Covid-19/Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    Djerad participe à une réunion de haut niveau sur le financement du développement à l'ère du Covid-19    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    DGF: quelque 3000 incendies ont dévasté plus de 21.000 h en 2019    Foot-Coronavirus: Zetchi prend part à une réunion FIFA-UNAF-WAFU    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Cour de Tipasa: Karim Tabou "a volontairement refusé d'effectuer un appel téléphonique"    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    140 nouveaux cas confirmés et 7 décès enregistrés en Algérie    Message sur Twitter du MAE espagnole supprimant le drapeau sahraoui: le Polisario proteste officiellement    Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Coronavirus: Peurs, défis et remises en question    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    L'infrangible lien…    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les feuilles de l'automne    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le confinement fait polémique
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 03 - 2020

Les Algériens seront-ils en mesure de respecter un confinement strict, total et prolongé au-delà de deux semaines ? Difficile pour les autorités de recourir à pareille disposition, même si cela paraît indispensable, voire inévitable en cas de propagation alarmante de la pandémie du coronavirus dans le pays, quand on sait pertinemment qu'une application brutale du confinement total aurait de graves conséquences, insupportables, sur le plan social et économique. De nombreux spécialistes, ainsi que les citoyens en général, appellent à un confinement total en Algérie, surtout en cette phase d'incubation du Covid-19, soit quatre semaines après la première apparition dans le pays, prolongée de deux autres semaines.
Presque unanimes, les spécialistes de la santé disent ne pas comprendre cette décision des autorités de confinement partiel, de 19h à 7h, à travers une dizaine de wilayas, et appellent à un confinement total, comme seule solution pour neutraliser la propagation du coronavirus. Estimant que ce «couvre-feu», qui rappelle aux mémoires les années 90, ne peut avoir aucune efficacité, puisque la menace réelle réside dans la période non concernée par le confinement, soit de 7h à 19h ! On fait remarquer également que le coronavirus s'est propagé à travers 36 wilayas, alors que les mesures de confinement partiel ne touchent qu'une dizaine de wilayas, en sus du confinement total appliqué uniquement au niveau de la wilaya de Blida. Pourquoi ces wilayas et pas d'autres ? Pourquoi y aller par tâtonnement vers le confinement partiel, puisqu'on laisse entendre et il est clair qu'il sera inéluctablement étendu à d'autres wilayas ?
Des questions et tant d'autres qu'on se pose et qui restent sans réponses. Cependant, il est loisible de savoir que le confinement, qui concerne maintenant près de trois milliards d'humains dans le monde, n'est pas le même à travers tous les pays. L'application de cette mesure reste différente d'un pays à un pays, passant de la Chine et la France, où le confinement est des plus des sévères, à l'Allemagne, aux Etats-Unis et les Pays-Bas, où la liberté de circuler est tolérée malgré quelques restrictions, à l'exemple de la fermeture des commerces et écoles, ainsi que le respect de la distance de protection entre les personnes (1 et 1,5 mètre). Cela peut donner une bribe de réponse aux préoccupations des spécialistes et des citoyens en général.
En Algérie, il faut croire que la stratégie d'aller en douce dans l'application du confinement n'est pas sans fondement. Les rouages ne sont pas bien huilés pour supporter un confinement strict et total, qui impliquerait une paralysie de la vie socioéconomique, dont les pertes d'emplois sans perspective d'amortissement par des allocations de chômage, aussi partielles soient-elles, et l'arrêt des approvisionnements des commerces en produits de première nécessité, entre autres dysfonctionnements qui pourraient mener vers des situations plus difficiles à gérer que la pandémie du coronavirus elle-même. Il y aurait également ce facteur psychologique, qu'il faut tenir en compte et qui pourrait tenir une bonne place dans cette stratégie des autorités d'appliquer le confinement par touches progressives, à degrés de plus en plus sévères, pour mieux préparer les gens à se cloîtrer totalement chez eux dans le pire des cas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.