430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Covid19: 26 décès et plus de 1500 cas impactés parmi les personnels de la Santé    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE TERRAIN VIERGE POUR LES LOBBYS
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 02 - 2020

La comparaison désabusée du président de la République à propos de la firme automobile Renault installée à Oran et à Tanger est indicatrice d'un exercice particulier et passé à travers lequel les responsables algériens agissaient dans une mêlée entrepreneuriale où les sentiments et les fuites en avant prenaient toujours les devants. Souvent superficiellement étudiés quand ils ne répondent pas à des calculs politiciens secondaires, les engagements dans les différents partenariats étaient empreints d'une naïveté que les conjonctures politiques avaient imposée.
Totalement isolés pendant et après la décennie noire, les décideurs se sont souvent sentis contraints de se déculotter pour renouer avec le monde extérieur. Renault comme d'autres consortiums pouvaient servir d'outils d'attrait et malgré des années d'hésitations et de négociations elle s'est imposée avec ses conditions. Sont venues par la suite des tentatives législatives de correction mais qui se sont avérées inopérantes sinon en contradiction avec la nécessité d'encourager et de développer en Algérie l'investissement étranger. Il en a été ainsi avec le négatif serrage voulu par la loi du 49-51. Il en sera toujours ainsi tant que les Algériens n'accorderont pas la vraie densité aux horizons du monde en se délestant du regard figé sur le passé et en remettant sur rails une réelle intelligence sur le futur.
Une gouvernance judicieusement maîtrisée ne peut en aucun cas s'installer avec une législation prolixe dans des exercices de yoyo inversant des lois et leurs contraires dans un temps réduit en donnant l'impression soit que les législateurs avancent les yeux fermés, soit qu'ils sont noyés dans une incompétence absolue.
La règle indispensable en matière de partenariat avec l'étranger est qu'en association avec lui dépouillés de toute arrière-pensée pour un partage juste et équitable des intérêts. Qu'a-t-on à lui proposer et qu'a-t-il à échanger ?
Bien entendu, quand on n'a rien ou peu à proposer, ou encore quand les arguments ne reposent que sur des ressentiments, on cède un terrain vierge aux lobbys pour qu'à l'aise ils puissent évoluer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.