"Forum de la voix de la jeunesse" pour un changement positif de la société    Ligue des champions (6e j): le MC Alger qualifié en quarts de finale    Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la ligue: résultat du tirage au sort    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Indispensable neutralité
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 03 - 2021

Politique et justice n'ont jamais fait bon ménage. Les exemples sont légion à travers le monde et en Algérie, particulièrement, où la justice a été longtemps et outrageusement instrumentalisée par le pouvoir politique ou exécutif jusqu'à lui faire perdre son serment et sa conscience. En somme, on s'accorde à dire ainsi que lorsque la politique franchit le pas du tribunal, la justice s'éclipse par la fenêtre. C'est peut-être dans cette optique que les magistrats souhaitent sortir du jeu électoral qui est entièrement enjeu politicien et ne les concerne de près que lorsqu'il y a des litiges dans le processus entre candidats ou entre formations politiques en lice dans les élections, litiges qui se règlent dans un tribunal et pas dans un quelconque autre bureau.
Cette préoccupation des magistrats, qui a été dévoilée par le président du Syndicat national des magistrats (SNM), Issad Mabrouk, lors d'une émission sur une chaîne de télévision privée, confirme le malaise des juges dans leur mission au sein de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE). Les magistrats estiment que les tâches qu'on leur a chevillées dans le processus de l'organisation des élections devraient incomber à des administratifs. Pas seulement à cause de l'incompatibilité d'humeur entre le politique et la justice ou d'une neutralité politique indispensable, mais également pour d'autres raisons pécuniaires et de pression sur le plan du labeur qui s'ajoute aux traitements des dossiers des justiciables. Le magistrat, le premier engagé dans l'opération du vote, dès l'entame des contrôles des listes électorales, et reste le dernier à superviser son bon déroulement jusqu'à la proclamation des résultats, n'est pas mieux payé que les agents d'encadrement des bureaux de vote ! Grave injustice à l'encontre des magistrats.
L'ANIE qui est aujourd'hui une institution constitutionnalisée devrait les décharger de ce rôle dans le processus électoral et confier les fonctions qui leur étaient fixées à des administratifs. C'est le message transmis par le président du SNM au président de l'ANIE sous forme d'une préoccupation majeure des magistrats. Et le président de l'ANIE a tout intérêt de bien étudier la question et songer à étoffer son équipe en faisant appel à des professionnels dans le domaine technico-administratif pour occuper les fonctions confiées aux magistrats, qui est la solution la mieux appropriée dans ce contexte, et à contrario faire en sorte que les indemnités qu'on leur attribuait dans le cadre de l'exercice de cette mission soient revues à la hausse. Soit une importante réévaluation de leur activité. Mais pour éviter ces considérations pécuniaires qui ne feront que rajouter embarras et suspicion, on serait plus avisé de faire bon écho à la préoccupation essentielle des magistrats qui souhaitent sortir de la forme organisationnelle des élections, sans rien demander en plus.
D'ailleurs, cela réglerait le problème auquel se trouve confrontée l'ANIE, en l'occurrence l'impossible organisation des prochaines élections législatives et locales le même jour, «faute de magistrats en nombre suffisant». Cette option n'est plus totalement écartée depuis que le président de la République a laissé entendre que les élections législatives et locales pourraient être organisées à la même date et seul un personnel technico-administratif pourrait combler le déficit en magistrats.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.