Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Santé, agriculture et tourisme: Des investisseurs étrangers intéressés par le marché algérien
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 01 - 2020

Des opérateurs économiques étrangers sont actuellement en quête de partenaires locaux pour investir en Algérie dans les secteurs de la santé, de l'agriculture et du tourisme, a indiqué samedi à Alger le directeur général du Centre arabo-africain d'investissement et de développement (CAAID), Amine Boutalbi. «Nous sommes prêts à attirer près de 500 millions de dollars sous forme d'investissements directs et à ouvrir des perspectives avec plusieurs pays», a fait savoir le même responsable lors d'un point de presse en marge d'une conférence sur les solutions économiques en Algérie.
A titre d'exemple, «quatre investissements étrangers sont en attente pour la création d'établissements sanitaires en Algérie. Nous cherchons aujourd'hui des partenaires nationaux pour permettre la concrétisation de ces projets», a-t-il affirmé. Etayant ses propos, le premier responsable du CAAID a confié que «la représentation diplomatique ukrainienne s'est engagée à attirer plus de 30 investisseurs en Algérie». De plus, «la Chambre de Commerce et d'Industrie jordanienne est prête à convaincre plus de 20 investisseurs de ce pays pour venir investir en Algérie pour 10 millions de dollars», selon lui.
Pour faciliter la concrétisation de ces investissements, M. Boutalbi a souligné la nécessité «que la question de la règle du 51/49 soit tranchée pour permettre aux investisseurs étrangers de comprendre les nouveaux mécanismes d'investissement en toute confiance». Le même responsable a fait savoir que la prochaine édition de la rencontre économique internationale, organisée annuellement par le Centre, se déroulera les 28,29 et 30 mars à Alger avec la présence de près de 300 opérateurs économiques étrangers. «Nous appelons dans ce cadre à ce qu'il y ait des facilitations notamment au niveau administratif en faveur des investisseurs étrangers. Nous souhaitons que le gouvernement et l'ensemble des organismes nationaux de soutien accompagnent ces investisseurs», a-t-il plaidé.
En outre, M. Boutalbi a évoqué l'agenda africain sur la vision économique à horizon 2063, en estimant nécessaire que l'Algérie «insiste sur ses plans et sa stratégie au sein de cet agenda», notamment à quelques mois de la mise en £uvre de la zone africaine de libre-échange (ZLECAF). Créé en 2011, le CAAID a pour mission principale la promotion de l'investissement, du commerce et la coopération entre l'Afrique et le monde arabe.
LF 2020: une loi de transition et de promotion de l'investissement (responsables)
D'autre part, le représentant du ministère des Finances, Brahim Benali, a fait part lors de cette conférence de l'ambition de l'Etat d'encourager l'investissement notamment à travers les mesures introduites par la Loi de Finances 2020. Il a ainsi évoqué la suppression de la règle du 51/49, sauf concernant les secteurs stratégiques qui seront définis par un texte réglementaire. L'autorisation du financement extérieur des entreprises publiques, la création de zones économiques pour le développement et le développement de la digitalisation ont été également soulignés dans ce cadre. En plus, tout un arsenal juridique, incluant des avantages fiscaux, a été mis en place au profit des investisseurs dans le cadre de la loi relative à l'investissement, a fait observer M. Benali. Pour sa part, l'expert et ancien ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa a estimé que «la LF 2020 est une loi de transition de sauvegarde en amont des futures lois de Finance qui assureront la transition économique». Selon lui, les trois chantiers de l'économie nationale pour 2020 consistent en «la libéralisation de l'investissement, la modification de la gouvernance économique et la transformation du mode de fonctionnement de l'économie du pays». M. Benkhalfa a estimé que le régime de change, la régulation de l'économie et l'inclusion du secteur informel sont les priorités du secteur financier du pays.
Il a également assuré que le secteur privé jouera le rôle de levier de la croissance nationale, accompagné de la modernisation du secteur public. Quant à l'ex-directeur général de l'Ecole des hautes études Etudes commerciales (EHEC), Houari Tigharsi, il a pour sa part souligné la nécessité de mettre en £uvre une organisation fiscale efficace. «Il y a un manque de numérisation qui est très importante dans le système fiscal et dans l'ensemble des secteurs», a-t-il noté, ajoutant que le coût de la numérisation de l'administration fiscale ne doit pas constituer un obstacle du moment qu'il s'agit d'une démarche génératrice de recettes importantes pour le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.