé au moins trois cas de détenus ayant été victimes de mauvais traitements en détention». Il s'agit de «Chems Eddine Brahim Lalami, un militant de Bordj Bou Arreridj arrêté le 20 novembre», de «Sofiane Babaci, un autre militant politique pacifique, a été frappé lors de son arrestation le 26 novembre à Boumerdès» et de «Younes Redjal, un manifestant arrêté lors d'une manifestation à Oran le même jour, présentait des contusions et était presque inconscient lorsqu'il a été trouvé par des membres de la LADDH dans un commissariat».
Pour Heba Morayef, directrice pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty International, «les autorités algériennes doivent libérer immédiatement et sans condition toutes les personnes détenues pour avoir exercé pacifiquement leurs droits aux libertés de réunion et d'expression». Ajoutant : «Ces lourdes peines sont le reflet inquiétant de l'intolérance des autorités algériennes envers la dissidence pacifique».
Amnesty note également que «les autorités algériennes ont également intensifié leurs manœuvres de harcèlement des journalistes». «Au moins cinq journalistes ont été arrêtés depuis le 28 novembre à Alger. Quatre ont été libérés quelques heures plus tard. Un des journalistes a déclaré à Amnesty que son équipement avait été confisqué et qu'ils avaient été menacés d'être inculpés d' «outrage» envers des représentants de l'Etat s'ils ne signaient pas le procès-verbal d'interrogatoire».
Le communiqué cite également le cas de «l'artiste Abdelhamid Amine, connu sous le nom de Nime», arrêté à Oran «lors d'une descente effectuée sur son lieu de travail, après que ses dessins satiriques représentant les candidats à l'élection présidentielle, le chef d'état-major de l'armée et l'ancien président du pays ont été diffusés sur les réseaux sociaux. Il est actuellement en détention et attend son procès».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.