Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 03 - 2021

La cuisante défaite concédée samedi face à la JSK a torpillé la bâtisse du MCA. En plus clair, les joueurs du Mouloudia d'Alger exigent le départ de leur coach Abdelkader Amrani et réclament le retour de Nabil Neghiz. C'est dire que le ressort est cassé entre les joueurs qui ne veulent plus, selon notre source, poursuivre le travail avec l'entraîneur actuel. Pire encore, nous avons appris que certains joueurs ont même scandé le nom de Nabil Neghiz sans aucun respect au technicien en poste. Qui est derrière cette manœuvre et dans quel intérêt ? Ce comportement indigne de joueurs prétendus professionnels laisse la voie libre aux doutes pour expliquer ce revers contre la JSK. Il est inadmissible que des joueurs, qui ne gagnent leurs matches que dans la presse et devant les caméras des chaînes privées, puissent décider du sort de leur entraîneur. «On ne gagne pas un match avant de l'avoir joué, mais on peut le perdre», a-t-on coutume de dire.
Par cette action, les joueurs veulent justifier leur échec. Car, à notre avis, et objectivité oblige, ce n'est pas Amrani qui était à l'origine de l'expulsion de Hachoud à un moment crucial du match. Ce n'est pas encore lui qui a contribué au recrutement des joueurs. Une réunion d'urgence devait se tenir hier pour débattre la situation et sceller le sort de l'entraîneur Abdelkader Amrani. Toutes les hypothèses mènent, sauf imprévu, vers la fin de mission de ce coach pour céder au chantage des joueurs. Comment peut-on oser demander le départ de l'entraîneur à quelques jours d'un match important en Ligue des champions ? Si aujourd'hui on critique la manière de jeu de l'équipe, sur quelle base s'est-on appuyé pour recruter Abdelkader Amrani, sachant qu'il avait déjà échoué avec le CSC ? Le problème du MCA est plus profond, et ces changements de discours et de responsables ne sont là que pour tromper l'opinion publique.
Le président du MCA, Abdenacer Almas, a bien vanté les «compétences» de l'entraîneur Nabil Neghiz avant de se retourner contre lui. Certains exploitent la moindre occasion pour annoncer le retour d'Omar Ghrib. D'autres étrangers au club contribuent directement au recrutement de joueurs et des entraîneurs. Nous l'avons déjà dit, le MCA a besoin d'une nouvelle mentalité de gestion reposant exclusivement sur la compétence. Le football est devenu aujourd'hui une véritable économie qui exige des mécanismes pour assurer l'avenir. A présent, certaines décisions émanant de la Sonatrach, actionnaire majoritaire de la SSPA, ne répondent à aucune logique. L'administration est défaillante, ainsi que l'instabilité au sein du staff technique, et il faut ajouter les limites techniques des joueurs. C'est là où réside le mal du Mouloudia. Qui a recruté qui ? Qui a maintenu certains cadres de l'équipe ? Qui a sollicité la FAF pour un mercato exceptionnel sans en profiter ?
Aujourd'hui, le MCA, qui représente tout un symbole, paye cash sa popularité. Un gâchis pour un club sacré champion d'Afrique. C'est un malheureux sort pour le Mouloudia qui a eu l'honneur de représenter l'Afrique dans un tournoi à Madrid avec le Real, l'Iran et une équipe d'Argentine. Ce qui était une fierté pour le public algérien est devenu un club quelconque, où des joueurs, qui n'ont jamais rien gagné, décident du sort des entraîneurs et autres dirigeants. Des dizaines de milliards injectés et investis sur des joueurs qui ne répondent même pas aux exigences de la performance. Ainsi donc, après que les joueurs de l'ASO Chlef aient poussé indirectement Leknaoui Nadir vers la démission, c'est au tour des joueurs du MCA d'en faire de même. Bizarre, n'est-ce pas ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.