Installation du président et du procureur général de la cour de Sétif    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    BEM-BAC: un processus de conception, d'élaboration et d'impression des sujets    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La traque d'un "sulfureux" général    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Tebboune accuse !    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Complexité insurmontable ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 07 - 2020

Le poumon de l'industrie en Algérie, le complexe Sider d'El Hadjar, toussote toujours malgré tous les efforts engagés jusque-là pour le sauver de l'asphyxie. Le ministre de l'Industrie, Farhat Aït Ali Brahim, qui se trouvait à son chevet, avant-hier, avait insisté sur la nécessité de sa relance sur « une base économique solide qui repose sur la logique de l'industrie industrialisante ». Comment et avec quels moyens pourrait-on provoquer le déclic au niveau de ce complexe qui porte bien son nom ? Il est évident que le pays a besoin plus que jamais de ce fleuron de l'industrie algérienne, ou qui se veut comme tel, notamment de par ses capacités à jouer le rôle d'une locomotive des activités et d'investissements économiques à valeur ajoutée, à travers le recours aux matières premières, matériaux et équipements industrialisés localement, comme l'a rappelé M. Ferhat Aït Ali Brahim, mais cela reste à concrétiser. Ce qui n'est pas du tout facile avec ce complexe qui n'a jamais été dompté jusque-là.
Tous les indices plaidaient ces trois dernières années pour un redémarrage en force de la sidérurgie en Algérie, des sommes d'argent très importantes ont été injectées dans les caisses du complexe sur la base d'un ambitieux plan d'investissement de l'Etat, lancé dans le sillage d'une reprise des actifs naguère détenus par le partenaire étranger ArcelorMittal, mais au bout le résultat est lamentable. Le complexe croule littéralement sous les dettes (122 milliards en 2018), et ce malgré un rééchelonnement à long terme consenti, en 2018, par le Conseil des participations de l'Etat (CPE). Ses comptes bancaires ont été bloqués au mois de mai dernier par la CNAS pour le non-paiement des arriérés des cotisations sociales de ses 6.000 travailleurs, dont les salaires sont difficilement assurés. Sans parler d'une production très en deçà des prévisions qui plaçaient la barre à plus de 2 millions de tonnes/an après exécution du plan d'investissement, qui prévoyait l'injection dans ses caisses de plus d'un milliard de dollars. Le ministre, qui sait très bien qu'il avance sur des sables mouvants, ne veut pas donner des promesses vaines, estimant que la relance du complexe nécessite une étude longue et approfondie. Réussira-t-il là où ses prédécesseurs ont échoué ? L'erreur n'est pas permise, d'autant que tant d'espoirs reposent sur la relance du complexe sidérurgique, étroitement liée à la relance de l'industrie algérienne.
En 2018, le CPE avait donné son accord pour la signature d'un partenariat entre ce complexe sidérurgique et le groupe émirati Emarat Dzayer, sur la base de la règle 49/51 régissant les investissements étrangers en Algérie, prévoyant un investissement de plus de 160 milliards de dinars, sans aucun effet positif. Que reste-t-il encore à faire ? La complexité du ‘Complexe' est-elle à ce point insurmontable ? Un véritable défi pour le ministre de l'Industrie, qui devrait trouver la voie pour sortir le complexe Sider d'El Hadjar du gouffre dans lequel il a été plongé par d'anciens responsables qui se trouvent aujourd'hui, pour certains d'entre eux, devant les tribunaux ou en fuite à l'étranger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.