Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    Produits de consommation: Le ministre s'explique sur la hausse des prix    Véhicules de moins de trois ans: Ce pourquoi l'importation a été gelée    Affaire autoroute est-ouest: Le procès en appel reporté    Football - Ligue 1: Le WAT respire, le cauchemar continue pour le CABBA    La JSM Tiaret en deuil: Mohamed Zaoui n'est plus    El Ançor: Plus de 4 millions DA pour l'assainissement à la plage des Andalouses    L'ENTERREMENT DES VIVANTS    Organisation de la Omra: Près de 500 agences de voyages candidates    Mots et maux de l'histoire    La Roma sanctionné par une défaite sur tapis vert    Real : Un coach argentin en cas de départ de Zidane ?    Real Madrid: Zidane positif à la Covid-19    Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    La plateforme internet en stand-by    «Nous ne recevrons pas la quantité nécessaire de vaccin de façon immédiate»    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Vu à Alger    Quand l'offre dépasse la demande    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA CORDE ET LE NŒUD COULANT
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 11 - 2020

Reposant sur la liberté des prix, les étals ont tout l'air de s'adapter à l'étendue devenue spectaculaire de l'inflation. Malmené, le dinar algérien finit par compter pour un chou et les prix d'un large éventail de produits de consommation n'ont pas attendu le début de la nouvelle année pour se conformer aux surprises désagréables d'une loi de finances que tout le monde craint. L'huile et ses classiques accompagnants, les cigarettes et d'autres nécessités ont déjà montré leurs crocs et si la flambée des coûts suit la logique impériale de l'inflation, il faut s'attendre à ce que l'incendie monétaire se propage davantage pour que les couffins des consommateurs soient cramoisis.
Il est un fait qu'en de telles circonstances des abus sont constatés car chacun se croit permis de tirer ses marrons du feu et n'eût été le holà à chaque fois répété des autorités, le souk se transformerait en jungle car on ne peut chasser aisément ce que la nature humaine a de primaire avec un comportement qui la confond avec l'espèce animale. Les deux répondent aux mêmes instincts. Sauf que l'un tend vers le besoin de confort, le second est un impératif de survie. Le commerce et ses marchés ne tiennent qu'à ses profondes données à l'identique de la race des poissons. Le gros se nourrit du petit.
Il est question ces derniers jours de tarifs exorbitants appliqués par les laboratoires médicaux. Si on leur adresserait des griefs circonstanciés, ils auront la partie belle en s'agrippant à la nouvelle corde pendante de la flambée des prix de ce qui est offert sur les devantures et à l'étalage.
Peu importe si le nœud garrot, de plus en plus serré, est en passe de tordre le cou à une majorité de familles qui ne prient que pour garantir leur survie. Le mal est encore devant et risque d'entraîner au désastre. Mais dans cette circonvolution porteuse d'un danger certain, nombreux ne tiennent pas compte d'une finalité incontournable. En ligotant le consommateur acheteur, le vendeur n'aura plus rien à vendre et l'ensemble des offres de services n'aura aucune raison d'être. La corde et le nœud coulant se déploieront pour tous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.