Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Les (mauvaises) manières du «discours»    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Le bouclier juridique    Vers une seconde conférence internationale    Réception de 3.400 doses    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    9 personnes ont péri noyées    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Retour sur les principaux changements    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





VAGISSEMENT DOULOUREUX
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 02 - 2021

Après une courte accalmie, la tempête sociale reprend en Tunisie. La rue avec ses pneus brûlés revient en réclamant emplois et meilleure vie. Les manifestants désespérés de la ville déshéritée de Tataouine se sont engagés ces dernières heures dans une turbulence coléreuse sans se soucier d'un environnement économique catastrophique pour exiger tout et tout de suite. La légitimité et la compréhension des exigences étalées en vrac ont évidemment un droit de cité, mais il est douteux, voire inconcevable dans la conjoncture actuelle que les réclamations soient conformes à un état des lieux dévasté par la conjugaison des effets induits de la pandémie et l'instabilité politique manifeste d'un pays où la vie semble s'être arrêtée.
Sortir dans la rue pour réclamer avec casse n'est qu'un vagissement douloureux et il n'est pas certain que les autorités tunisiennes aient les moyens de répondre avec bonheur aux tiraillements insolubles qui ont embrasé le pays.
Les chômeurs tunisiens de plus en plus nombreux dans ces moments désespérants ne sont pas seuls dépositaires d'une colère sociale qui embrase le monde entier. Il est maintenant prouvé que partout rien ne va plus et que mettre en péril les gouvernances actuelles ne garantit en rien une existence meilleure par des raccommodages précipités. L'histoire a toujours démontré que les fortes et véhémentes turbulences sociales ont souvent été un appel d'air au populisme sinon à l'intégrisme.
Ce n'est pas une raison pour applaudir à l'injustice et à la dictature. Loin s'en faut. Le peuple tunisien a eu le mérite de redresser la trajectoire de son destin, mais un redressement aussi noble soit-il devient aléatoire s'il ne repose pas sur des assises concrètes.
Tout indique qu'il ne reste pas grand-chose de la révolution de jasmin dans la douce Tunisie parce que l'on n'a retenu d'elle que la symbolique. Les manifestants en colère de Tataouine devront malheureusement prendre leur mal en patience en attendant l'émergence d'hommes capables de vaincre leur désespoir et que le monde féroce d'aujourd'hui change de carrure et de visage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.