Les facteurs dopants    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Ligue des champions d'Europe: Le Real en danger à Milan    LFP - Ligue 1: Les prémices d'une saison charnière    RC Relizane: Le ciel s'assombrit sur le Rapid    Non-respect du confinement: Près de 4300 véhicules mis en fourrière en une semaine    Marché illicite des véhicules des Castors: Des espaces squattés libérés en attendant le transfert vers le marché d'El Hamri    Les laboratoires veulent porter plainte contre l'association des consommateurs: Polémique sur les prix des analyses médicales    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    1.133 nouveaux cas, 649 guérisonset 15 décès    6 morts et 19 blessés en 24h    Lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    Macron provoque la tempête !    LDC : Séville se qualifie comme Chelsea pour les huitièmes    L'Algérie, un "élément clé" dans les régions africaine et méditerranéenne    Réunion de Djerad avec les walis: la situation sanitaire et l'approvisionnement en eau potable au menu    Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Sahara Occidental : Convergence des positions russe et algérienne    DEPUIS L'APPARITION DU CORONAVIRUS : Décès de 120 employés de la Santé    MOSTAGANEM : La Conservation des forêts retient un objectif de plus 300.000 plants    STRESS HYDRIQUE : Des mesures urgentes pour assurer l'approvisionnement en eau    Karim Tabbou répond à Emmanuel Macron    Foot / Ligue 1 (2020-2021) : Medouar prône l'union pour réussir une saison "exceptionnelle"    Fin de l'AP-OTAN avec la participation d'une délégation de l'APN et du Sénat    Tergiversations au Conseil de la Nation    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Le juge demande un complément d'enquête    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    La situation s'améliore nettement à Alger    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le RAJ exige l'abandon des poursuites contre ses militants    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 10 - 2020

La lutte antiterroriste, les crises politiques et sécuritaires en Libye et au Mali, le dossier de la mémoire, la coopération économique et culturelle et l'immigration clandestine ont été autant de questions abordées avec l'ambassadeur de France à Alger, M. François Gouyette, lors de son passage lundi dernier par le siège du Quotidien d'Oran, à l'occasion de sa visite de travail à Oran. Une occasion pour faire le point sur des relations algéro-françaises qui évoluent depuis quelques années en dents de scie, mais qui connaissent un certain réchauffement depuis la restitution des crânes des résistants algériens en juillet dernier.
Abordant la dimension politique des relations algéro-françaises, M. Gouyette a ainsi estimé «qu'elle est aujourd'hui un élément positif de la relation bilatérale». Pour le représentant de la diplomatie française en Algérie, «les rapports au plus haut niveau qu'ont pu établir les deux chefs d'Etat sont effectivement bons». Pour étayer ses propos, M. François Gouyette rappelle que les deux chefs d'Etat se sont parlé quatre fois au cours des derniers mois.
«C'est un signal qui ne trompe pas», a-t-il estimé. Au niveau des ministres des Affaires étrangères, a-t-il ajouté, «les rapports entre Sabri Boukadoum et Jean-Yves Le Drian sont également excellents» et M. Le Drian, a-t-il souligné, «apprécie beaucoup son homologue algérien. Il y a aussi au niveau des services de sécurité et de renseignement une très bonne relation. Tout ceci représente une condition nécessaire pour construire ensemble des rapports qui soient à la hauteur des enjeux».
Abordant le volet relatif à la coopération sur le plan sécuritaire, M. François Gouyette a estimé que les défis sont communs face à la menace terroriste. «C'est un phénomène dont vous avez souffert et qui nous menace aujourd'hui, voyez ce qui s'est passé en France dernièrement. Nous avons au Sahel et en Libye des foyers de terrorisme extrêmement préoccupants face auxquels nos deux pays ont intérêt à coopérer», a-t-il, en outre, soutenu. Il a souligné dans ce même ordre d'idées que l'Algérie et la France partagent sur cette question «le même souci» et recherchent tous les deux «la stabilité du Mali». Avant de préciser : «La France est tout à fait favorable à la mise en œuvre des accords d'Alger (...) et nous n'avons pas, de ce point de vue, de différence d'appréciation sur l'objectif avec les Algériens». Pour l'ambassadeur de France à Alger, «l'Algérie est un partenaire essentiel dans la région, et notamment au Sahel, dont elle possède une expertise remarquable», rappelant son rôle de «parrain de l'accord d'Alger» signé en 2015.
A ce propos, il convient, a ajouté M. Gouyette, que «nous puissions œuvrer ensemble pour stabiliser le Mali». «C'est essentiel pour l'Algérie. Et c'est essentiel pour la France», a-t-il estimé. Rappelant l'action menée au Mali dans le cadre de l'opération Barkhane, le diplomate français a exprimé le souhait «d'un travail en commun avec l'Algérie, sur le plan diplomatique d'abord».
S'agissant de la crise libyenne, M. Gouyette a estimé qu'il s'agit là aussi «d'un sujet de grave préoccupation. En Libye, nous avons, comme vous, la conviction qu'il n'y pas de solution militaire. La solution ne peut être que politique. Cette convergence de vues doit permettre aux deux pays de travailler ensemble sur ce dossier.»
Sur la question mémorielle, l'ambassadeur de France à Alger a affirmé que le Président Macron est animé d'«une réelle volonté d'aller de l'avant avec le Président Tebboune pour bâtir une relation apaisée» avec l'Algérie. A ce propos, il dira : «Nous avons répondu à une demande algérienne insistante concernant la restitution des crânes de combattants algériens». «Ça n'a pas été simple, car il existe en France des règles strictes en matière de muséologie», a-t-il précisé, rappelant que «le Président Macron s'est personnellement investi sur ce dossier, car il a tenu à faire ce geste», avant d'exprimer la volonté «de continuer à travailler ensemble sur cette mémoire commune». M. Gouyette a souligné à ce propos l'apport des historiens dans cette quête, notamment celui de Benjamin Stora dont «le rapport est attendu pour bientôt», comme celui de Abdelmadjid Chikhi.
Abordant la coopération économique, l'ambassadeur de France en Algérie n'a pas manqué d'exprimer les préoccupations des sociétés françaises à l'égard d'un marché algérien qu'il n'estime «pas toujours facile». «Il y a parfois des contraintes administratives», avec «des réglementations qui ont été récemment modifiées (...) notamment dans le secteur automobile», a-t-il affirmé. Une allusion aux projets de Peugeot, toujours en stand-by et à l'usine de Renault à l'arrêt depuis presqu'un an.
16 millions d'euros consacrés à la coopération avec l'Algérie
Un budget de l'ordre de 16 millions d'euros est consacré à la coopération avec l'Algérie, a indiqué par ailleurs, au Quotidien d'Oran, l'ambassadeur de France à Alger, François Gouyette. Une coopération qui se décline dans beaucoup de domaines, à travers notamment un réseau de cinq instituts français, à Alger, Oran, Tlemcen, Annaba et Constantine. Des structures destinées à l'enseignement de la langue française, mais qui sont aussi des espaces de manifestations culturelles, à travers la venue de troupes de musiciens, d'artistes et de conférenciers de France, et même d'acteurs algériens.
«Mon souhait est de nous ouvrir davantage au public algérien arabophone», a affirmé M. Gouyette. Le plurilinguisme, a-t-il estimé, «c'est aussi donner davantage de place à la langue arabe pour que l'on puisse attirer un public qui n'est pas habitué des instituts culturels français». Et de préciser : «On ne peut, en Algérie, se borner à un segment exclusivement francophone, qui reste certes important et qu'il convient évidemment de préserver et de développer, mais, en même temps, on ne doit pas non plus se couper du public arabophone, la nouvelle génération étant plus arabophone que francophone.» Il faut donc, a-t-il préconisé, «diversifier notre offre culturelle, y compris en organisant des conférences bilingues animées par des conférenciers arabophones venus de France». Il ne s'agit pas de remplacer le français par l'arabe, a-t-il précisé, «mais de compléter l'offre en s'adressant à un public plus large».
Il est à noter, par ailleurs, qu'on compte au niveau des cinq instituts français d'Algérie pas moins de 26.000 apprenants de la langue française. Un chiffre qui s'ajoute aux candidats au Test de Connaissance en Français (TCF), une certification équivalente au TOEFL anglais, qui permet notamment aux non détenteurs de bac français d'intégrer les universités françaises. Le nombre des candidats au TCF avant le Covid était de l'ordre de 60.000 par an.
Enfin, pour M. François Gouyette, la formation professionnelle reste un enjeu majeur de la coopération algéro-française.
«C'est un axe prioritaire que nous souhaitons développer. La coopération universitaire dispose, à ce titre, du plus gros budget, et cela marche très bien avec les boursiers et les chercheurs, entre autres», a soutenu M. Gouyette. Il y a aussi la formation professionnelle universitaire à travers les ISTA (Instituts Supérieurs de Technologie Appliquée) qui représentent un projet phare de la coopération algéro-française en matière d'employabilité des jeunes. Il y en a 10 au total en Algérie, dont un qui devra être prochainement créé à Oran et sera dédié à l'industrie automobile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.