Ligue 1: Le live des rencontres de la 2ème journée    Feghouli se plait dans son nouveau poste au Galatasaray    OGC Nice: Vieira, c'est bien terminé (officiel)    Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Lavrov appelle à la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario    Le nouveau système informatique pour la conformité des produits importés n'affecte pas les mesures de contrôle actuelles    Sahara occidental : une parlementaire européenne n'exclut pas "une guerre sanglante" face à la passivité de l'UE    Handicapés: lancement de la plate-forme numérique "La solidarité nationale à l'écoute"    Construction automobile: le traitement des dossiers se déroule selon le cahier des charges    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Tottenham, Naples et Lille touchent au but    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Une absence et des interrogations    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    J'irai me plaindre à mon député !    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





SUSPICION
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 10 - 2020

Mettre toutes les tares et les disfonctionnements de l'économie nationale sur le dos de la pandémie actuelle est une direction à ne pas prendre et l'accusation n'est pas à accepter comme argent comptant. Elle n'agit que dans l'activation et la multiplication des travers bloquants qui ont de tout temps contrarié au plus haut point la majorité des acteurs économiques du pays.
La bureaucratie et ses méfaits ont depuis longtemps pris des visages hideux pour compliquer, sinon pour terrasser les initiatives et il faudra applaudir devant les premières mesures présidentielles prises pour venir à bout de ce fléau. La partie n'est pas gagnée d'avance car il est besoin de forer en profondeur pour accéder aux racines de la pieuvre avec ses tentacules qui étouffe l'ensemble de la société.
Pour amplifier le désavantage que subissent les Algériens et pour démultiplier les blocages, un autre phénomène anesthésiant vient de s'installer depuis que la justice s'est ébranlée. Au grand désarroi des administrés, la majorité des gestionnaires à quelque niveau qu'ils soient fuient maintenant la prise de décision pour laquelle ils sont investis et grassement payés. La peur de signer le moindre acte de gestion s'est installée dans les étages, les plus hauts comme les plus bas, de l'administration pour presque confondre engagement honnête et responsable avec le spectre des tribunaux et de la prison.
Quand on se rend compte que même des walis, des ministres et des chefs de gouvernement sont susceptibles d'incarcération, la prudence exagérée devient une seconde nature au point d'étouffer le cours normal administratif et économique du pays. De fait, la pandémie dans un paradoxe désobligeant à l'extrême devient un abri providentiel pour cacher les incompétences et les mauvaises consciences.
La loi et la légalité se couvrent d'une suspicion généralisée pour s'allier aux conséquences désastreuses nées de la pandémie. La colossale crainte qui s'est installée a transformé la législation normale en agent pourfendeur de la plus petite des décisions et du parcours vital du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.