Constitution: les droits et libertés consacrés par une vingtaine de nouvelles dispositions    La constitutionnalisation de l'ANIE: un gage de transparence de tout scrutin    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    La colère de Zeghmati    Le procureur veut alourdir les peines pour Ouyahia et Eulmi    "Réunir la famille du FFS sous un même toit"    Louisa Hanoune pointe "une régression des libertés"    Ce qui est reproché à Noureddine Tounsi    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani autorisé à entrer en Algérie    La fille des Aurès    Les non-dits    Dumas : "Je suis satisfait"    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans le vol de véhicules    Les spécialistes plaident pour des décisions prudentes    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Les paramédicaux face à la sourde oreille de la DSP de Bouira    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Marche pacifique et arrestations à Tichy    Des sites archéologiques à l'abandon    JSMB : La saignée a commencé    AGEx de la SSPA/USM el Harrach : Retrait de confiance à Laïb acté aujourd'hui    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Oussama Sahnoune, nageur International : «Je vise la finale olympique à Tokyo»    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Importation: Pas de retour aux licences    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Bouira - Algérie Télécom : forum sur les nouvelles technologies numériques    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    LES FAUSSES INTIMITES DANS UN MONDE NU    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    M6, La petite chaîne qui «mente» !    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    Belhimer: le débat sur la Constitution dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 02 - 2020

La direction de la Compagnie aérienne nationale, Air Algérie, a procédé, jeudi dernier, au licenciement d'environ 80 employés du Personnel navigant commercial (PNC) et 7 syndicalistes, a-t-on appris, auprès d'un des représentants du Syndicat. Notre interlocuteur a annoncé la reprise des vols, hier matin, et ce après, quatre jours de grève «surprise» qui a pénalisé des milliers de passagers dont certains sont restés bloqués à l'aéroport.
Le représentant des syndicalistes a affirmé que la grève n'a pas été décidée par le Syndicat, ce qui explique le fait que le préavis de grève n'a pas été déposé, au préalable « mais c'est carrément la base qui avait ras le bol des conditions socioprofessionnelles et avait décidé de protester durant des heures bien précises».
Et d'expliquer que les grévistes ont protesté durant les premiers jours en observant une grève limitée de trois heures, dans la matinée, au moment où la compagnie avait annoncé des retards dans les vols, en raison des conditions climatiques défavorables (le brouillard). Autrement dit «le mouvement n'était qu'un débrayage de trois heures de temps, initié par le collectif du personnel navigant commercial (PNC), juste au moment où aucun avion n'a été autorisé à décoller, en raison du brouillard, jusqu'à ce que la direction générale d'Air Algérie décide de licencier une trentaine d'employés et suspendre 7 membres du Syndicat, ce qui a ouvert la voie à une grève ouverte» regrette-t-il.
Alors qu'ils s'attendaient à des «mesures d'apaisement» et l'ouverture d'un dialogue entre les PNC grévistes et la direction de la Compagnie «Air Algérie a procédé au recrutement d'éléments PNC stagiaires en remplacement des membres du personnel navigant commercial (PNC) qualifiés mais licenciés par le P-DG d'Air Algérie, ce qui est en contradiction avec la loi», déplore-t-il. Le Syndicat a «sollicité l'intervention du ministère des Transports à maintes reprises, mais en vain», selon notre interlocuteur. Face à cette impasse «imposée par la direction d'Air Algérie», le Syndicat et les travailleurs licenciés «comptent solliciter les hautes instances à leur tête le président de la République» et ce «pour l'annulation de la décision de justice, rendue par le tribunal de Dar El Beida (Alger) qui a ordonné l'arrêt immédiat de la grève enclenchée par le Personnel navigant commercial (PNC) d'Air Algérie et la réintégration du personnel et syndicaliste licenciés».
Le Syndicat a précisé que les revendications ne sont pas d'ordre salarial, mais concernent surtout «les conditions de travail qui sont insoutenables».
Ministère des Transports : des «mesures adéquates» seront prises
Notons que le ministère des Transports et des Travaux publics avait appelé, jeudi, le Personnel navigant commercial (PNC) d'Air Algérie, au respect des décisions de la justice et à l'arrêt «immédiat» de leur mouvement. «Nous appelons au respect de la décision de justice qui a qualifié cette grève d'illégale et à la cessation immédiate de ce mouvement (grève du PNC), en faisant prévaloir la sagesse et le dialogue», a indiqué le ministère, dans un communiqué. La tutelle a affirmé «qu'il sera procédé à l'examen des motifs de cette grève, à la définition des responsabilités et à la prise des mesures adéquates à l'encontre des auteurs de cette situation inacceptable». Le ministère a précisé que l'appel «au respect de la décision de justice et à la cessation immédiate de la grève» intervient après «l'épuisement de toutes les voies du dialogue entre les parties, en litige, afin de résoudre les problèmes soulevés et de leur trouver les solutions adéquates en prenant en considération l'intérêt des clients ainsi que celui de la compagnie et de ses employés». «La grève ne doit pas être un motif pour porter préjudice aux intérêts des parties concernées», affirme encore le communiqué. Le ministère a exprimé «son profond regret» quant à la grève enclenchée par le PNC d'Air Algérie, une grève qui vient au moment où «le secteur s'apprête à entamer la mise en œuvre de son programme d'action, issu du Plan d'action du Gouvernement pour la concrétisation du programme du président de la République, visant à édifier une nouvelle République, conformément aux aspirations du peuple».
Tebboune : «Le timing de ces grèves n'est pas innocent»
Par ailleurs, le Président Abdelmadjid Tebboune, a évoqué, lors de sa rencontre périodique avec les médias nationaux, sans la citer, des grèves qui «ternissent l'image du pays, nuisent aux citoyens et entravent leurs affaires», en allusion à la grève des PNC d'Air Algérie. Tebboune a critiqué «ceux qui déclenchent des grèves par SMS une demi- heure» avant le débrayage, rappelant que la loi exige un préavis et la précision des motifs afin de favoriser l'ouverture de négociations pour trouver des solutions. Pour le président de la République, «le timing de ces grèves n'est pas innocent». «J'ai 50 ans d'expérience dans la gestion et on ne peut pas me convaincre du contraire», a-t-il ajouté. «La grève anarchique est interdite dans certaines infrastructures publiques», a-t-il lancé précisant que la grève doit être annoncée, au préalable, pour permettre aux compagnies aériennes ou aux aéroports de prendre leurs précautions comme informer les voyageurs».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.