Affaire Tahkout : poursuite du procès avec l'audition d'autres accusés et des parties civiles    Minurso: l'Afrique du Sud regrette l'absence d'un mandat étendu aux droits de l'Homme    Sétif: des mesures d'urgence pour assurer un confinement rigoureux    Le Président Tebboune présente ses condoléances à la famille de l'avocate Terrafi Yasmine    Russie : Un conseiller du chef de l'agence spatiale russe arrêté pour «trahison»    Signature d'une convention entre le ministère des Affaires religieuses et l'ONPLC    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Les 13 manifestants acquittés    Révision de la Constitution: Les propositions du MSP    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Complexité insurmontable ?    Tiaret: Près de 1.800 logements attribués    DENSIFICATION    Oran: trois éléments de soutien aux terroristes arrêtés    Abdelhak Lamiri: «L'idée de relance de l'économie n'a jamais vu le jour»    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Institut Cervantès: Un riche programme éducatif et culturel pour juillet    Le financement participatif bientôt opérationnel    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Près de 300 migrants interceptés par la Turquie    Un sixième centre de dépistage mis en service à Oran    Réception prochaine d'un service des urgences médico-chirurgicales    Les commerçants tirentla sonnette d'alarme    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Flambée des prix des climatiseurs    "Le 7e art a permis un changement profond dans les révolutions"    Epopée d'un pays en construction    Eléments constitutionnels de "l'Etat démocratique et social"    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    La Juventus pied au plancher, la Lazio au rattrapage    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    Tebboune préside une séance de travail aujourd'hui: Le plan de relance socioéconomique au menu    Enfin !    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Le ministre des sports répond a Taoufik Makhloufi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un fait accompli... de contrainte ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 05 - 2020

Les députés vontils joindre la parole à l'acte et rejeter la proposition de la hausse des prix des carburants, contenue dans le projet de loi de finances complémentaire (PLFC) pour l'exercice 2020 ? C'est dans leurs prérogatives de le faire, sinon à quoi aurait servi la mise en garde des membres de la Commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN) contre les retombées socio-économiques de la hausse des prix des carburants ? Le rôle essentiel des députés est de légiférer après étude des textes de loi soumis à l'Assemblée, et selon leur appréciation, la hausse des prix des carburants provoquerait un effet boule de neige qui toucherait in fine, fatalement, le pouvoir d'achat à travers ses répercussions sur les charges de la production industrielle, des agriculteurs et du transport public, voire une hausse généralisée des prix de la quasi-totalité des produits.
Tant il est vrai que la hausse des prix des carburants ne se fera pas sentir au niveau de la pompe seulement par les particuliers automobilistes qui passeront faire le plein, ce qui n'est pas une mince affaire en soi, mais cette augmentation aura des conséquences inévitables sur de nombreux secteurs, impliquant des dépenses rédhibitoires pour la majorité des Algériens.
Les effets néfastes sur les dépenses des ménages vont se faire sentir quelques semaines après cette hausse, au niveau des services et des produits, notamment les tarifs de transport et de la logistique en général, où les charges d'exploitation sont liées à 50% aux prix des carburants. Ce n'est pas nouveau, les augmentations sur ce registre n'ont jamais été accueillies par les applaudissements des citoyens, et les professionnels du transport ont toujours été les premiers à revendiquer une hausse « logique » des tarifs de leurs services. Le gouvernement, qui doit être prévoyant et bien imprégné de cette suite
malheureuse, avant qu'on vienne le mettre en garde contre cette disposition, n'a certainement pas décidé d'augmenter les prix des carburants de toute gaieté de cœur. Il est clair que c'est par contrainte budgétaire imparable que cette hausse a été introduite dans le PLFC pour l'exercice 2020. Et les mises en garde des députés sur ce chapitre ne peuvent rien changer à la donne. Les députés ont devant eux trois options, soit l'approbation, l'opposition ou l'introduction d'amendement sur le texte de loi proposé. Si le texte de loi en question est approuvé, rendant effective la hausse des prix des carburants, les mises en garde des députés, qui ont salué d'autres textes contenus dans la PLFC, non sans diminuer de leur impact positif quand ils sont associés à la hausse des carburants, dont la revalorisation du Salaire national minimum garanti (SNMG) à 20.000 DA et l'exonération des salaires inférieurs ou équivalents à 30.000 DA de l'Impôt sur le revenu global (IRG), n'auraient fait que chercher la complaisance des citoyens et mettre toute la responsabilité des suites à essuyer sur le gouvernement. Et si on lui trouve des circonstances atténuantes, dont le contexte économique difficile qui cautionnerait la démarche du gouvernement, il y a lieu de l'approuver sans trop de critiques démagogiques. Le mieux ne serait-il pas d'appeler tout le monde à accepter d'une manière solidaire un fait accompli... de contrainte ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.