Covid-19/vaccination: les citoyens à se présenter dans les structures de santé de proximité    Covid-19: au moins 3.875.359 morts dans le monde    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Compétitions interclubs de la CAF: l'Algérie conserve ses 4 représentants    Réunion ministérielle du Comité sur la Palestine du Mouvement des pays non-alignés    Le monde en bref...    Boukhelifa (Béjaïa) : Sit-in des bénéficiaires du lotissement d'El Maghra    Coupe de la CAF (Demi-finale aller). Coton Sport 1 – JS Kabylie 2 : Une très belle option pour la finale    Coupe arabe (U20) : Les Verts débutent par une victoire face à la Mauritanie    Appel à l'adoption de mécanismes pour la facilitation des transferts en devises des exportateurs algériens    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    BAC à Béjaïa : Des absences qui interpellent    Règlement de la crise malienne : L'application de l'accord de paix est «poussive», regrette la CMA    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    Frioui out «plusieurs semaines»    Le message de Washington    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Les ressources financières posent problème    La justice se penche sur la fraude électorale    Qui arrêtera l'Italie ?    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Quelle place pour les clubs algériens ?    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    Sonelgaz cible le marché africain    La suppression de l'essence avec plomb actée    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Les familles de 23 harraga sans nouvelles de leurs enfants    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Selma Bédri, sur du velours    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malgré les assurances d'Algérie Poste: Les postiers poursuivent leur grève
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 04 - 2021

Entamé lundi, le mouvement de grève «surprise» décidée par des employés d'Algérie Poste s'est poursuivi hier, paralysant un nombre important de bureaux de poste comparativement au premier jour de la grève. Et ce, à travers plusieurs wilayas du pays. Ce débrayage décidé à la veille du mois de Ramadhan a été enclenché par les employés suite au « blocage des primes de rendement et d'encouragement et les mauvaises conditions socioprofessionnelles».
La direction d'Algérie Poste a vite réagi en essayant d'apaiser la tension et en rassurant ses employés, apprend-on auprès des grévistes. Annonçant le versement durant ce mois de Ramadhan de la prime d'encouragement, la direction d'Algérie Poste a informé ses employés que la mise en application du reste des revendications est tributaire de l'installation du syndicat d'entreprise. Celles-ci concernent la prime de rendement individuel et collectif, le dossier des travailleurs suspendus dont des syndicalistes, l'aménagement du volume horaire et jours de travail durant la semaine, ainsi que les dossiers des travailleurs qui occupent des postes autres que ceux fixés dans les rapports de recrutement.
En ce qui concerne la consécration du principe d'égalité des chances dans l'accès aux postes supérieurs au niveau de l'entreprise relevant du secteur, la direction s'est engagée à accompagner ses employés à travers les formations pour les promouvoir dans des postes de responsabilité au niveau central et régional.
En dépit des appels à la sagesse émanant de la direction et de ses réponses, les employés d'Algérie Poste ont décidé de poursuivre le mouvement de protestation jusqu'à l'aboutissement de leurs demandes. Ils réclament des réponses concrètes à leurs revendications, dont certaines datent de 2003.
Contacté par nos soins, le porte-parole du Syndicat national autonome des postiers (SNAP), Mourad Nekache, a exprimé son soutien et le soutien de son syndicat aux employés d'Algérie Poste en grève. Et de regretter le fait que la tutelle continue à ignorer le syndicat autonome des postiers. «L'on continue de bafouer le droit syndical. Les syndicats autonomes sont persécutés, harcelés, poursuivis en justice et licenciés», dit-il. Et de rappeler que le président du SNAP et le chargé de communication du syndicat ont été licenciés en 2014 par la direction et en dépit de la décision de justice en leur faveur, leur réintégration n'est toujours pas effective.
M. Nekache a affirmé que les revendications des employés d'Algérie Poste se résument dans la révision de la grille de salaire vu le pouvoir d'achat des fonctionnaires qui ne cesse de se dégrader. Ils réclament, entre autres, des primes de rendement individuel et collectif (PRI et PRC), décidées en 2003 et qui ne sont toujours pas octroyées. «Presque 20 ans après, la tutelle n'arrive toujours pas à mettre en place un système d'évaluation pour l'attribution de ces deux primes», regrette-t-il. Et d'affirmer que les employés réclament aujourd'hui le réaménagement du volume horaire et le droit à un week-end complet. «Les postiers travaillent de 8 h à 17 h, d'autres de 7 h à 19 heures, sans bénéficier d'un paiement des heures supplémentaires en contrepartie», ajoute notre interlocuteur qui souligne que «des postiers travaillent même les samedis dans les grands centres urbains». Sans parler, dit-il, du travail durant le Ramadhan et les fêtes religieuses «sans aucune reconnaissance des efforts fournis par les employés».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.