La hausse des prix alimente l'appétit des investisseurs, optimistes    Baisse drastique des réserves de change et dérapage accéléré de la cotation du dinar    Une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Plus de 100 kg de drogue saisis à Alger et 11 suspects arrêtés    L'Etat œuvre à redonner aux zones rurales un rôle pionnier économiquement    Les meilleures œuvres primées    L'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    Le portier algérien Oukidja suspendu pour cinq matches    «Soulagé d'être réhabilité»    Ligue des Champions: le MCA s'impose au Sénégal face au Teungueth FC    Procès en appel de l'auteur présumé de l'assassinat d'Ali Tounsi : Le colonel Chouaib Oultache condamné à la prison à vie    INESG: ouverture des travaux d'une journée d'étude portant sur la guerre del'information    Une responsable sahraouie appelle les organisations féminines à travers le monde à protéger les sahraouies des exactions marocaines    Le FFS éloigne la perspective de sa participation aux prochaines élections    Arsenal : Le successeur de Lacazette déjà trouvé ?    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Qui s'y frotte s'y pique    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Les matchs amicaux face à la Côte d'Ivoire et la Zambie officialisés    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Les attaques de l'armée sahraouie contre les forces armées marocaines s'intensifient    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Imposante mobilisation à Alger    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Crimes commis à l'étranger: Un projet de loi pour la déchéance de la nationalité    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Les rentiers cachés de la République    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





AUX PAS DE NOS PORTES
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 12 - 2020

Non content d'avoir sérieusement contrarié nos us et nos habitudes, voilà maintenant que le virus nous annonce un variant sans rire pour amplifier notre désarroi et pour que nous nous imprégnions de la certitude que d'autres variantes suivront. Il ne pouvait mieux nous offrir que cette finale estocade mortelle en guise d'étrennes pour clôturer une année qui a anéanti tous nos repères.
Déroutant, l'euphémisme cogne dur sur l'espoir de voir une pandémie s'évanouir par les nouvelles, injectées par petites doses, au sujet de différents vaccins encore fantomatiques dont l'efficacité salvatrice mettra encore du temps pour être prouvée. En attendant on se remet à galvauder le répertoire des phases en ressortant la venue d'une troisième pour expliquer sans convaincre les nouvelles centaines de milliers de contaminations constatées, chaque jour qui passe. Pour se mettre en phase avec la jetée des lests, les Etats ont autorisé leurs populations à se mouvoir pour s'alléger des pressions économiques et sociales, mais nous nous rendons compte que les palliatifs initiés, ici et là, par différents gouvernements ne sont pas parvenus à bout d'un ennemi invisible.
Ce qu'il y a de terrifiant, aujourd'hui, est que nous n'en sommes plus aux contraintes des distanciations sociales dans les rues et les marchés mais nous sommes en passe de craindre pour nos vies, dans nos propres demeures et foyers. D'évidence, la liberté limitée qui est octroyée à nos enfants et à nos très proches, malgré toutes les précautions qu'ils prennent, fait d'eux des terreaux propices pour l'insoupçonnable incrustation du virus aux cœurs des chaumières. La panique, sinon l'inquiétude ne se contente plus de se manifester aux portières des taxis et aux arrêts de bus, mais elle se présente aussi aux portes des résidences avec l'air narquois d'affirmer qu'aucune échappée n'est permise. Dérouter le pessimisme relève alors d'un mauvais gag quand les funérailles, même les plus discrètes, se multiplient dans les rues et aux pieds de nos portes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.