Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    Algérie-Arabie Saoudite: des perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Nécessité d'identifier les passagers du vol transportant l'italien atteint du coronavirus    Une secousse tellurique de 3 degrés enregistrée ce matin    Oran : 2 mois de prison requis contre Affif Abderrahmane    Dans le désordre    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    À quand l'accès au hall d'attente ?    Conférence sur le développement des routes et des transports en Afrique    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Une boîte automatique intelligente    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    Les Canaris préparent le Chabab à Tigzirt    L'Algérie classée dans le Top-10 par Campus France    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Une médaille pour le hirak à Montréal    Tarte pommes, amandes et chocolat    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    COA: les membres du Comité exécutif rejettent une démission "verbale" de Berraf    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Baccalauréat professionnel: le projet en phase de détermination des spécialités    Le Brexit obligé de revoir le cadre des échanges dans une année : Vers un nouvel accord de coopération entre l'Algérie et le Royaume-Uni    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    A l'appel de l'UNPEF: Grève à l'Education aujourd'hui    Blida: Un ressortissant malien arrêté pour escroquerie    Les étudiants poursuivent leur mobilisation    Remise des décisions d'affectation: 120.000 souscripteurs AADL convoqués la semaine prochaine    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





BONBONS ET CARAMELS
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 01 - 2020

Après la visite du président turc ces dernières 48 heures à Alger, quelques éléments de distorsion entre l'Algérie et la Turquie ont l'air d'avoir été dissipés. En toile de fond, le sujet libyen a occupé une bonne place dans cette visite inopinée et Erdogan a certainement donné quelques assurances à son homologue algérien pour tenter de le dissuader de se nourrir des légitimes suspicions après le tollé international provoqué par Ankara en décidant de s'engager militairement en Libye.
Bon gré ou mal gré, les autorités algériennes harcelées sur plusieurs fronts ne pouvaient que prendre note de la présentation de la bonne foi des Turcs en suggérant quelques importantes recommandations en s'en tenant à la sacro-sainte non-ingérence de forces étrangères dans des pays quels qu'ils soient.
L'autre chapitre de la visite, un tant soit peu visible pour l'opinion publique, a concerné le domaine économique et le forum algéro-turc initié à cet effet a orienté le cap vers la mise en place d'une zone de libre-échange. Mais si le président turc jure qu'il n'a nullement l'intention de fourguer ses produits en Algérie, de plus en plus difficiles à écouler ailleurs, les retombées nuisibles des zones de libre-échange n'ont pas fini de faire débat et les Algériens souvent contraints par des considérations et des données politiques plurielles ont ouvert à tous les vents leurs frontières. On peut comprendre que pour un pays isolé et menacé, certaines nécessités diplomatiques imposent des déconvenues commerciales payées très cher.
En définitive, les associations économiques et commerciales établies avec les zones arabes et européennes n'ont fini que par mettre en exergue une naïveté algérienne évidente. Le résultat patent de ces engagements n'a fait qu'étaler avec outrance nos marchés de bonbons et de caramels. Il a surtout démontré que le génie algérien a tourné le dos à la fabrication de jeans et de pullovers pour s'amouracher de bien diaboliques containers bourrés de ruses et de roublardises commerciales.
Aux dernières nouvelles, le président Tebboune a pris sur lui d'interdire l'importation de l'étranger de tout ce qui est produit en Algérie. Sans doute faudrait-il aller encore plus loin et fermer les frontières à tout ce que les Algériens seraient capables de créer et de produire chez eux. Il suffit de leur ouvrir toutes les portes et d'effacer les frontières qu'ils ont établies entre eux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.