Mancity : Guardiola fait une annonce de taille pour son avenir    Nécessité pressante d'un réseau d'assainissement pour la zone industrielle de Hassi Ameur    Man City : Sterling est fan de Zidane    Centre nautique d'Oran: piscines dotées de bassins en Inox, une première en Afrique    Arbitrages d'investissement: l'Algérie est dotée des outils pour sanctuariser les intérêts de l'Etat    Tebboune évoque la fermeture des frontières avec le Maroc    DANS UNE ENTREVUE ACCORDEE A UNE CHAINE DE TELEVISION RUSSE : Tebboune nie toute exploitation du gaz de schiste    Mohamed Bedjaoui impliqué lui aussi    MOSTAGANEM : Les distributeurs de lait ne décolèrent pas    PROMOTION DU DIALOGUE SOCIAL : Une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    LUTTE CONTRE LE DISCOURS DE HAINE : Zeghmati présente l'avant-projet de loi    FRANCE : Quatre frères et sœurs algériens arrêtés à Bordeaux    Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Montréal aux couleurs algériennes    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    Serport annonce ses grands projets    Choc des extrêmes à Biskra    Résonances autour d'une année de contestations    Fausses adresses    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Report du derby USMA – MCA : Une décision politique    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    Arrêt de l'importation des kits CKD/SKD : Abdelmadjid Tebboune met fin au «montage» automobile    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    La statue de Constantin dans un état lamentable    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Le PNC suspend sa grève    4morts et 32 blessés en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Difficultés financières, enregistrement des médicaments...: Les opérateurs de la pharmacie vident leur sac
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 01 - 2020

S'il y a à peine dix ans, l'Algérie importait la quasi-totalité de ses besoins en produits pharmaceutiques, elle assure aujourd'hui la couverture de 50% des besoins nationaux en médicaments. C'est «un grand pas» de franchi, selon le président de l'Union nationale des opérateurs de la pharmacie, Abdelouahab Kerrar d'autant plus, a-t-il souligné que cette industrie en plein essor a fait chuter la facture d'importation des médicaments à 1 milliard de dollars, contre 2,2 milliards durant l'année 2004.
Plus encore, l'Algérie, qui abrite la quatrième économie d'Afrique et le deuxième marché pharmaceutique du contient, possède aujourd'hui les capacités propres à exporter, a soutenu M. Kerrar, hier, lors de l'émission «L'Invité de la rédaction» de la Chaine 3 de la Radio algérienne.
Il explique qu'en produisant le plus grand nombre de produits de soins, cette industrie a également contribué à abaisser leur coût, assurer l'accessibilité des malades à des traitements innovants et, d'autre part, à leur ouvrir des créneaux d'exportation, ce qui est, déclare-t-il, «dans ses capacités». L'exportation est devenue même «une nécessité» pour une industrie qui s'appuie sur un nombre important d'unités de production, dotées d'un excellent savoir-faire et fonctionnant en deçà de ses capacités, a encore plaidé l'invité de la Chaine 3. S'agissant des carences relevées en matière de disponibilité de certains traitements, M. Kerrar les impute essentiellement à l'absence de statistiques fiables sur les besoins réels destinés à des thérapies particulières. Appelant à la création d'une Agence du médicament «forte», il s'inquiète, par ailleurs, que des producteurs du secteur soient confrontés à des difficultés financières, parce qu'explique-t-il, ils ont fait des investissements importants et, qu'en retour, ils n'arrivent pas à faire homologuer leurs produits. Il précise, à ce propos, qu'une vingtaine parmi eux disposent de 300 médicaments «en souffrance», attendant depuis longtemps d'être enregistrés, «alors même, s'insurge-t-il, que des programmes ont été lancés pour les importer. Le président de l'UNOP se dit, par ailleurs, «surpris» de l'étiquette de «lobbies» accolée aux producteurs de médicaments qu'il qualifie de «parmi les meilleurs élèves de l'économie algérienne».
Pour rappel, le marché pharmaceutique algérien a connu une croissance moyenne de 10%, chaque année, notamment au cours de ces quatre dernières années. L'augmentation de la couverture médicale et des dépenses de santé par habitant n'a pas cessé d'évoluer, en raison de la combinaison de plusieurs facteurs : l'explosion démographique, l'émergence des maladies chroniques et une bonne couverture sociale ainsi que la généralisation du ‘tiers payant', avec une base industrielle locale en développement. A la faveur de cette croissance, l'Algérie est dans le top 20 du marché pharmaceutique dans les pays émergents. Mais selon les professionnels, cette croissance, d'une année à une autre, a connu un fléchissement au cours de l'année 2019 en raison de la crise politique qui secoue le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.