Jusqu'à quatre vols quotidiens au départ d'Alger    Les pharmaciens se désengagent    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    Le décret exécutif publié au JO    Le président de la République adresse un message à la Nation    Neuf nouveaux décès et les cas positifs en hausse    AFIN DE RAPATRIER LES FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Air France annonce 4 vols quotidiens entre Alger et Paris    DESCENTE POLICIERE A ANNABA : Le ministère de l'Intérieur dément    DEFENSE : L'Algérie réceptionne 42 hélicoptères modernisés en Russie    Journée de l'Afrique: les Sahraouis appellent à faire pression sur le Maroc    AID EL FITR : Le Président Tebboune présente ses vœux à l'Armée et au corps médical    CAMPAGNE DE RECOLTE DE POMMES DE TERRE DE SAISON : Un rendement record à Mostaganem    SAISON ESTIVALE A MOSTAGANEM : Les citoyens invités à rationaliser l'eau potable    DETERIORATION DE LA FRESQUE MURALE A ALGER : L'auteur arrêté par les services de sécurité    L'artiste Hakim Dekkar infecté par Coronavirus    197 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    MASCARA : Aid El Fitr cette année était plus virtuel    SURETE DE WILAYA DE TLEMCEN : Saisie de 146 kg de kif en 3 mois    GEL DESINFECTANT : La commune de Mascara passe au stade de fabrication    Les pays africains appelés à bâtir des économies plus résilientes grâce à l'intégration    WILAYA DE SAIDA : Installation du nouveau directeur de l'administration locale    Journée de l'Afrique: appel à "redoubler d'efforts" dans la lutte contre le covid-19    Fédération algérienne de Golf : "Une AG Ordinaire avant la fin de l'année"    "La triste histoire de Maria Magdalina", troisième roman de Abdelkader Hmida    Tizi-Ouzou: l'Aïd célébré à l'ombre des mesures de confinement    Sonatrach : la reprise du travail des employés se fera progressivement    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    CIO : Report des JO-2021 ?    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    5 ans de prison ferme requis    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les f et les e 5, la theorie du 100e singe
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 04 - 2020

« Je pense depuis longtemps que si un jour les méthodes de destruction de plus en plus efficaces finissent par rayer notre espèce de la planète, ce ne sera pas la cruauté qui sera la cause de notre extermination et moins encore, bien entendu, l'indignation qu'éveille la cruauté, ni même les représailles et la vengeance qu'elle attire... mais la docilité, l'absence de responsabilité de l'homme moderne, son acceptation vile et servile du moindre décret publié. Les horreurs auxquelles nous avons assisté, les horreurs encore plus abominables, auxquelles nous allons maintenant assister, ne signalent pas que les rebelles, les insubordonnés, les réfractaires sont de plus en plus nombreux dans le monde, mais plutôt qu'il y a de plus en plus d'hommes obéissants et dociles. » (Bernanos)
Après avoir libéré Paris, de Gaulle s'empresse de lui écrire une lettre pour le faire revenir de son exil d'Amérique latine. Au lieu de remercier le General, l'ingrat Bernanos le questionne: « La liberté, pour quoi faire ? » Comme si Feraoun dans son Journal écrivait « l'indépendance pourquoi faire ? Au lieu de : « vos ennemis de demain seront pires que ceux d'aujourd'hui. » Gide va dans le même sens en affirmant que le monde sera sauvé, s'il peut l‘être, que par des insoumis. Que dire de «l'enfant d'Alger », Camus, quand il écrit dans La Peste : « La presse, si bavarde dans l‘affaire des rats, ne parle plus de rien. C'est que les rats meurent dans la rue et les hommes dans leur chambre. Et que les journaux ne s'occupent que de la rue. » Ces lanceurs d'alerte dont la prophétie s'est réalisée à la puissance infinie seraient internés sous haute surveillance de nos jours. S'étouffer en rampant ou s‘irradier en s'indignant. Eloquent quand la seule arme et le seul savoir se résument à « lavez-vous les mains et toussez dans votre manche ! » On n'a pas d'autre choix quand on vit avec une tête de cigale et un corps de fourmi. C'est connu, les hybrides n'ont pas une grande espérance de vie. Qu'importe, l‘important c'est de se goinfrer de pain blanc sans mastiquer et se distraire au virtuel sans bouger...
Dans son livre, « Dominer le monde ou sauver la Planète ? », Naom Chomsky, se basant sur les réflexions du célèbre biologiste Ernst Mayr, écrit : «. L‘idée selon laquelle « il vaut mieux être intelligent que stupide » est réfutée par l'histoire de la vie sur Terre, à en juger du moins par le succès biologique. En termes de survie, scarabées et bactéries réussissent infiniment mieux que les humains... « Vaut-il mieux être intelligent que stupide ?» Nous entrons dans une période de l'histoire de l'humanité qui permettra peut-être de répondre à la question. Le mieux serait qu'elle ne le fasse pas, car, si elle apporte une réponse définitive, celle-ci sera nécessairement que les humains ont été une sorte d' « erreur biologique », et qu'ils ont utilisé leurs 100000 ans à s'autodétruire, en anéantissant bien d'autres choses avec eux. » Exemple 1- Le témoignage d'une mère sur le rôle de ses deux fils durant la guerre de libération algérienne. Avant 1954, dans son douar perdu, personne ne savait que la France était là depuis plus d'un siècle. Si les primitifs ne bénéficient que rarement des bienfaits de la paix, les méfaits de la guerre ne les ratent pas. C'est ainsi que, pour la première fois, les deux garçons abandonnent leur montagne. Chance ou malchance : l'un tombe sur des moudjahidines, il devient moudjahid ; l'autre sur des soldats français et se mue en harki... Si l'intelligence signifie liberté sans dépendance et adaptation sans nuisance, les exilés de cette bourgade peuvent se considérer en avoir suffisamment. Dans une Algérie indépendante frappée par une crise économique, sociale, sanitaire, écologique et politique, combien de temps peut tenir un universitaire au chômage à qui on coupe l‘eau et l‘électricité ? Heureusement pour eux, s'ils ne se suicident pas, le stress générateur des maladies modernes les fera disparaitre fissa. À moins d'avoir un parent papa Noël qui habite là-haut, dans un endroit maudit-béni épargné par la civilisation. De nos gourbis d'avant la modernité, Germaine Tillon parle de « villages souriants ». Une vie « indigène » loin de l'Ecole de Jules ferry avec la baraka d'Ibn Saoud et de l'Oncle Sam. Loin des deys et beys de la Sublime Porte avec leurs janissaires et des « 12 salopards ». Des guillemets car on ne sait pas quel est l'adjectif adéquat. A qui profite le crime ? Surtout pas aux éternels abonnés de la malchance.. C'est intéressant de voir, en ces temps où le virus menace l'espèce, confinés entre 4 murs en stockant de la malbouffe jusqu'au plafond, on nous ânonne à longueur des 24h qu'il faut écouter la Voix officielle, qui elle-même avoue obéir à la Voix Mondiale, porte-parole des 300 familles dirigeantes. Pas de quoi faire un douar fiable si on mettait ces « dieux » à l'épreuve, genre télé-irréalité, pour une survie n'excédant pas quelques secondes.
Or, qu'avons-nous fait d'autre que d'écouter la Voix Officielle du berceau à la tombe ? Idem pour nos parents, nos grands-parents et nos ascendants jusqu'à la cime de l'arbre généalogique pas moins officiel. Pour en arriver à quoi ? À nous terrer comme des rats à cause d'un virus malgré le gavage et recommandations du duo BigPharma-OMS, des supermarchés, des assurances-santé, des assurances-vie, des assurances-maladie, des assurances-bobo, des assurances-« vous le valez bien »... des cartes chiffa et autres mirages. En Algérie, où on se plaint d'un système de santé leurre et des hôpitaux connectés au cimetière, une Pub sur deux concerne la santé. L'autre la bouffe. Comme partout. Le paysage en est imprégné jusqu'au délire. Hors des 4 murs, deux activités : acheter des aliments et des médicaments. Résultat, le virus tue des corps esquintés à l'avance par ces deux industries chimiques dans un monde où les politicards magouillent main dans la main. Corruption sur corruption, la relève s'assure automatiquement. C'est éloquent de découvrir, grâce au Hirak, que ce sont les rejetons des généraux qui tiennent le commerce de notre santé, notre mangeaille et les « bonbons » pour nos enfants. Et pour cause, une guerre a toujours besoin de son armée qu'elle soit économique ou territoriale... Avant de mourir, Pasteur lui-même a reconnu son erreur en certifiant que ce n'est pas le microbe qu'il faut combattre, mais ce qui l'entoure. Le problème avec le milieu c'est son flou. Aller remplir le caddy d'un milieu, lui faire un vaccin, le mettre sous-antibiotique, sous perfusion, le charcuter dans un bloc chirurgical, lui mettre une camisole et le bourrer d'antidépresseurs. C'est pourquoi l'aboiement officiel l'ignore. Ne s'étonne même pas de notre vulnérable face à un mystérieux virus qui affole tout le monde : le chef, ni intelligent ni idiot et le soumis à 100 % idiot. Carl Gustav Jung, qui est loin d'avoir la célébrité préfabriquée de Pasteur, dit : « la maladie c'est l'effort que fait la nature pour retrouver son équilibre.» Au moment où on chasse Dieu en fermant les mosquées, les églises et tous les temples y compris les sanctuaires de Lourdes et la mise en quarantaine de la Sainte Vierge. Unique femme plusieurs fois citée dans le Coran... « La religion est tout ce qui leur reste quand on ne peut bouger horizontalement, on se déplace verticalement. » (Varsovie, ma Varsovie, Joyce Carol Oates). Disparu « ce qui leur reste »Nous vivons une époque formi-diable, dixit Philippe Jandrock.
Steven W. Moshe n'est pas n'importe qui : président de la Population Research Institute et expert sur la Chine reconnu internationalement, auteur de nombreux ouvrages...Il a étudié la biologie humaine à l‘université de Stanford sous la direction du célèbre généticien italien Luigi Cavalli-Sforza. Titulaire de diplômes d'études supérieures en océanographie biologique, en études de l‘Asie de l'Est et en anthropologie culturelle...Sans oublier les titres, honneurs, récompenses etc. Dans son article « Est-ce que le coronavirus est une arme biologique de la Chine ? » Moshe cite le Dr Francis Boyle, expert en guerre biologique : « le coronavirus, dont nous parlons ici, est une arme biologique offensive qui s'est échappée du laboratoire de biosécurité de niveau 4 à Wuhan...des rapports antérieurs sur des problèmes avec ce laboratoire et des choses qui s'en échappaient. » Il évoque le livre « War's New High land » publié en 2017 par le général Zhang Shibo et révélant que « le développement de la biotechnologie moderne permet de voir progressivement les côtés forts de son utilisation offensive...d'attaques génétiques contre des ethnies spécifiques. » Moshe précise que Zhang était président de l‘Université de la défense nationale de l'APL (armée populaire de la libération) et membre à part entière du 18e Comité central du Parti communiste chinois (2012-2017) L'auteur évoque le cas du couple de scientifiques chinois expulsé, pour espionnage, dans le laboratoire biosécurité canadien de niveau 4 : « Le Dr Qiu est connue pour ses travaux sur le virus Ebola et le mari a publié des études sur le SRAS. L‘enquête de la GRC (Gendarmerie royale canadienne) a révélé que tous les deux se rendaient fréquemment au laboratoire de Wuhan.
En fin de compte, la Chine a tout ce qu'il faut pour créer une arme biologique mortelle : la technologie, les installations et le biomatériau. Le Washington Post et d'autres médias ont fait couler beaucoup d'encre en essayant de nous convaincre que le coronavirus meurtrier est un produit de la nature plutôt que des activités humaines infâmes et que quiconque dit le contraire est un dérangé qui voit des complots partout. Lorsqu'un groupe de virologistes indiens a publié une analyse suggérant que le nouveau coronavirus contient des insertions qui ressemblent à des séquences de gènes du virus de VIH, ils ont été largement attaqués et les résultats...ont été « révisés»... » Pour cet expert : « que ce soit une arme biologique en cours de développement ou non, il ne fait guère de doute que le coronavirus s'est échappé de l'Institut virologie de Wuhan. La proximité suggère la causalité. Après tout, si la première infection par coronavirus n'était que le résultat d'une transmission accidentelle d'un animal à un homme, comme on le prétend, cela aurait pu se produire n'importe où en Chine. Il est très curieux de constater que l'épicentre de l'épidémie se trouve exactement ...où se trouve le seul laboratoire biosécurité de niveau 4 de Chine. » Il ajoute qu'il y a des antécédents, en 2004, le virus du SRAS s'est échappé 2 fois d'un laboratoire de Pékin provoquant une épidémie. Pour Moshe, il y a encore un indice de preuve soutenant les arguments d'une arme biologique : Sur l'Internet chinois, une rumeur, prétendant que c'est une attaque biologique des USA contre la Chine, n'a pas été censurée. Par contre, le gouvernement chinois censure tous les « rapports précis » sur l'épidémie... (Epoch Times 10/02/2020)
La piste de l'arme nCOV19 se précise de plus en plus...Dans le Virology Journal (28/02/2013), Gulfaraz Khan parle, en juin 2012, d'un nouveau coronavirus en Arabie Saoudite. Le même que celui de Wuhan à la seule différence, il n'est pas contagieux. (J.R. Nyquist, Epoch Times) Que s'est-il passé pour que la mutation, normalement aléatoire et lente, ne se fasse qu'à Wuhan et d'une manière si spectaculaire. Et sous les yeux des deux leaders mondiaux des armes biologiques, la France et l'OMS, c'est-à-dire les USA. On imagine la fierté des 11 millions d'habitants en inaugurant leur laboratoire et leur terreur, le jour où leur four crématoire s'est mis à fonctionner 24h sur 24h. La Troisième Guerre mondiale sera virale ou ne sera pas. Une loi interdit ce genre de labo sur le territoire américain, c'est pour cela qu'on étudie les virus les plus dangereux pour les rendre encore plus meurtriers chez les autres, en Allemagne, en France, au Canada, en Ukraine et autres pays cools de l'ex-URSS. À méditer ou à prier. Quant à la transmission du virus de l'animal à l'homme, Luc Montagnier, le prix Nobel de médecine, découvreur du virus du sida (VIH) n'y croit pas un instant. Il va plus loin, en affirmant que nous avons tous le virus du sida à l'état dormant. (Youtube). Grosso modo, les virus ne connaissent pas la génération spontanée. Comme l'humain qu'ils habitent, à l'origine ils sont « zen ». D'où vient leur brusque folie ? L'éminent chercheur se contente d'avouer que la médecine moderne est impuissante et qu'elle devrait s'ouvrir aux médecines chinoises, indiennes et africaines. Après les avoir parasitées, détruites, le comble ! On comprend pourquoi les médias ne l'invitent pas, mieux, ils le soupçonnent de déséquilibre mental jusqu'à quasiment lui retirer son Nobel.
Pourtant, il est prudent comme son collègue le Pr Raoult, il ne franchit pas la ligne rouge des vaccins. Se contente de souligner l'évidence : l'autisme chez les enfants explose alors qu'il était pratiquement inexistant. Laissant le soin à d'autres chercheurs d'apporter la preuve en découvrant d' « énormes quantités d'aluminium dans le cerveau de personnes autistes décédées. » (www. collective-evolution.com /2018/01/16/scientists-discover...) En Algérie et ailleurs, l'aluminium est partout, omniprésent, y compris dans le lait du bébé. Par chance, avalé, le corps l'élimine naturellement. Mais, par injection, il nécessite le miracle...Revenons à notre virus, certains ne croient pas à son existence, ils parlent de la « stratégie de choc » de terreur afin de justifier le « jour d'après » le Covid19. On parle du rôle de la G5, 10000 antennes nouvelles rien qu'à Wuhan. On ne compte plus le nombre de scientifiques, y compris le Pr Montagnier, qui alertent sur la synergie entre le virus et les ondes magnétiques. Grosso modo, plus les ondes sont élevées plus les virus qui dorment en nous se réveillent en ogres affamés et cinglés. C'est vrai aussi pour nos animaux domestiques qui finissent par hériter de nos tares. En Algérie, on suit sans savoir si on est concerné ou pas. Contrairement à Cuba, victime de plusieurs guerres bactériologiques dont la plus meurtrière le 8/08/1964 avec le virus de la dengue hémorragique introduite par la CIA. Résultat : 344203 personnes atteintes avec 158 décès dont 101 enfants de moins de 15 ans. (AgoraVox) Elle s'est remise en super géante à venir aider jusqu'en Chine et en Europe. Le monde à l'envers, dixit Michel Collon. En résumé, pour notre santé, il vaut mieux être ennemi qu'ami de l'Oncle Sam. Entre la stratégie de la terreur et du bluff, tout le monde vacille, devient maboul se pose des questions suicidaires et traque des réponses à faire des pics au cardiogramme d'un athlète olympique.
On ne sait plus qui des deux est mortel pour nous : le confinement ou le virus de Wuhan. Il faut dire que depuis son apparition, la mort ne bosse que pour lui. Personne ne meurt d'une simple maladie, d'un accident, d'un attentat, d'un suicide, d'un assassinat, d'une noyade en Méditerranée, d'un conflit, d'une guerre, d'une balle d'un policier, d'une grève de faim dans une prison, d'une erreur médicale, d'incompétence, d'une urgence faute de lits, de la morsure d'un scorpion ou d'une vipère, de vieillesse et même d'une grippe normale. Un virus vraiment très spécial... Bernanos n'a parlé que de soumission et de servitude, mais pour notre malheur nous y avons ajouté une dépendance à vie à mort. Dans l'ex-grenier de Rome, depuis que cette bestiole invisible est là, la semoule a disparu. Une catastrophe à l‘approche du ramadan. À croire que la calamité virale y a roulé en couscous ses petits. Il n'y a que de la farine blanche. La fameuse baguette française dont le bled est l'un des rares sinon le seul à s'être entiché. Et c'est un Français, le Pr Henri Joyeux qui la dénonce : « c'est une catastrophe !»(Youtube) Il faudrait que les femmes algériennes l'invitent comme l'ont fait les femmes marocaines pour qu'il leur parle du blé ancien d'avant Monsanto qui revient petit à petit, mais sûrement dans l'Hexagone. Comme le Coca-Cola, pas de pénurie de farine blindée par un chapelet de pesticides pour plus de gâteaux, pâtes, pain, pizza, hamburgers y compris la galette et autres vieilles gâteries liftées. Mais que fait-on avec de la semoule dont on ne connaît ni la qualité nutritive ni destructive ? Presque rien ou presque tout si on s'en donnait la peine dans un bled où Monsanto est là avec armes et bagages. Le sage dira, dans le doute il faut s'abstenir. Glissons. En son temps, Lysander Spooner disait que dès que l'homme a mis sa survie et celle de ses gosses entre les mains d'un patron moyennant salaire, c'est le début de sa fin, dixit Churchill. Spooner était un clown, un fou, un anarchiste. Aujourd'hui, on le découvre en bon juriste prophète ayant bien appris son droit. Un raisonnement logique, des idées simples, claires à germer les neurones. Pour lui, animal social, l'Homme n'a que deux choix : vivre dans une société pleinement libre ou vivre dans une société esclavagiste. Grâce au coronavirus, l'économie mondiale est à l'arrêt, si économie y est. On parle de son effondrement en 2008 et certains pessimistes la remontent à 1929. Sous perfusion, mort cérébrale. Qui va payer par son sang et celui de sa famille ? Les mêmes. Qui va se remplir les poches ? Les mêmes. À moins d'un basculement genre le 100eme Singe. Si on n'a pas le droit à l'extérieur, profitant de notre intérieur, conseillent les maîtres zens. Ceux qu'on voit sur Youtube et qu'on imagine sur une autre planète. Que faire, quand on atterrit brusquement dans un intérieur vide ? Ils ne le disent pas. Combien sommes-nous à éteindre la télé et continuer à exister normalement ? « Ceux qui veulent ....s'engager réellement pour la démocratie et la liberté, ou simplement une survie...doivent connaitre les obstacles ...Dans les Etats répressifs, ils ne se sont pas dissimulés ; dans les sociétés démocratiques, ils sont plus subtils. Mais, si les méthodes sont très différentes, les objectifs sont les mêmes : faire en sorte que la « grande bête », comme Alexander Hamilton appelait le peuple, ne sorte pas des limites... déjà du temps du président Woodrow Wilson, les dirigeants anglais et américains avaient compris qu'il fallait inventer d'autres armes pour dompter la bête « essentiellement en contrôlant l'opinion et les mentalités »(Chomsky). Il faut dire qu'ils ont tout dit tout décrit dans leurs films et séries qui ont hypnotisé /traumatisé depuis des décennies : grands-parents parents, enfants, petits-enfants. Meurtres, génocide, drogues, délinquance, traites, kidnapping, guerres, vols, viols, racisme, terrorisme, féminisme, nazisme, communisme, complotisme etc. Et Chomsky d'ajouter : « Depuis, de gigantesques industries se sont développées à cette fin » A devenir des chiens de Pavlov où en pleine atmosphère virale, on se bat pendant que la Voix Officielle nous culpabilise et nous menace. Ces maitres qui nous ont amenés à cet état-là, souvenons-nous de leurs promesses, de leur « vous le valez bien », « tout va très bien madame la marquise », « Nous sommes là pour que demain sera meilleur qu'hier, pour enchanter aujourd'hui » ou mieux en arabe « Inchallah ». C'est maintenant que les rues, débarrassées de leurs « rats », on s'aperçoit de notre effroyable naïveté et notre terrifiante dépendance. Qu'on soit à Alger, à Paris, au Mali, à Washington ou à Pékin, le cerveau de la bête est gravement endommagé. Exemple 2- Dans sa campagne présidentielle et sous la pression de ses électeurs, Obama promet l'étiquetage des produits OGM. Chose promise chose due. Une fois élu, le nouveau président donne la voix à ses électeurs. La Californie, première sacrifiée à l'enfer Monsanto, vote le contraire. Intriqués, les journalistes se penchent sur l'anomalie. Trois causes: 1- Des votants n'ont pas compris la question posée ; 2- D'autres ne voulaient pas se retrouver au chômage ; 3- Et les derniers, sans doute la majorité, ont eu peur de l'augmentation des prix. Pas besoin d'une boule de cristal pour deviner le résultat. Mission accomplie pour le « gentil » Obama. L'Elu entouré de pas moins de 50 experts de Monsanto jusqu'à faire un procès à Madame qui rêvait de faire un jardin bio à la Maison-Blanche. On devine que les lobbys, via les medias des Boss, ont bien mérité les millions de bonus et ceux dépensés en Pub pour faire paniquer la foule. À se déchiqueter avec ses propres crocs et griffes. En Europe, les cerveaux ne sont pas plus fiables. Selon un sondage, 42% des Européens ne se reconnaissent pas dans ce monde-là (Michel Collon, site Investigation). Mais, en cas de vote, les autorités peuvent compter sur les 58% des non-complotistes ou abstentionnistes. En France, après l'arnaque du fameux « Responsable, mais pas coupable », Macron y a ajouté le « droit à l'erreur ». On voit pourquoi, même sans le coronavirus, les mouvements contestataires mourront de leur belle mort, à moins d'un sursaut... Dans son livre, Psychologie des foules, Gustave Le Bon écrit : « La simplicité et l'exagération des sentiments des foules les préservent du doute et de l‘incertitude. Comme les femmes, elles vont tout de suite aux extrêmes. » Il ajoute : « ...Aujourd'hui, les revendications des foules deviennent de plus en plus nettes et tendent à détruire de fond en comble la société actuelle, pour la ramener à ce communisme primitif qui fut l'état normal de tous les groupes humains avant l‘aurore de la civilisation. Limitation des heures de travail ; expropriations des mines, des chemins de fer, des usines et du sol ; partage égal des produits ; l‘élimination des classes supérieures au profit des classes populaires etc. Telles sont ces revendications. »Le Bon a publié son livre en 1895, il n'a pas connu la boucherie de la Première Guerre mondiale encore moins le génocide de la Seconde où seul le sang de la foule a coulé. Quant aux revendications, de nos jours, on n'en trouve même pas aux USA. La psychologie de la foule a tellement été étudiée, disséquée, analysée, médicalisée...que nous sommes, 125 ans plus tard à : - la peur du chômage, de là à faire un travail à sa guise, il faut inverser la pyramide.- Quant aux mines, chemins de fer, usines et sol, en France au bled du trio Egalité-Fraternité-Liberté, un projet de loi vise à confisquer à 100 % le sol français. Et le propriétaire devrait payer un loyer de la terre sur laquelle sa maison est construite (la loi Lagleize). Dans la foulée, un plus pour interdire les eco-villages (puits, jardinage...) Avant le coronavirus, du temps des Gilets jeunes, la France macronique votait la nuit avec une poignée d'élus. Avec le coronavirus et le confinement, les lois se votent en plein jour à assurer un bon sommeil aux représentants du peuple. En Algérie où le vote se fait avec deux mains levées et boule de cristal à l'appui, pas besoin de lois. Quand l‘argent manque, on dénude le nu en multipliant les taxes avec des nombres entiers. On paie comme on meurt en silence ... - Que dire du partage égal, même les Gilets jaunes dans leur liste de plus de 50 revendications n'y ont pas pensé. Sauf que les riches doivent payer des impôts comme les pauvres. Et que ces derniers ont le droit de refuser la nourriture malsaine, contre-nature. La populace de ce siècle ne pense qu'à préserver sa santé et celle des enfants. Notamment, quand c'est elle qui produit la richesse et que les riches parasites ne sont tenus que de payer leur dû comme les producteurs de richesse. La Fontaine n'a pas osé faire de la cigale la reine fainéante des fourmis - Quant à l‘élimination des riches, dans le riche bled des pauvres, l'idée n'a pas effleuré le Hirak. Après la « honte » du 5eme mandat et la fierté revenue, on s'est aperçu qu'un fauteuil roulant pouvait en cacher un autre plus compliqué à dégager...Au 16eme siècle Francis Bacon affirme que nul ne commande à la nature s'il n'obéit pas à ses lois. On n'a pas besoin de commander la nature, il suffit de la détruire en désobéissant à ses lois... Question virale: sont-ils coupables ou innocents ? Quelle que soit la réponse, le crime y est. Le pire, ce n'est pas leur culpabilité, mais leur innocence. On les savait sataniques, mais pas stupides...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.