Covid19: 434 nouveaux cas, 487 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Déclarations glorifiant le colonialisme: les Algériens ne doivent "absolument pas tomber" dans le jeu    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    Energie: préparation d'une feuille de route axée sur la stratégie énergétique    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    REUNION D'EVALUATION DE L'EVOLUTION DU COVID-19 : Durcissement du confinement dans 29 wilayas    MASCARA : Un nouveau directeur à l'hôpital ‘'Yssaad Khaled''    CORONAVIRUS A BECHAR : Des activistes manifestent devant le siège de la wilaya    Meurtris par le Covid, réprimés par le pouvoir: la double peine des médecins égyptiens    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Des communes de la circonscription administrative de Birtouta interdisent la vente des moutons dans les lieux publics    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    9 juillet 1962    Chelsea chasse Leicester du podium    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Voilà que le loup sort du bois    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    La FAF tranchera le 15 juillet    Colère et consternation    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mercenaires cathodiques
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 05 - 2020


L'on savait que le changement intervenu, dans des conditions que tout le monde connaît, au palais d'El Mouradia, n'a pas suscité beaucoup «d'enthousiasme» sur l'autre rive de la Méditerranée. Pourtant, aussitôt investi à la tête de l'Etat algérien, Tebboune avait vite fait d'annoncer la couleur en invitant le locataire de l'Elysée «à vendre la marchandise qu'il veut dans son pays». Le rappel de l'ambassadeur algérien en poste à Paris, après la diffusion d'un documentaire «clandestin» sur une chaîne TV de service public, risque d'installer dans la durée, une énième grosse brouille diplomatique entre Alger et Paris. En convoquant son représentant diplomatique à Paris dans le sillage d'une colère volcanique de larges franges d'Algériens outrés, Alger, quoique toujours dans la diplomatie de la réaction plutôt que l'action, a bien souligné le «caractère récurrent de programmes diffusés par des chaînes de télévision publiques françaises qui sont des attaques contre le peuple algérien et ses institutions, dont l'Armée nationale populaire, (...) un activisme où l'inimitié le dispute à la rancœur». La réaction de Paris, via un communiqué laconique de la porte-parole du Quai d'Orsay, a presque fait rire au sujet de «l'indépendance des médias français» ! D'abord une attaque frontale contre ceux que l'auteur du docu a appelé «les combattants du Hirak», mais aussi une atteinte à la dignité du peuple algérien. Même si le «navet» de France 5 ne méritait certainement pas toute cette publicité gratuite, cet acharnement des médias publics français contre l'Algérie, pour des raisons connues de tous, vient de franchir un autre Rubicon, en assénant un autre coup en dessous de la ceinture à un pays dont elle ne guérira jamais de l'avoir perdu. Du tristement célèbre «qui tue qui», jusqu'à cet autre mercenaire, qui a ouvertement accusé l'Armée algérienne d'avoir détourné du matériel médical, don d'un pays ami, en passant par cette fameuse «résolution» du Parlement européen, les clichés, chers au PAF, sont continuellement rabâchés. Le centre de gravité du monde s'étant déplacé en défaveur de Paris et ses alliés naturels, maintenir instable l'environnement géopolitique de l'Algérie devenue est une «constante» de la diplomatie hexagonale. L'implication de plus en plus active, via les réseaux sociaux, des Algériens dans la sphère politique et la vie publique d'une manière générale, a amplifié, presque démesurément, l'écho donné à ce coup de Jarnac donné dans le dos d'un pays qui ne se remet pas encore de vingt ans d'incurie et d'une caste de dirigeants dont une bonne partie sont et restent de «bons amis» de la France officielle. L'affaire prend les allures d'une mauvaise plaisanterie quand des interviewés dans le docu bidonné ont avoué avoir été manipulés par le «mercenaire cathodique», connu pour affectionner les «angles morts», sur une chaîne dont tout le monde sait qu'elle est biberonnée par le Quai d'Orsay. Peut-être une autre occasion pour nous, de nous rappeler pourquoi l'hyène rit quand elle trouve quelque pitance à se mettre sous la dent. Ou, peut-être, que Tebboune, n'a pas l'heur de jouir de la même «alacrité» que son prédécesseur déchu !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.