Le bâtonnier violemment pris à partie par les avocats    Marches et rassemblements à Jijel    Les manifestants dénoncent les tentatives de récupération    Ça se passe ainsi, chez Ali Benhadj    Gros risques sur les banques    Des potentialités inexploitées    Rencontre algéro-française à Alger    Menaces sur l'industrie laitière    Le chef rebelle Riek Machar investi vice-président du Soudan du Sud    L'extrême droite dans le collimateur en Allemagne    Les discussions sur la Libye reprendront mercredi à Genève    L'angoisse monte en Italie    La Chine progresse dans le traitement des patients atteints du nouveau coronavirus «Covid-19»    De Yalta au monde unipolaire et à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire -1re partie-    Le Chabab, un leader bien fragile    Le Targui    À tout jamais…    Une trentaine de participantes attendues    Plus de 500 kg de kif traité saisis en 2019    Le saviez-vous… ?    Vu à El-Eulma (Sétif)    L'Algérie en quatrième position    ...sortir ...sortir ...sortir ...    "La poésie d'Anna Gréki répond à notre actualité"    Amour et oppression dans la Chine du VIIIe siècle    Un bon, devenu une brute et un truand !    Mes fausses notes    Batna: le café culturel discute l'état des lieux du théâtre d'expression amazighe en Algérie    Coronavirus: la propagation du virus inquiète l'OMS, l'Europe menacée    Secousse tellurique de magnitude 3.0 dans la wilaya de Mascara    Le Nigeria réaffirme sa position constante sur la juste cause du peuple sahraoui    Une exposition collective d'arts plastiques sur le patrimoine historique algérien à Alger    Ligue 2 : Pas de boycott de la 20e journée    Jeux Méditerranéens d'Oran 2021 : Salim Ilès fait le point    Membres de l'ancien Conseil supérieur de la jeunesse: accompagner les initiatives des jeunes pour une Algérie nouvelle    Le représentant du Front Polisario en Espagne prend officiellement ses fonctions    Filière boisson: les préoccupations des industriels passés en revue    Le Hirak boucle sa première année    Tébessa: Un mort dans une collision    Mouvements de grèves sauvages: Le ministère de l'Education met en garde    Aflou: Deux sœurs tuées par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 1: Le CRB chute encore à Biskra, l'ESS sur un nuage    Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Grande mobilisation du hirak    "C'est le peuple qui a sauvé le pays"    Lancement du nouveau Groupement algérien des acteurs du numérique    Victoire impérative des Verts    Samsung prépare sa DexBook : Transformer son smartphone en PC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





48ème mardi de manifestation estudiantine: La mobilisation se poursuit
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 01 - 2020

Les étudiants ne désarment pas. Tout comme les semaines précédentes, des jeunes universitaires accompagnés de nombreux citoyens, tous âges confondus, sont descendus dans la rue pour manifester, à travers plusieurs wilayas du pays. Et ce, pour exiger le respect au droit de manifester, de s'exprimer mais surtout de laisser le peuple choisir sa destinée et bâtir son pays. «Laissons-nous bâtir notre pays que vous avez détruit» pouvait-on lire sur une pancarte brandie par un des manifestants, à la place des Martyrs, le point de départ de la 48ème manifestation estudiantine.
Cultivant à leur manière la culture de dialogue, les manifestants ont, à travers le débat organisé habituellement, avant le début de la marche, près de la bouche de métro de la place des Martyrs, insisté sur la nécessité de soutenir davantage les détenus du ‘Hirak', et surtout dénoncer les arrestations qui se multiplient au fil des manifestations.
Pour rappel, une vingtaine de manifestants ont été arrêtés vendredi dernier, dans la matinée, à Alger, puis «remis en liberté provisoire» en attendant leur procès prévu le 9 février prochain. Certains parmi les manifestants ont appelé à la tenue d'une marche «grandiose» de la place des Martyrs à la prison d'El Harrach pour exiger la libération des détenus. D'autres ont appelé les manifestants à occuper les rues et les espaces publics dès la matinée du vendredi pour éviter les arrestations. Pour certains, la démocratie se construit par des réponses politiques justes aux aspirations des citoyens, par des mesures d'apaisement et par l'ouverture du champ médiatique et politique aux voix opposantes et non pas par les arrestations et la répression policière. Les principaux slogans scandés par les manifestants étaient «système dégage, les étudiants s'engagent» , «une transition démocratique», «on a dit que l'Issaba part, soit nous ou vous», «rappelez-vous , Abane Ramdane a laissé un conseil, un état civil et non militaire» ou «nous sommes les enfants d'Amirouche , on ne va pas s'arrêter». Un déploiement des forces de l'ordre a été constaté vers les coups de 14 h, à quelques mètres de la Faculté centrale. Les services de sécurité ont dressé un cordon sécuritaire visant à empêcher la progression des manifestants vers la Grande Poste d'Alger. Les manifestants se sont montrés lucides, et se sont dirigés vers une ruelle limitrophe avant de se disperser dans le calme, préservant ainsi le caractère pacifique de leur manifestation.
«Libérez les prisonniers, ils n'ont pas vendu la cocaïne» ou «Libérez les détenus, libérez le pays» sont des slogans entonnés depuis des mois, et lors de chaque manifestation. Les manifestants ont appelé à la libération de Karim Tabbou qui se trouve, depuis septembre dernier, à la prison de Koléa, et dont sa détention provisoire a été prolongée de quatre mois. D'autres ont appelé à la libération de Samir Belarbi et Fodil Boumala ainsi que d'autres qui sont toujours en prison. Les manifestants ont également exprimé leur solidarité avec l'étudiant Mohamed Amine Benalia qui a été condamné, dimanche dernier, par le tribunal de Biskra à 18 mois de prison ferme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.