Révision de la Constitution: Les propositions du MSP    Les 13 manifestants acquittés    Complexité insurmontable ?    Abdelhak Lamiri: «L'idée de relance de l'économie n'a jamais vu le jour»    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Tiaret: Près de 1.800 logements attribués    DENSIFICATION    Oran: trois éléments de soutien aux terroristes arrêtés    Institut Cervantès: Un riche programme éducatif et culturel pour juillet    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Ouyahia et Sellal rejettent en bloc les charges retenues contre eux    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Flambée des prix des climatiseurs    Le financement participatif bientôt opérationnel    Confinement de 13h à 5h pour 18 communes    Près de 300 migrants interceptés par la Turquie    Un sixième centre de dépistage mis en service à Oran    Réception prochaine d'un service des urgences médico-chirurgicales    Les commerçants tirentla sonnette d'alarme    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    "Le 7e art a permis un changement profond dans les révolutions"    Epopée d'un pays en construction    Eléments constitutionnels de "l'Etat démocratique et social"    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    L'UE réaffirme sa position de non reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental    IMPORTATION DE VEHICULES NEUFS EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie se prononce de nouveau    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    La Juventus pied au plancher, la Lazio au rattrapage    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Benhadid réhabilité    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    On vous le dit    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Enfin !    Le ministre des sports répond a Taoufik Makhloufi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appréhensions et craintes de relâchement
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 05 - 2020

Hormis quatre wilayas, en l'occurrence Saïda, Tindouf, Illizi et Tamanrasset, qui ont échappé à la règle de l'isolement «partiel» des populations, le reste du territoire de l'Algérie demeurera confiné jusqu'au 13 juin. Le gouvernement a, en effet, décidé de maintenir le confine ment partiel à domicile jusqu'au 13 juin prochain dans la cadre des mesures de lutte contre la pandémie de coronavirus (Covid-19) et de lever totalement ce confinement dans quatre wilayas. Et, cette fois-ci, la nouveauté relève de l'horaire du confinement, qui a été fixé à 17h jusqu'à 07h de la matinée suivante au niveau de16 wilayas, dont Blida et Alger. Soit 14 wilayas, les plus grandes wilayas sur le plan de la densité démographique, qui se retrouvent propulsés sur le même pied d'égalité que les deux plus importants foyers de l'épidémie, les deux « volcans » comme les qualifient les épidémiologistes.
La décision du Premier ministre, qui intervient après consultation du comité scientifique et de l'autorité sanitaire sur l'évolution de la situation épidémiologique liée au coronavirus (Covid-19) et après accord du président de la République, a tenu compte de la courbe d'évolution des cas infectés au Covid-19. En fait, deux (02) indicateurs ont motivé la décision en question, à savoir la mesure de la stabilisation du nombre de nouveaux cas décompté à quinze (15) jours d'intervalle (11 mai et 26 mai 2020) et le taux de reproduction ou nouveaux cas enregistrés. De nombreux observateurs, se fiant aux déclarations des responsables, qui faisaient ces derniers jours mention de la maîtrise d'une situation « stabilisée», ou encore la récente déclaration du ministre de la Santé, qui estimait que le déconfinement est « indispensable », et qui s'attendaient dans ce contexte à une levée du confinement après le 29 mai, ont été tout simplement surpris par le prolongement de 15 jours des mesures de confinement partiel, avec même à la clé l'étalement de l'amplitude de la disposition au niveau de plusieurs wilayas (17h à 07h).
Doit-on comprendre que la situation reste inquiétante ou serait-ce une mesure de précaution qui appréhende une rechute pouvant renouer avec une plus forte propagation de l'épidémie ? On pencherait plutôt pour la seconde hypothèse, puisque le gouvernement souligne dans ce cadre l'émergence d'une amélioration des indicateurs épidémiologiques au niveau des wilayas concernées par le prolongement du confinement partiel, relevant que ces indicateurs peuvent être confortés grâce à la mobilisation citoyenne. On ressent également les appréhensions des autorités lorsque ces dernières avouent que ces indicateurs demeurent fragiles et pourraient connaître une détérioration rapide en cas de relâchement de la discipline et de nos comportements à l'égard des mesures de précaution édictées. Laissant entendre qu'il n'y a pas de situation permanente en matière de confinement-déconfinement, et que tout obéit aux considérations tirées de la courbe d'évolution des cas positifs infectés au Covid-19. Car, prévient-on, les pouvoirs publics pourraient être amenés à renforcer les mesures de confinement même après le déconfinement au cas où la situation se dégrade. En tout cas, pour le moment, les autorités en charge de la crise sanitaire maintiennent le cap de la poursuite des efforts déployés dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.