A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans la nuit de la prison d'El-Harrach
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 12 - 2019

«Je me demande si les gardiens de cette prison qui est aujourd'hui mon sort se comportent avec moi comme avec les autres détenus, ceux de droit commun par exemple. Je suppose qu'ils ont dû recevoir des instructions pour adopter à mon encontre une attitude qui tienne compte aussi bien de mes anciennes hautes fonctions que de ma situation actuelle peu reluisante. Dans ma cellule, je retourne le problème dans tous les sens : je n'arrive pas à comprendre ce qui m'est arrivé. Des fois, je me dis que ce n'est qu'un mauvais rêve et que je vais bientôt me réveiller.
Les différents bruits du pénitencier, qui varient d'une heure à l'autre, rythment désormais mes jours et mes nuits. Dehors, la vie continue sans moi. Là où je me trouve à présent, je ne décide plus de rien, je ne donne plus d'ordres à personne. A l'intérieur de ma tête, les réquisitoires ont remplacé les louanges, les huées les acclamations. Moi qui étais un seigneur, j'attends maintenant mon tour au parloir. Moi qui étais quelqu'un, je suis devenu un matricule.
Pourtant, tout le long de ma vie, je me suis battu pour être une personnalité. J'ai cultivé les relations importantes, j'ai négocié les soutiens qui comptent, j'ai servi les forces influentes du moment, quitte à retourner ma veste plusieurs fois. Dans les postes que j'ai occupés, j'ai peut-être été inique et partial, mais je n'ai fait qu'appliquer la règle fluctuante, la loi incertaine du pouvoir arbitraire.
L'argent, l'autorité, les privilèges : je me croyais inaccessible et même irréprochable. Mais selon la justice qui m'a condamné, ce n'était rien d'autre que de la rapine, de l'aveuglement, de l'égoïsme criminel. Qui aurait pu imaginer qu'un jour ce peuple d'éternels mécontents allait se soulever et faire trembler la terre sous mes pieds ? Face à son jugement, toutes les raisons que je peux invoquer pour justifier mes actes me paraissent dérisoires. J'espère que mes enfants seront cléments avec moi ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.