Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    La colère de Zeghmati    Le procureur veut alourdir les peines pour Ouyahia et Eulmi    "Réunir la famille du FFS sous un même toit"    Louisa Hanoune pointe "une régression des libertés"    Ce qui est reproché à Noureddine Tounsi    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani : "Je suis soulagé !"    La fille des Aurès    Les non-dits    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans le vol de véhicules    Les spécialistes plaident pour des décisions prudentes    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Les paramédicaux face à la sourde oreille de la DSP de Bouira    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Plus loin avec Hamdi Benani... la muse... !    Quid des arts et de la culture ?    JSMB : La saignée a commencé    AGEx de la SSPA/USM el Harrach : Retrait de confiance à Laïb acté aujourd'hui    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Oussama Sahnoune, nageur International : «Je vise la finale olympique à Tokyo»    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Bouira - Algérie Télécom : forum sur les nouvelles technologies numériques    Mascara: Le stade de l'Unité Africaine fait peau neuve    Importation: Pas de retour aux licences    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    LES FAUSSES INTIMITES DANS UN MONDE NU    M6, La petite chaîne qui «mente» !    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    Zimbabwe appelle l'ONU à redoubler d'efforts pour mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel par les plaidoiries de la défense    Participation de l'ANP au maintien de la paix : une évolution dictée par le contexte géopolitique    Belhimer: le débat sur la Constitution dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marché du gaz: Attar vante la stratégie de Sonatrach
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 08 - 2020

En dépit d'une crise sans précédent des prix du gaz du fait de la crise sanitaire mondiale, le ministre de l'Energie Abdelmadjid Attar est optimiste, mettant en exergue notamment la stratégie observée jusqu'ici par Sonatrach pour faire face à cette situation inédite. La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach gère l'impact de la pandémie du Covid-19 sur le marché gazier international en s'appuyant notamment sur les flexibilités prévues dans ses contrats gaziers et sur le recours à d'autres solutions, a déclaré en effet le ministre de l'Energie.
Dans un entretien accordé au site électronique britannique S&P Global Platts, M. Attar a affirmé que «les prix du gaz ont chuté à des niveaux historiquement bas», tout en soulignant que «Sonatrach a su gérer cette situation exceptionnelle avec ses clients grâce aux flexibilités prévues dans ses contrats gaziers, mais aussi à travers des solutions qui s'adaptent aux conditions du marché».
M. Attar a indiqué que «les marchés gaziers souffraient déjà d'une offre excédentaire depuis le début de 2019 et le Covid-19 et la baisse de la demande qui en a résulté ont aggravée cette situation». «Sonatrach est en discussion permanente avec ses clients pour trouver des solutions consensuelles, notamment en termes de flexibilité opérationnelle afin de faire face à cette situation exceptionnelle», a-t-il fait savoir.
M. Attar a soutenu aussi que les marchés du gaz ont évolué avec l'intervention de plusieurs acteurs assurant le commerce du GNL au niveau des marchés régionaux et proposant plus de diversité dans les contrats et les mécanismes de tarification, et ce, dans le contexte de la concurrence des autres carburants, notamment dans le domaine de l'électricité. En dépit de ce contexte, Sonatrach reste un acteur «important» sur le marché du gaz et a développé une «réputation de fournisseur fiable», a relevé encore le ministre de l'Energie mettant en avant la stratégie de coopération adoptée par la compagnie nationale et qui est basée sur un esprit gagnant-gagnant, notamment avec ses partenaires européens.
Le ministre de l'Energie a assuré également que «Sonatrach peut honorer ses engagements contractuels et avoir la flexibilité de placer des quantités supplémentaires sur le marché au comptant». Il a ajouté qu'un projet est en cours de réalisation au port pétrolier de Skikda devant accueillir de très grands transporteurs de gaz, ce qui permettra, selon lui, d'élargir les options d'approvisionnement en GNL. Le ministre de l'Energie a aussi évoqué la diversification des clients du groupe public en soulignant que la stratégie marketing de Sonatrach est également axée sur l'expansion et la recherche de nouveaux marchés. Malgré les prix bas actuels et l'environnement difficile, M. Attar a souligné que le gaz resterait un «carburant clé à l'avenir». «La situation s'améliorera progressivement et le gaz demeure un combustible de choix et sa part dans le mix énergétique mondial va augmenter», a-t-il encore assuré.
La crise sanitaire, une opportunité pour renforcer le GECF
Par ailleurs, le ministre de l'Energie, qui est aussi président de la réunion ministérielle du GECF prévue à Alger le 12 novembre, a estimé que la crise économique provoquée par la propagation de la pandémie du coronavirus et la baisse consécutive des prix du gaz représentent une «opportunité» pour renforcer le rôle du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF).
«Cette crise est une opportunité d'innover et d'explorer les voies et moyens de renforcer davantage le GECF», a-t-il relevé, avant de souligner que la dynamique actuelle régissant le marché mondial du gaz n'a pas encore abouti à une quelconque stabilisation des prix.
Appelant à plus de coopération entre les producteurs mondiaux de gaz, M. Attar a mis en avant la différence existant entre les marchés du gaz et ceux du pétrole, d'où la nécessité, a-t-il signalé, d'une importante coopération entre les différents producteurs gaziers pour la stabilité du marché. Dans ce sillage, le ministre de l'Energie a fait observer qu'il n'existe pas d'»Opep pour le gaz».
En juin dernier, le secrétaire général du GECF, Yury Sentyurin, a déclaré qu'il considérait l'Opep comme un «modèle» pour les activités des groupes exportateurs de gaz. Il avait également estimé qu'il était «grand temps» de mettre en œuvre les connaissances et les solutions de l'industrie pétrolière et gazière. L'Algérie, la Guinée équatoriale, l'Iran, la Libye, le Nigéria, les Emirats arabes unis et le Venezuela sont membres des deux organisations (Opep et GECF). Le GECF a vu le jour en 2001 et détient environ 70% des réserves mondiales de gaz prouvées, selon les estimations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.