Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Rudi Grcia évoque le recrutement de Slimani !    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chômage et système «D»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 12 - 2020


En affirmant que les pertes d'emplois dues à la crise sanitaire frôlent le demi-million, sans se référer à aucune étude sérieuse ou autres données statistiques pouvant corroborer ses dires, le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Prospective, Mohamed Cherif Benmihoub, n'a-t-il pas tiré une conclusion hâtive avant d'avoir sous la main l'évaluation de l'impact réel de la crise sanitaire sur les ménages et sur les entreprises ? Le même responsable devait indiquer dans ce contexte qu'une enquête lancée par le gouvernement donnerait ses premiers résultats à la mi-janvier. Et le chiffre des pertes d'emplois avancé est plus embrouillé encore quand le ministre, lui-même, avoue que le gouvernement s'est jusque-là basé sur des données manquant de précision, d'où l'urgence de cette étude ou enquête qui concernera un échantillon 15.000 ménages et 15.000 entreprises, afin de déterminer l'impact de la crise sanitaire, et qui sera conduite en collaboration avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (UN-CEA). Il est clair que les mesures prises dans le cadre de la limitation de la propagation de la Covid-19, qui a paralysé plusieurs activités dans les secteurs des services et du commerce notamment, en sus du BTPH qui a entraîné également la mise en berne de nombreuses activités connexes, ont fait grimper le taux de chômage, mais jusqu'à quel niveau, nul ne le sait. Encore faudrait-il avoir le taux réel de chômage en temps normal. Bien malin celui qui pourrait avancer avec certitude le taux de chômage dans un environnement dominé par l'informel et la cohorte de «chômeurs de luxe » qu'il fabrique. Même durant cette crise sanitaire, qui a contribué à la précarisation de l'emploi, l'ingénieux système «D» algérien a fonctionné à merveille. Faut-il se l'avouer, contournant l'interdit, les cafetiers ont bien continué à servir le café en pot, prêt à emporter, sous les rideaux, et les taxieurs réguliers long trajet, ou inter-wilayas, se sont transformés en «taxi clandestin» et ont continué à transporter les voyageurs, chèrement, d'un point à l'extrême du pays, et d'autres commerçants ont découvert les vertus du e-commerce et continuer à écouler leurs marchandises sur un mur du réseau social facebook. En l'absence d'une indemnité chômage, il fallait bien manger à sa faim, sans attendre infiniment de toucher cette maigre indemnité octroyée par les pouvoirs publics aux personnes durement touchées par le confinement. En somme, le souci des emplois perdus dans la restauration, le transport et certaines autres activités commerciales, récupérables après la victoire annoncée sur la Covid-19, grâce à la disponibilité du vaccin, est mineur face à l'urgence de l'heure, qui est de sauver les entreprises en difficulté financière d'une faillite définitive, et leur éviter de mettre sur le carreau des milliers de travailleurs. Et ce ne sont pas les différés du paiement des impôts et autres charges sociales qui viendraient en aide à ces entreprises, qui ont plus besoin d'argent frais pour relancer leurs activités et contribuer à la sauvegarde de l'économie nationale.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.