Manchester City: Guardiola chipe un record à Mourinho    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Une obligation, pas un choix    Cour de justice, délits de la contrebande et moyens de lutte en débat    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Un vendredi sans heurts    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    «Les joueurs doivent imposer leur football»    Nice - Gouiri : "Le plus important, c'est le collectif"    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Goudjil, l'APN, le 24 Février et la Grande Mosquée d'Alger    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Neuf militaires tués au Mali    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    AG élective de la FAA : Boukais révèle les irrégularités    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Keddara : Création d'un marché de l'artisanat    MOB : Bouchebah tacle la FAF et accuse    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un circuit corruptif normalisé
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 12 - 2020

Comment peut-on se permettre d'offrir 30 milliards à un seul homme et quelle est la logique d'une telle aumône si elle n'est pas un acte d'investissement colossal libéré pour rapporter dix ou cent fois plus ? Comment l'heureux bénéficiaire qui se disait pétri par l'âme révolutionnaire, président de la République de surcroît pouvait-il se laisser vendre et se corrompre en sachant bien que c'est son pays et son peuple qu'il vendait ?
Le jugement des Kouninef, par l'immense désillusion qu'il provoque par n'importe quel bout par lequel elle est tenue, n'a rien de dissociable d'un égout qui éclate et dont la pestilence qui s'en dégage étrangle tout un chacun. Une telle déconvenue monumentale au plus haut sommet de l'Etat ne relève plus de la simple corruption mais doit être comprise comme atteinte à toute une nation.
Toute honte bue et avec une certaine contenance pas du tout désabusée et sans aucune ironie, tous les responsables et les magnats de la finance incriminés par la justice aujourd'hui se rabattent sur un argument fallacieux d'une légalité déconcertante qu'ils ont eux-mêmes instituée et légalisée.
Le donneur et le receveur sont tous les deux en cause et le bénéficiaire parce qu'il n'est pas monsieur tout-le-monde s'est embourbé plus que l'autre dans une salissure qui en dit long sur un état d'esprit d'un homme qui ne pouvait cultiver qu'extrêmes bassesses et tromperies. Sa responsabilité est plus marquée car il s'agit bien pour lui d'un monnayage d'une nation bien qu'il n'avait nul besoin de subsides financiers énormes pour être réélu.
Il ne fallait donc pas s'étonner que de tels trocs d'énormités malveillantes prennent naissance au cœur du monde politique où les sièges de députés et de sénateurs soient marchandés pour que les trahisons deviennent généralisées. Les ventes et les criées s'étant faites au grand jour à la tête d'institutions désacralisées, au vu et au su du peuple tétanisé, donnent à bon nombre d'administrations un circuit corruptif normalisé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.